PF1

Je m'attaque à du lourd : les coffrets (6 en tout) que Pink Floyd a fait sortir l'an dernier (ils ont aussi sorti un gros, gros et onéreux, onéreux coffret regroupant l'ensemble des 6 autres, plus un supplémentaire, et ils ont aussi sorti, et je l'avait d'ailleurs abordé à l'époque, une double compilation regroupant une sélection de ce que l'on trouve dans le(s) coffret(s), compilation qui n'est donc qu'un pâle succédané du coffret), regroupant des archives, studio et live, audio et vidéo, de leur période 1965/1972. La première partie de leur carrière. J'imagine qu'un jour, un autre gros coffret (qui sera sans doute lui aussi découpé également en plusieurs coffrets séparés) sortira pour le reste de leur carrière, mais vu le temps qu'ils ont du mettre pour faire The Early Years 1965/1972 (titre du coffret principal), ça ne va sans doute pas être pour tout de suite. Les six coffrets séparés, graphiquement sublimes et similaires, concernent pour le premier (celui que j'aborde là) la période 1965/1967, et ensuite, de 1968 à 1972, un coffret par année. Certains coffrets (1968, 1971) sont moins fournis que d'autres (un CD, un DVD et un Blu-ray), d'autres contiennent deux CD, deux DVD et un BR (qui, à chaque fois, contient la même chose que le ou les DVD, je précise). Ce premier coffret s'appelle 1965/1967 : Cambridge St/ation (le slash au milieu du second mot est normal, tous les coffrets ont cette particularité graphique dans leurs titres) et il contient, le tracklisting plus bas précise tout, deux CD, un DVD et un BR. Ainsi que (c'est le cas pour tous les coffrets) un livret et quelques petits artefacts genre reproductions d'affiches et de publicités. 

PF2

Un coffret au format DVD, cartonné, visuellement sublime : le Floyd ne se fout pas de la gueule de ses fans. Sauf pour le prix des coffrets unitaires : comptez au mieux 27 €, au pire 10 € de plus par tête de pipe. Le gros coffret intégral, j'en parle même pas, il devait valoir dans les 500 € à l'époque, il les coûte toujours maintenant, c'est tout de même un investissement, et si vous achetez les 6 coffrets séparément, vous en aurez, je pense (j'en suis même sûr) pour moins cher et c'est moins encombrant (j'ai vu le coffret en magasin l'an dernier : on pourrait limite y faire allonger un enfant). Il y à aussi le fait d'avoir le même contenu vidéo en DVD et en BR. Si vous avez un lecteur BR, OK, vous pourrez voir le contenu dessus, mais un lecteur BR lit aussi les DVD...Et si vous n'avez pas de lecteur BR, vous aurez un disque proprement inutile (en attendant de vous acheter un lecteur BR un jour). Mais bon, c'est désormais souvent que l'on trouve un DVD proposant aussi le BR (en fait, c'est le contraire : un BR qui propose aussi un DVD), parfois pour le même prix, parfois pour un peu plus cher, mais sans qu'on ait vraiment le choix. Et je ne parle pas de DVD musicaux, mais de DVD de films, tout simplement, donc n'en voulons pas au Floyd pour ça. Enfin, pas trop. Surtout que le contenu de ce premier coffret, qui aborde les débuts du groupe, est vraiment excellent. Pour ce qui est du DVD/BR, la qualité audio/vidéo est parfois antique (et encore, ça a été restauré), mais c'est totalement regardable. Pour le CD, l'audio est remarquable. On a d'abord des antiques enregistrements de 1965 quand le groupe ne s'appelait pas encore ainsi (mais The Tea Set) et était constitué, outre des musiciens qui formeront le Floyd initial (Syd Barrett, Roger Waters, Rick Wright, Nick Mason), aussi du guitariste Rado Klose. Une certaine Juliette Gale chante avec Waters et Barrett sur Walk With Me Sydney, c'est Barrett qui chante le reste, notamment une reprise du I'm A King Bee de Slim Harpo. Ces six titres de 1965, qui totalisent 18 minutes, étaient sortis en 2015 sur un EP au tirage extrêmement limité (1000 exemplaires, plus 50 pour la promotion) sorti uniquement en Europe. C'est pas encore du Floyd pur jus, mais c'est extrêmement intéressant (Lucy Leave, Butterfly). La suite du premier disque propose des enregistrements de 1966/1967, le groupe définitif (enfin, de la première époque), on a les singles Arnold Layne, Apples And Oranges, See Emily Play et certaines faces B (Candy And A Currant Bun, Paintbox), ainsi que les mixes 2010 de Matilda Mother (interprétée essentiellement par Wright, assez différente, jusque dans ses paroles, de la version album), Jugband Blues (pas la version présente sur A Saucerful Of Secrets) et de quelques raretés : Scream Thy Last Scream, Vegetable Man et l'instrumental saisissant In The Beechwoods. Remarquable.

