119499841

Encore un artiste que j'ai découvert via Collector de Manoeuvre. Ce livre recense 111 albums méconnus (certains le sont vraiment, vraiment, vraiment, et d'autres, à peu près connus, quand même : Byrds, Kinks, Redbone, Zappa, Jamming With Edward ! ...) allant du tout début des années 60 (1963 si je ne me trompe pas, et je ne me trompe pas) à 2015. De Jack Nitzsche à Kelley Stoltz. Et Kelley Stoltz, mais pardon, je ne savais absolument pas qui c'était avant de lire ce livre. Un Américain qui a démarré sa carrière en 1999 apparemment (carrière solo, en tout cas) et qui a sorti, à intervalle irréguliers, des albums. Celui qui était abordé dans le livre, en final, avait été bombardé Disque du Mois à sa sortie, dans Rock'n'Folk. Magazine que je n'achète plus aussi régulièrement qu'avant et justement, le mois où il a été classé Disque du Mois, je n'avais pas du l'acheter. Il s'appelle In Triangle Time et est sorti sous une pochette assez étrange et plutôt sympa, qui me fait penser à du Jonathan Wilson ou du Ty Segall. Deux artistes qui ont apparemment pas mal de points communs avec Stoltz, en cela qu'ils ne sont pas sur des majors, restent farouchement indépendants (cet album de  Stoltz a été publié sur le label Castle Face Records) et surtout, jouent de tous les instruments eux-mêmes. 

KS2

Verso de pochette vinyle (les paroles sont royalement absentes du boîtier CD digipack sans livret)

 Avec quelques musiciens quand même de temps en temps, ici Allyson Baker (basse, guitare), Phil Manley (elbow guitar), Willie Weird (guitare), Garth Steel Klippert (saxophone), Jamin Barton (saxophone) selon les morceaux. Et la moitié des titres ont été enregistrés par Stoltz tout seulôt. Bon, ce disque de Kelley Stoltz, il vaut quoi ? Sincèrement, c'est très bon. J'avoue cependant avoir eu un peu de mal avec la voix du bonhomme, assez grave, qualifiée dans le bouquin comme dans le style Leonard Cohen/Nick Drake. Oui, c'est pas faux, surtout Cohen plutôt que Drake. Les chansons se suivent sans trop se ressembler, c'est parfois très nerveux (You're Not Ice et sa basse démentielle, Wobbly, Cut Me, Baby), parfois plus aérien (Destroyers & Drones), toujours attirant, mais on sent qu'il faut plusieurs écoutes pour apprivoiser l'ensemble. En tout cas, Kelley est un putain de bon multi-instrumentiste (la basse de You're Not Ice n'est pas de lui, ceci dit, mais d'Allyson Parker), les batteries, guitares, claviers, sont de haute volée.

KS3

Mais un peu comme les albums de Jonathan Wilson (Gentle Spirit, Fanfare, le dernier en date), il faut plusieurs écoutes attentives, au calme, pour apprécier In Triangle Time. Et je préfère la folk-rock psychédélique de Jonathan Wilson (Gentle Spirit est un des plus grands albums de ces 20 dernières années, qu'il soit absent du bouquin de Manoeuvre est une hérésie) à ce rock parfois who-ien, parfois proche de l'ambient, parfois folk, parfois quasi grunge. Mais ce disque de Kelley Stoltz n'en demeure pas moins une réussite des plus méconnues, demandez à des fans de rock s'ils connaissent ce disque, plus de la moitié, si ce n'est les trois-quarts, si ce n'est les huit-dixièmes, vous répondront par un non bien rapide et cinglant (et teinté de curiosité, je l'espère). Auquel cas, conseillez leur l'écoute de cet album, qui ne leur prendra que 45 minutes de leur temps si précieux. Conseillez aussi de récidiver l'écoute, ce n'est pas en une seule fois qu'on apprécie le disque. Au contraire, la première écoute risque fort d'être du genre mais c'est quoi, ça ? Ouh, j'aime pas, et ça serait dommage d'en rester là. Bref, In Triangle Time est une belle réussite qui se mérite. 

FACE A

Cut Me, Baby

Jona

Crossed Mind Blues

You're Not Ice

Star Cluster

Pyramid Of Time

FACE B

Fictional Girl

The Hill

Litter Love

Wobbly

Heart Full Of Rain

Destroyers & Drones