SM1

Après un Good News From The Next World très réussi mais au succès plus que modéré en 1995, les Simple Minds (qui à l'époque n'étaient plus, officiellement, que deux : le noyau dur Jim Kerr - chant - et Charlie Burchill - guitare, claviers) se retrouveront dans le total creux de la vague. Tout le monde s'en foutra, d'eux, pour tout dire. Plus bankables du tout. Un Néapolis correct mais secondaire en 1998 ne parviendra absolument pas à surprendre son monde. Le groupe enregistre un album qui ne sortira, en tant que partie intégrante d'un coffret, qu'en 2004, Our Secrets Are The Same, album méconnu et aujourd'hui très très difficile à se procurer. En 2001, Neon Lights, album de reprises (de Roxy Music, Patti Smith, Van Morrison, Echo & The Bunnymen, Kraftwerk, David Bowie, Joy Division, Velvet Underground, Doors, Neil Young...), se vautrera pareil (et n'est globalement pas génial du tout malgré des fulgurances). Décidément, le groupe de Jim Kerr a du mal. L'année suivante, en 2002 donc, le groupe sort Cry, cet album, donc, qui, encoe une fois, ne va franchement pas affoler la planète. Grand fan du groupe depuis des années (depuis l'époque de la sortie de cet album, que j'ai cependant découvert sur le tard), je n'ai pas envie de classer Cry dans les ratages, ni même de mettre le très infâmant tag, mais force est de constater que ce disque et Neon Lights sont incontestablement les moins bons du groupe, de loin (je ne sais pas ce que vaut Our Secrets Are The Same, c'est le seul album du groupe que je ne connais pas encore, dû à sa rareté).

SM2

Long de 47 minutes (pour 12 titres), sorti sous une pochette assez dans l'air de son temps mais franchement pas des plus réussies, doté d'un livret certes épais mais en total foutage de gueule (je ne sais pas vous, mais moi, je déteste quand on ne met qu'une ligne de texte ou deux pour les paroles, et pas les paroles en entier, ça fait con, et c'est le cas ici), Cry est le 13ème (ou 14ème si on considère la paire d'albums de 1981 Sons And Fascination/Sister Feelings Call comme deux albums séparés, bien qu'ils aient été réunis sur un seul et même CD et qu'ils soient assez indissociables) album studio du groupe, je ne compte donc pas Our Secrets Are The Same, album fantôme enregistré avant Cry, mais sorti après). A la base, ce disque (Cry) aurait du être le premier album solo de Jim Kerr, chanteur du groupe (il en sortira un par la suite, en 2010, sous le nom de Lostboy! AKA), mais Charlie Burchill, l'autre membre permanent des Minds, s'est pas mal impliqué dans le projet, et il a été décidé que l'album sortirait sous le nom du groupe. Mark Kerr, frangin de Jim, participe aux choeurs, à la guitare (un peu) et à la composition. L'album offre quelques très belles chansons comme Disconnected, Cry (et sa version calme Cry Again), Spaceface et Sleeping Girl.

SM3

Mais il n'empêche que Cry est un album des plus fantômes dans la discographie du groupe. Récemment, le groupe a publié pas mal de lives (il y en à eu quatre ou cinq depuis une petite dizaine d'années !) et si leurs setlists sont assez variées, les voyant taper aussi bien dans le tout début de leur répertoire (une tournée mondiale fut même uniquement consacrée, avec double live à la clé, à leurs cinq premiers albums) que dans Good News From The Next World, Graffiti Soul et Real Life, aucune chanson de Cry ne fut placée sur ces lives. Je ne dis pas que le groupe n'a interprété aucune chanson de l'album en live, juste que si c'est le cas, il n'y à pas de trace officielle sur un live. Ce qui peut en dire long (Néapolis est également touché par ce mépris du groupe à son égard), car même Neon Lights fut, quelque part, représenté en live, et pourtant, comme je l'ai dit plus haut, il n'est pas terrible ! Cry n'offre pas que du bon : un instrumental (The Floating World) écrit par Vince Clark (ancien membre de Yazoo, Erasure), une reprise en fait, est assez pompière ; Sugar et Slave Nation ne sont pas géniales. Dans l'ensemble, l'album n'est pas trop long, pas désagréable, mais comparé à la quasi-totalité du répertoire des Simple Minds, force est de constater que ce n'est vraiment pas leur meilleur album, et on ne l'écoutera que rarement. Il sort, en tout cas, rarement de son boîtier, chez moi !

Cry

Spaceface

New Sunshine Morning

One Step Closer

Face In The Sun

Disconnected

Lazy Lately

Sugar

Sleeping Girl

Cry Again

Slave Nation

The Floating World