119391255

18ème album studio de Deep Purple, Rapture Of The Deep, avec sa pochette représentant un homme et son reflet déformé dans une étendue d'eau (deux versions du dessin sont proposées, en recto et verso du livret ; au recto, c'est un homme déformé qui se voit tout droit dans l'eau, et au verso, l'inverse), dessin assez moyen au demeurant, date de 2005. Il fait suite à Bananas (2003), qui, lui, faisait suite à Abandon (1998). Abandon fut le dernier album du groupe avec le claviériste Jon Lord, qui décidera de prendre sa retraite après la tournée. Il fut remplacé dès Bananas par Don Airey (qui a joué avec Gary Moore, Judas Priest, Black Sabbath, Saxon, Whitesnake, Rainbow, Jethro Tull, Ozzy Osbourne...du lourd). Rapture Of The Deep possède le même personnel que Bananas, et que les deux albums que le groupe sortira par la suite, NOW What ?! (2013) et InFinite (2017), formation que l'on pourrait qualifier de MkII bis : Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Ian Paice (batterie), Steve Morse (guitare) et Don Airey (claviers). Les trois premiers, tout le monde le sait, faisaient partie de la grande époque 1970/1973. Produit par Michael Bradford, enregistré à Los Angeles (Chunky Style Studios), l'album aligne 10 titres et 51 minutes, durée bien formatée, donc. Musicalement aussi, l'album est bien formaté, on a affaire à du hard-rock mélodique, pas trop violent, susceptible de plaire aux fans du genre comme à ceux qui n'apprécient que modérément le hard (disons que comparé à Black Sabbath, c'est plus facile à faire écouter à un réfractaire au hard-rock, non ?).

DP11

A voir le tracklisting, il s'agit ici d'une version limitée, avec un onzième titre, MTV, que je ne connais pas

A sa sortie, Rapture Of The Deep sera bien accueilli par la presse et, chose plus importante, par les légions de fans du Pourpre Profond, même si aucune des chansons ne rentrera dans les annales. Un album live (Live At Montreux 2006) de la tournée servira de preuve comme quoi au moins trois titres, Rapture Of The Deep, Wrong Man et Kiss Tomorrow Goodbye, furent joués live, mais un autre live, à Montreux aussi, mais de 2011, tendrait à prouver que seul Rapture Of The Deep aurait continué d'être interprété en concert. Alors qu'en 2011, aucun nouvel album du groupe n'avait été fait entre temps. Bon, en même temps, Deep Purple a toujours capitalisé sur ses classiques d'autrefois, ces Speed King et autres Smoke On The Water, on ne leur en voudra pas de ne pas jouer Money Talks, Before Time Began, Clearly Quite Absurd et Back To Back, alors que ces quatre chansons sont franchement très bonnes. Pas grandioses non plus (je pense que la chanson-titre est la seule, ici, à vraiment pouvoir, un jour, mériter de faire partie des classiques du groupe, même si elle n'est pas non plus du niveau de Burn ou Smoke On The Water), mais vraiment pas du tout honteuses. 

DP12

Rien, ici, tout du long des 50 minutes, n'est honteux, en fait ; je ne voit que deux chansons vraiment moyennes, Girls Like That et Don't Let Go. Pas de la merde musicale non plus, mais elles font un peu baisser le niveau de ce Rapture Of The Deep qui, sinon, est supérieur aux deux précédents albums (Abandon, Bananas), supérieur au dernier en date aussi, cet InFinite un peu paresseux mais pas déshonorant. NOW What ?! qui suivra 8 ans plus tard sera nettement plus réussi, lui, en revanche (et la production de Bob Ezrin n'y sera pas pour rien). La production de ce cru 2005 est correcte (le son est très bon), mais un peu légère, passe-partout, il n'y à pas beaucoup de prise de risques en ce qui concerne les chansons aussi... Heureusement, le groupe est soudé et joue très bien, Gillan chante super bien, c'est déjà ça ! Les fans apprécieront, dans l'ensemble. 

Money Talks

Girls Like That

Wrong Man

Rapture Of The Deep

Clearly Quite Absurd

Don't Let Go

Back To Back

Kiss Tomorrow Goodbye

Junkyard Blues

Before Time Began