P1

Il y à longtemps (genre 6 ou 7 ans), j'avais abordé, sur un seul et même article, les deux premiers albums des Pixies. En réalité, leur premier album et l'EP qu'ils avaient sorti un an plus tôt, et qui, bien que commercialisé séparément en vinyle, est disponible sur le même CD (en final du CD) que leur premier album longue durée (ou LP). Ayant eu envie de reparler des Farfadets, je ne suis dit autant réaborder ces deux oeuvres, mais séparément, l'EP méritant bien un article pour lui seul, même s'il s'agira d'un article relativement court. Voici donc la première oeuvre des Pixies, sortie en 1987, soit un an après leur création : leur EP Come On Pilgrim. Le disque, court comme tout EP qui se doit, contient 8 titres pour seulement 20 minutes. Ce qui peut sembler assez étrange, c'est que les 8 titres de cet EP ont été, sur le CD, placés après les morceaux de Surfer Rosa, album que le groupe sortira un an plus tard et qui, donc, a été, pour la grande majorité des chansons, composé et surtout enregistré après Come On Pilgrim. Ca aurait été plus logique (mais sans doute moins commercial, encore que 'commercial' ne soit pas un terme qui corresponde parfaitement aux Pixies) de mettre l'EP avant le LP sur le CD. Mais passons. Le disque est sorti sous une pochette cheloue signée Simon Larbalestier, qui signera l'artwork des albums suivants aussi. On y voit, dans des teintes sépia, un homme au torse puissamment velu. Le disque est produit par Gary Smith. 

P2

Les Pixies étaient (et resteront jusqu'à leur split en 1993) alors constitués de Frank Black (chant, guitare, composition principale, alias Black Francis), Joey Santiago (guitare principale), Kim Deal (basse, chant, créditée alors sous le nom de Mrs John Murphy, par la suite sous son nom à elle, et qui ne fera pas partie de la reformation de 2014) et Dave Lovering (batterie). On trouve sur cet EP à peu près tout ce qui fait l'originalité du groupe : un chant en anglais ou en espagnol selon les morceaux (souvent, les deux langages dans un seul et même morceau : Isla De Encanta, Vamos ; cette dernière se retrouvera, dans une autre version, sur Surfer Rosa), un chant assez particulier (voix haut-perchée, souvent à la limite de l'hystérie, pétages de plombs vocaux aléatoires), des guitares saisissantes, une basse bien hypnotique, des choeurs parfois angéliques... Et des textes vraiment à part. Ayant vécu quelques temps à Porto Rico, Frank Black s'inspire de ses souvenirs, ressentis, pour notamment Isla De Encanta. Dans un autre registre, certaines chansons (et ça perdurera sur les albums suivants, de meme que pour les chansons hispanisantes) semblent avoir des thèmes religieux, bibliques (Nimrod's Son, Levitate Me, l'étonnant Caribou qui parle de réincarnation), ainsi que des sujets pour le moins glissants (on parlerait d'inceste dans Nimrod's Son et The Holiday Song). I've Been Tired, à moitié chanté (refrain) et à moitié déclamé, parle de sexe et de rock, et cite Lou Reed. Ed Is Dead parle, elle, d'une fille que Frank Black aurait connue, et qui aurait été assez cramée de la tête. On le voit, ce n'est pas vraiment commercial. D'ailleurs, commercialement parlant, ce premier effort des Pixies, bien que franchement remarquable, ne se vendra pas des masses : beaucoup de personnes, parmi celles qui le possèdent, l'ont parce qu'il est placé, pour le même prix, en bout de disque du CD de Surfer Rosa. Il a été réédité en vinyle (comme tous les autres Pixies), et n'est souvent pas vendu trop cher sous ce format (en réédition, j'entends, pas en pressage 1987), ce qui est très bien, car après tout, ça ne dure que 20 minutes. Peu importe le format, CD ou vinyle, si vous aimez le rock alternatif, c'est essentiel, bien que le meilleur du groupe soit encore à venir. 

FACE A

Caribou

Vamos

Isla De Encanta

Ed Is Dead

FACE B

The Holiday Song

Nimrod's Son

I've Been Tired

Levitate Me