PF3

Le second disque propose des titres enregistrés en concert à Stockholm, Suède, en 1967 (parmi eux, un Set The Controls For The Heart Of The Sun embryonnaire, Scream Thy Last Scream, See Emily Play, un Interstellar Overdrive quasiment aussi long que la version studio, et Reaction In G, excellent), live qui totalise dans les 48 minutes (Pow R Toc H fait 12 minutes de dinguerie). Ces morceaux en concert sont remarquables et la qualité audio est juste excellente, si ce n'est pour les vocaux, très mal enregistrés (mais en même temps, on est prévenus dans le livret du boîtier par un avertissement à ce sujet), que l'on n'entend pour ainsi dire pas (Matilda Mother). Comme pas mal de morceaux (et les plus longs, qui plus est) sont instrumentaux, ce n'est pas trop grave. La suite et fin du second disque est constitué de neuf versions différentes (l'ensemble totalise une petite demi-heure) d'un morceau du nom de John Latham (lequel, mort en 2006, était un peintre et sculpteur ayant apparemment influencé le groupe, certains des membres du Floyd ont cotoyé la même école que lui, Regent Street Polytechnic). C'est franchement très bon, mais entendre 9 versions différentes, mais au final pas tant que ça (on a surtout l'impression d'un unique morceau d'une demi-heure découpé en neuf parties), d'un même thème peut, même sur une petite demi-heure, sembler usant. Voilà pour la partie audio. La partie vidéo propose des captations live (Scarecrow, Chapter 24, Interstellar Overdrive, un Instrumental Improvisation), quelques passages TV accompagnés parfois d'interviews (à une émission présentée par Dick Clark, aux USA, notamment, après Apples And Oranges), à la vidéo promo de Arnold Layne, qui est excellente... Un peu moins d'une heure de programme, c'est peu, mais rappelons que le groupe débutait, et puis certaines bandes étaient sans doute trop abimées, ou d'un intérêt moyen... Le passage à Top Of The Pops pour See Emily Play a été partiellement restauré, d'ailleurs, ce qui se voit. Dans l'ensemble, ce premier coffret n'est pas mon préféré, sans doute parce que, malgré la réussite majeure de leur premier opus (The Piper At The Gates Of Dawn, 1967) et de leurs premiers singles, cette période inaugurale n'est pas ma préférée du groupe. Je suis en revanche un fan absolu de la période 1968/1972, bref du reste de ces coffrets, aussi, inutile de dire que j'ai hâte de les aborder ici (progressivement, mais dans un futur proche pour chaque coffret) ! Un fan du groupe qui n'a pas déjà ces coffrets sait (avec un budget adapté) ce qu'il lui reste à faire !

CD 1

1965 Recordings : 

Lucy Leave

Double O Bo

Remember Me

Walk With Me Sydney

Butterfly

I'm A King Bee

1966/1967 recordings : 

Arnold Layne

See Emily Play

Apples And Oranges

Candy And A Currant Bun

Paintbox

Matilda Mother (2010 mix)

Jugband Blues (2010 mix)

In The Beechwoods (2010 mix)

Vegetable Man (2010 mix)

Scream Thy Last Scream (2010 mix)

CD 2

Live in Stockholm 1967 : 

Introduction

Reaction In G

Matilda Mother

Pow R Toc H

Scream Thy Last Scream

Set The Controls For The Heart Of The Sun

See Emily Play

Interstellar Overdrive

John Latham studio recordings 1967 : 

John Latham Version 1

John Latham Version 2

John Latham Version 3

John Latham Version 4

John Latham Version 5

John Latham Version 6

John Latham Version 7

John Latham Version 8

John Latham Version 9

Disque 3 : DVD/Blu-ray

Chapter 24 (live)

Recording Interstellar Overdrive

Interstellar Overdrive : Scene - Underground

Arnold Layne (promo video)

Pow R Toc H/Astronomy Domine (+ interviews)

The Scarecrow (live)

Jugband Blues : London Line Promo Video)

Apples And Oranges + Dick Clark interview

Instrumental Improvisation (BBC)

Instrumental Improvisation (Live London 1967)

See Emily Play (BBC, Top Of The Pops)

The Scarecrow (outtakes)

Interstellar Overdrive (live)