M1

Je ne vous ferai pas l'affront de vous demander si vous connaissez Santana. Groupe américain (Californie) essentiellement constitué de latinos, fondé en 1968, dont l'un des plus gros titres de gloire est une prestation ahurissante et lysergique à Woodstock en 1969, et ayant sorti quelques albums mémorables entre 1969 et 1977 (après, sincèrement, ça se gâte pire que la météo en haute-montagne). Santana tire son nom du nom de famille de son leader/guitariste, Carlos Santana, on le sait. Le groupe a popularisé à fond le rock latino, qui n'a, à l'époque, pas remué son Q sur Black Magic Woman (reprise de Fleetwood Mac), Oye Como Va (reprise d'un air traditionnel) ou Evil Ways ? Qui n'a pas roulé une galoche à sa partenaire sur le slow instrumental Europa (Earth's Cry, Heaven's Smile) ? Qui ne savait pas, ici, au moment de commencer la lecture de cet article, que Carlos a un frangin, guitariste aussi, du nom de Jorge, qui a fondé son propre groupe, Malo, en 1971 ? Oui, ce groupe dont j'aborde aujourd'hui le premier album, éponyme, sorti en 1972 sous une sublime pochette signée Jesus Helguera (entre parenthèses (la preuve), le groupe a sorti son dernier album en date il y à 20 ans, mais tourne toujours de temps en temps ; Jorge l'a quitté en 1974 pour se lancer en solo, discrètement). Ce premier album de Malo a été abordé dans le livre Collector de Manoeuvre, c'est ainsi que j'ai appris l'existence de ce groupe. Moi qui adore le Santana de 1969/1977 ne savait pas, honte à moi, qu'il avait un frangin et que ce frangin (avec qui il a quelques fois collaboré) avait eu son groupe aussi.

M2

Long de 44 minutes, Malo ne contient que 6 titres, dont on imagine la durée (entre 6,35 et 9,20 minutes). Mais 11 membres ! Je vais tous les citer, même si leurs noms ne vous dira rien, sauf pour, peut-être, deux d'entre eux (sans compter Jorge Santana à la guitare principale) : Arcelio Garcia Jr au chant et percussions ; Abel Zarate (guitare, chant) ; Pablo Tellez (basse, percussions) ; Richard Kermode (claviers divers) ; Richard Spremich (batterie, percussions) ; Victor Pantoja (congas, bongos, percussions) ; 'Coke' Escovedo (timbales, percussions) ; Luis Gasca (trompette) ; Roy Murray (flûte, trombone trompette, saxophone ténor) ; et Richard Bean (percussions, timbales, chant). Les deux noms que vous connaissez peut-être sont Escovedo et Kermode qui feront par la suite partie de Santana sur quelques albums. Ce premier opus est essentiellement chanté en espagnol. L'un de ces morceaux, Suavecito, long de 6,35 minutes, sera un petit hit à sa sortie, pas forcément dans le monde entier, mais en tout cas, aux USA, et est un morceau vraiment sublime. D'ailleurs, tout l'album est remarquable, et si vous aimez Santana, le Santana des trois premiers albums (car à partir du quatrième album, Caravanserai, sorti l'année du premier Malo d'ailleurs, Santana a un peu obliqué ses sonorités latino vers le jazz fusion), vous ne serez absolument pas dépaysé. Non seulement le style musical est similaire, parenté totale, mais en plus Jorge (plus jeune de 4 ans que son frangin Carlos) possède un style similaire. 

M3

Compte  tenu qu'il n'y à que 10 musiciens sur cette photo officielle, je ne suis pas sûr qu'elle soit de l'époque du premier opus

Malo (compte tenu qu'un groupe de musique français récent porte exactement le même nom, rechercher des infos sur le groupe mexicano-américain sur le Net nécessite d'élargir le nombre de mots-clés dans la barre de recherches) n'aura, on s'en doute, absolument pas le même succès que Santana, ce qui est dommage en tout cas pour ce premier album qui mérite absolument qu'on se penche dessus. Du début à la fin (Peace est particulièrement mémorable tout du long de ses 9 minutes), ce premier opus éponyme est un vrai régal, baigné de cuivres étincelants et mariachi, de guitares latino en pagaille, de percussions haletantes et d'un chant parfait et très santanien. C'est dommage pour Jorge d'avoir un frangin dont la carrière avec son propre groupe ait été si époustouflante, car elle (la carrière de Santana) a, quelque part, tué dans l'oeuf celle de Malo, groupe aujourd'hui un peu beaucoup oublié malgré lui. Je ne sais pas ce que valent les albums suivants du groupe, mais ce Malo premier du nom est à mes oreilles le parfait égal à n'importe lequel des trois premiers Santana, aussi bon qu'Abraxas (le meilleur des trois premiers Santana) et même peut-être un peu meilleur, en fait ! A découvrir absolument si vous aimez le rock latino. 

FACE A

Pana

Just Say Goodbye

Cafe

FACE B

Nena

Suavecito

Peace