U9

Cet article sera plus court que les autres sur U2, mais en même temps, cet album aussi est bien plus court que les autres. Ce n'est, d'ailleurs, pas un album, mais un EP, ceci explique cela. Wide Awake In America ne contient que quatre titres, deux par face, pour une durée de 20 minutes (presque 21). Sorti en 1985 alors que le groupe est en tournée de The Unforgettable Fire, il n'est sorti qu'aux USA et au Japon, mais il a fini par entrer dans les charts britanniques en raison du très grand nombre d'imports arrivés dans ce pays. Il existe en CD, commercialisé dans le monde entier, assez facile à trouver, et souvent à bas prix. Heureusement, car même si le contenu musical de cet EP est remarquable, qui aurait envie de dépenser 20 € pour un CD de 20 minutes ? Un euro la minute, c'est assez cher, pas vrai ? Ce disque, en vinyle, n'est pas super difficile à trouver ici, on parle de U2, après tout, mais n'escomptez pas le trouver, sous ce format, à 5 € par tête de pipe, là, il faut faire des concessions. L'album est sorti sous une pochette photographique en noir & blanc montrant Bono, sur scène, bras levés, micro en pogne. Au dos, quatre photos individuelles des membres. Le disque est produit par Eno, Daniel Lanois et Tony Visconti (T-Rex, Bowie, Thin Lizzy).

U10

Le contenu musical de cet EP dont le titre est en partie issu des paroles de Bad est constitué de deux titres live sur la face A, et de deux inédits studio des sessions de The Unforgettable Fire sur la face B. Les titres live sont Bad et A Sort Of Homecoming, deux extraits de The Unforgettable Fire. La première, ici longue de 8 minutes, est dans une version absolument époustouflante, captée au National Exhibition Centre de Birmingham (Angleterre) le 12 novembre 1984. Bono y est dans une forme imposante, The Edge et Clayton se livrent à une sorte de duel guitare/basse assez réjouissant... Sublime. A Sort Of Homecoming, longue de 4 minutes, est elle enregistrée à la Wembley Arena de Londres, au cours d'un soundcheck (répétition scénique) auquel du public a assisté, le 14 novembre 1984. Plus sobre que la version studio, moins immédiate, elle n'en est pas moins belle au final. Une autre façon d'écouter cette sublimissime chanson. La face B, elle, contient donc deux inédits studio. On a Three Sunrises (parfois créditée The Three Sunrises), un bel exemple de big music, du rock héroïque de très bonne volée, un morceau long de presque 4 minutes. Et en final, on a surtout les 4,45 minutes intenses et inoubliables de Love Comes Tumbling, une ballade touchante, aérienne, une de mes chansons préférées du groupe. Bono y est remarquable, la mélodie est parfaite. Une façon idéale de finir ce court mais très sympathique et réussi EP. Pour collectionneurs et fans essentiellement, même si les morceaux sont si réussis qu'il serait dommage de les réserver aux seuls fans et collectionneurs. Si Love Comes Tumbling était sortie en face A de single, elle aurait très certainement cassé la baraque !

FACE A

Bad

A Sort Of Homecoming

FACE B

Three Sunrises

Love Comes Tumbling