T1

Sincèrement, j'aurais voulu le mettre dans une autre catégorie que les 'ratages', celui-là, mais dans quoi le classer ? Rareté quasi absolue depuis sa sortie en 1977, ce disque vient d'être (enfin) réédité en CD (il l'avait déjà été dans les années 90, mais le CD était épuisé depuis pas mal de temps, ou bien vendu très cher) et en vinyle (première réédition vinyle depuis un sacré bail, là aussi). Un pressage vinyle d'époque de cet album est rare, et donc cher, très cher. Trop pour mon budget, malgré que je sois un collectionneur et ai déjà dépensé de la thune pour des vinyles rares. Cet album est une rareté donc, que beaucoup de personnes vont peut-être découvrir via la réédition, orchestrée récemment (le 18 mais dernier) en même temps que celle de trois autres albums de McCartney : Wings Greatest (premier best-of du bonhomme, 1978, en réalité un best-of des Wings), Chaos And Creation In The Backyard (2005) et New (2013). J'en ai profité pour me prendre le best-of en CD, je ne l'avais qu'en vinyle, et Chaos And Creation In The Backyard en vinyle, je ne l'avais qu'en CD et un pressage vinyle de 2005 est très cher, là aussi. New, je l'avais déjà dans les deux formats, et ce disque de 1977, je l'ai pris dans les deux formats. Voilà. Et sinon, oui, cet album de 1977, Thrillington, est donc un album de McCartney, malgré que son nom n'apparaisse jamais sur la pochette. Enfin, sauf sur les crédits d'écriture des morceaux, ce qui est normal, car Thrillington n'est autre que...Ram.

T2

Oui, Ram, le deuxième album solo de McCartney, ce chef d'oeuvre sorti en 1971. Parallèlement à l'album, Macca fera arranger, en studio, une version instrumentale et lounge de l'intégralité de l'album, soit 11 titres (oui, je sais, Ram en contient 12, mais parmi eux, on a une reprise très courte de Ram On, pas reprise ici). Il a enregistré cette version instrumentale et orchestrale juste après, en 1971 donc, mais pour moult raisons que j'ignore (il ne croyait pas au projet, on l'a dissuadé de sortir ça, il a oublié l'affaire, il attendait le bon moment, etc...choisissez, et la vraie raison est peut-être parmi celles que j'avance !), cette version alternative et instrumentale ne sortira qu'en 1977. Comme Macca ne fait pas les choses à moitié, il sortira ce disque sous un faux nom, celui de Percy 'Thrills' Thrillington (l'album s'appelle Thrillington, de plus), un musicien fictif derrière lequel il se cache donc, et dont il narre rapidement, sous le pseudonyme du journaliste Clint Harrigan (déjà 'auteur' de la fausse interview de Macca en 1970 au cours de laquelle il annonce quitter les Beatles, et des notes de pochette de Wild Life, en 1971, le premier Wings), la biographie. Accompagnant l'album, glissé dans la pochette (et pas repris dans la réédition vinyle classique, dommage), un livret de coupures de presse sur Thrillington, bidonné, avec des mentions du genre 'mais tout le monde sait de qui il s'agit, évidemment'. La rumeur enfle, mais Paul n'avouera que bien des annés plus tard : oui, c'est bien lui, ce Thrillington. Pas mal de monde s'en doutait en 1977 (en 1975, les Wings avaient déjà sorti un 45-tours sous un faux nom, The Country Hams), ce qui n'a pas empêché le disque, sorti sur le label Regal Zonophone (et Capitol aux USA) de ne pas se vendre. 

T3

Peut-on en vouloir aux masses de ne pas avoir acheté ce disque sorti sous une pochette montrant un bélier ('ram') en tenue de scène, violon en main, orchestrant des musiciens ? Thrillington est un disque étrange, de la musique d'ascenseur, de la muzak, à l'intérêt des plus limités. Je ne vais pas vous forcer à acheter ce disque, les mecs. Si vous êtes fan de Macca et des Beatles en général, et que vous ne possédez pas déjà ce disque, laissez-vous tenter, ne serait-ce que pour la collection (c'est une des pièces les plus recherchées du corpus beatlesien, dans son pressage d'époque, de même que le 45-tours bonus sorti en même temps), mais musicalement, fan de Ram ou pas, attendez-vous à être déçus. C'est une expérience étrange d'écouter cet album dans une version complète (les 50 secondes de Ram On (Reprise) qui manquent mis à part), dans l'ordre, sans paroles et avec des cordes et cuivres. Parfois, ça fonctionne assez correctement (The Back Seat Of My Car, Uncle Albert/Admiral Halsey, Dear Boy sur lequel les vocalises ont été conservées), parfois c'est quasiment ridicule (Monkberry Moon Delight, Smile Away, Eat At Home, bref les morceaux les plus rock). C'est un exercice de style, Macca en fera d'autres (sous son vrai nom, et pas de la même manière, ceci dit) par la suite, dans les années 90 et 2000, ces Standing Stone, Liverpool Sound Collage, Ecce Cor Meum, tentatives plus ou moins abouties de musique classique ou lyrique qui ne sont à réserver qu'aux vrais fans. Sans oublier les trois albums de musique électro sortis sous le nom de The Fireman ('supercherie' révélée au troisième album, le seul sur lequel Macca chante). Première tentative de variation de son spectre musical, Thrillington est amusant mais assez vain, un disque culte et rare, étrange, que l'on n'écoutera que rarement. Ce n'est pas merdique, n'allez pas croire ça, mais ce n'est qu'un exercice de style sans intérêt majeur, sur lequel Macca ne reviendra que rarement dans ses interviews, comme s'il en était embarrassé. Ce qui ne l'a pas empêché de le rééditer, preuve que, quelque part, il doit être un peu fier de cet OVNI musical ! Personnellement, je suis content de l'avoir, pour la collection, mais c'est clair que je ne le passerai pas souvent sur ma platine. 

FACE A

Too Many People

3 Legs

Ram On

Dear Boy

Uncle Albert/Admiral Halsey

Smile Away

FACE B

Heart Of The Country

Monkberry Moon Delight

Eat At Home

Long Haired Lady

The Back Seat Of My Car