S1

Randy California, ce guitariste génial ayant autrefois rapidement joué (en club, sur scène, vers 1966) avec Jimi Hendrix, quitte Spirit, son groupe, en 1971, pour se lancer en solo. Il sortira un album en 1972 (le génial Kapt. Kopter & The (Fabulous) Twirly Birds), participera à divers albums d'autres artistes (en 1974, il joue de la guitare sur un titre du The Silent Corner And The Empty Stage de Peter Hammill, Red Shift), et revient au sein d'un Spirit quasiment mort (un album sans California, Feedback, ne marchera pas) en 1975. Le groupe reformé sort cet album, double (et toujours double, il dure 82 minutes), en 1975, donc. Malgré tout, il s'appelle Spirit Of '76 (allusion à l'esprit de 1776, l'indépendance des Etats-Unis d'Amérique). Il offre 25 titres en tout. Sous une pochette assez hideuse, il faut bien le reconnaître ; si j'ai acheté ce disque, en glorieux vinyle d'époque, ce n'est pas pour la beauté de son artwork. J'avais en revanche lu sur Internet que l'album Future Games (A Magical Kahauna Dream), que j'ai abordé il y à deux bons mois, disque de Spirit sorti en 1977 et consistant en 22 morceaux très courts (l'album étant simple), était une sorte de version SF de Spirit Of '76. J'avais découvert l'album de 1977 (qui est mémorable, mais il faut l'écouter plusieurs fois pour pleinement l'apprécier) via le bouquin de Manoeuvre Collector, ne m'étant jamais penché sur le cas du Spirit de l'après Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus (1970, dernier album du groupe avec California avant son retour en 1975).

S2

L'écoute de l'album Future Games (A Magical Kahauna Dream) m'avait donné envie de découvrir ce que la bande à California et Ed Cassidy (batteur chauve cofondateur du groupe et beau-père de California) avait fait par la suite. Feedback en 1972, moyen. Puis trois albums remarquables entre 1975 et 1976, celui que j'aborde étant le premier (les autres ? Son Of Spirit que j'aborde prochainement, et Farther Along, que j'aborderai probablement dans un avenir pas trop éloigné). Spirit Of '76 est un disque assez étrange, comme seuls les double albums studio de plus de 20 titres peuvent l'être. Il y à pas mal de choses ici, des morceaux en plusieurs parties, des reprises, des titres très courts, deux-trois qui sont bien plus étendus, et une certaine ambiance, un certain esprit, qui font que l'album n'est définitivement pas écoutable dans le désordre ou par petits bouts. On sent aussi un concept, même si l'album n'est pas vraiment conceptuel, il y à deux choses qui font, ici, surface : un certain intérêt pour l'histoire des USA et des ambiances assez hawaïennes. California (Randy Craig Wolfe de son vrai nom) vivait à l'époque à Hawaïï, il y est même mort en 1997 en tentant de sauver son fils de la noyade. Quinn, son fils, s'en est sorti, pas lui. Spirit Of '76 et son pendant futuriste Future Games (A Magical Kahauna Dream) sont les deux albums les plus hawaïens de Spirit, même si ça ne veut pas dire que la bande à California et Cassidy s'est mise au ukulélé. Mais la version étonnante de l'hymne américain qui achève le disque, The Star-Spangled Banner, est à ce titre assez éloquente, ainsi que d'autres titres comme Sunrise, Maunaloa ou même le premier titre, un mash-up entre America, The Beautiful et l'hymne dylanien The Times They Are A-Changin'.

S3

Des reprises, il y en à d'ailleurs quelques autres ici : Like A Rolling Stone (oui, de Dylan aussi) se paie le luxe de durer plus longtemps que la version dylanienne d'époque (elle dure ici presque 9 minutes, c'est le titre le plus long et il achève le premier disque), Happy est une reprise des Rolling Stones, Hey Joe est le fameux titre qui fut popularisé par l'ancien camarade de scène (et modèle guitaristique) de California, Jimi Hendrix, Walking The Dog est un standard du blues/rock'n'roll repris pas par mal de monde (Flamin' Groovies...)... Deux intermèdes parlés, Jack Bond et Jack Bond (Part 2), referont rapidement surface via Jack Bond Speaks, un des courts titres de Future Games (A Magical Kahauna Dream), album sur lequel California reprendra un autre titre de Dylan, qui fut repris par Hendrix en son temps (manière de rendre hommage aux deux d'un coup), All Along The Watchtower. Spirit Of '76 est un disque étrange, il faut l'écouter plusieurs fois pour entrer dedans, au début c'est pas vraiment évident. J'ai remarqué que c'est le cas pour pas mal d'albums du groupe. Même Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus, ce chef d'oeuvre intemporel, nécessite quelques écoutes. La première, me concernant, et même la deuxième, fut du genre quoi ? c'est ça, le monument annoncé ? mais par la suite, le déclic se fit,  et ce fut, à ce moment-là, énorme. J'ai mis moins de temps à entrer dans ce double album bien généreux sorti en 1975 car j'en attendais moins de choses. Mais je n'ai absolument pas été déçu lors de ma première écoute, c'est juste que je sentais qu'il en fallait deux-trois pour bien tout assimiler. Si une telle chose est possible, car tout comme son pendant futuriste (et deux fois plus court, enfin, presque : il dure 44 minutes) Future Games (A Magical Kahauna Dream), cet album de Spirit est aussi généreux en durée et en nombre de morceaux qu'en idées et mélodies ! De toute façon, les quatre albums de Spirit sortis entre 1975 et 1977 sont essentiels (et scandaleusement méconnus).

FACE A

America, The Beautiful/The Times They Ae A-Changin'

Victim Of Society

Lady O' The Lakes

Tampa Jam (Part 1)

Maunaloa

What Do I Have

Sunrise

FACE B

Walking The Dog

Tampa Jam (Part 2)

Joker On The Run

When ?

Like A Rolling Stone

FACE C

Once Again

Feeling In Time

Happy

Jack Bond

My Road

Tampa Jam (Part 3)

Thank You Lord

FACE D

Urantia

Guide Me

Veruska

Hey Joe

Jack Bond (Part 2)

The Star-Spangled Banner