BS10

En 1992, Dehumanizer a vu le retour aussi bien du bassiste Geezer Butler et du batteur Vinnie Appice que du chanteur Ronnie James Dio, bref, du Black Sabbath de Mob Rules (1981). C'était surtout historique pour Butler, bassiste fondateur du groupe qui était parti en 1983. Mais après la tournée de l'album, Appice et Dio se barrent, encore. Tony Iommi (guitare) et Butler, toujours accompagnés du claviériste Geoff Nicholls, engagent le batteur Bobby Rondinelli (Rainbow dernière période), et surtout, demandent à Tony Martin, le chanteur du groupe depuis 1987 (Dehumanizer excepté, donc), de revenir. Dont acte. Enregistré à Rockfield dans le Pays de Galles en 1993, le nouvel album sortira le dernier jour de janvier 1994, et a été produit par Leif Mases et le groupe. Il dure 47 minutes (50 dans sa version japonaise qui rajoute un onzième titre, What's The Use ?) et s'appelle Cross Purposes. Sa pochette représente un ange très certainement féminin (pourtant, le sexe des anges est sujet à réflexion), aux anges enflammées. Ambiance gothique-toc à donf'. 1994, une année grosso modo assez moyenne (mis à part Purple des Stone Temple Pilots, Monster de R.E.M.,Superunknown de Soundgarden, Vitalogy de Pearl Jam, Parklife de Blue, Grace de Jeff Buckley, Definitely Maybe d'Oasis et The Division Bell de Pink Floyd, je ne vois pas grand chose de durable à se carrer sous la dent en cette année ; ah si, Samedi Soir Sur La Terre de Cabrel et From The Cradle de Clapton, aussi ; et si vous me dites que ça fait quand même beaucoup d'albums cités, pensez au nombre d'albums sortis en 1994, et comparez avec, disons, 1973 ou 1991, et on en rigolera ensuite, d'accord ?).

BS11

Ce disque ne fait pas partie des meilleurs de cette année assez grunge et britpop en même temps (la quasi-fin du prermier mouvement, les débuts du second), mais Cross Purposes est tout de même un très bon petit album de heavy metal, qui voit donc le retour de Tony Martin au chant. Autant briser le suspense tout de suite, personne ne m'en voudra de toute façon de spoiler un peu l'article suivant (demain) du cycle Black Sabbath : Cross Purposes est l'avant-dernier album du groupe avec Martin, et incontestablement le dernier album valable avec ce chanteur. J'ai eu l'occasion, rapidement, au cours d'un ou deux des précédents articles du cycle, de dire à quel point Forbidden (1995) était pourri, vous en aurez la totale confirmation demain, mais ddans le cas où vous hésiteriez encore à l'acheter, ici un petit conseil : non ! Vous pouvez acheter Cross Purposes sans trop de problèmes (mis à part le fait qu'il est, comme une bonne partie des albums que le groupe a sorti entre 1989 et 1996, difficile à trouver, car pas réédité depuis sa sortie) en revanche, mais n'en attendez pas des miracles. Bien produit par Leif Mases et le groupe, cet album contient de très bonnes chansons, comme Evil Eye, Cross Of Thorns ou Cardinal Sin (qui, à la base, devait s'appeler Sin, Cardinal Sin, mais une erreur d'impression virera le premier mot, c'est con)...

BS12

...Il en contient aussi de moins bonnes, comme Immaculate Deception ou The Hand That Rocks The Cradle, mais rien de grave, ce n'est pas honteux. L'album n'est pas trop long (j'ai remarqué que les albums du groupe, dans l'ensemble, ne sont vraiment pas très longs, mis à part Dehumanizer qui faisait 52 minutes et 13 qui en durera à peu près autant, les autres tapent dans les 40/45 minutes, celui-ci en fait 47 comme je l'ai dit plus haut ; le groupe n'a jamais vraiment profité du format CD, qui permet de rallonger la durée des albums, ou bien, et c'est dans ce cas tout à leur honneur, n'a jamais voulu en abuser, contrairement à beaucoup, beaucoup trop de groupes ou d'artistes musicaux, à la même époque, façon Red Hot Chili Peppers par exemple), il s'écoute assez bien, mais j'avouerai que, tout comme tous ceux de la période 1986/1998 (car entre 1998 et 2013, c'est bien simple, il n'y aura rien !), je ne le ressort pas souvent (et certains de cette période, pas du tout). Un album correct, un peu moyen mais pas un ratage, du Black Sabbath correct, en somme. 

I Witness

Cross Of Thorns

Psychophobia

Virtual Death

Immaculate Deception

Dying For Love

Back To Eden

The Hand That Rocks The Cradle

Cardinal Sin

Evil Eye