LOTER1

L'autre jour, comme dirait Olivier De Benoist, je me promenais paisiblement dans le rayon musical de mon magasin culturel préféré quand j'ai entendu, dans la sono du rayon, un truc qui m'a fait me stopper pire qu'un chien de chasse à courre sentant un renard. Putain, me dis-je en mon for intérieur, mais comme le client le plus proche de moi a un peu sursauté en se retournant, j'ai bien peur d'avoir en fait dit ça a haute voix, putain, mais me dites-pas que les Byrds se sont reformés avec un autre chanteur ? La réponse est non, mais je m'en doutais un peu. Ne sachant pas du tout ce que j'entendais, mis à part que c'était fortement country-rock dans l'âme, je file vers un des vendeurs du rayon pour le demander ce que c'est. Le mec sourit et me tend un CD tout fin (digipack sans livret) dont la pochette recto, sans inscription, représente, un peu flous, quatre barbu-chevelus-rétro vêtus, debout, dans la nature. Au dos, le nom de l'album et du groupe. Last Of The Easy Riders. Unto The Earth. 9 chansons (pour 34 minutes, comme je m'en rendrai compte chez oam, une fois le disque écouté, car je l'ai acheté). Mais c'est quoi, ces types ? Le vendeur me confirme que l'album est du même niveau que le morceau qui passait en ce moment précis sur la sono (Shadow Cruiser), lequel est excellent. Ni une ni deux ni cinq-cent-soixante-seize, je file vers la caisse, en plus le disque n'est pas super cher (même pas 15 balles). Dans le pire des cas, je trouverai le résultat un peu bof, mais j'aurai pas payé très cher la déception (au passage : non, il n'a pas - pour le moment en tout cas - été pressé en vinyle).

LOTER2

De retour chez moi, en passant le disque (qui, de Freewheelin' à Woodland Echoes, me ravit de morceau en morceau, et Shadow Cruiser, bien que remarquable, n'est même pas le meilleur morceau de l'ensemble, même si c'est une claque), je cherche des infos sur le Ouèbe. Mis à part des liens vers le bandcamp du groupe, rien ou presque. Je n'ai chopé que deux photos sur le groupe : la pochette de l'album et la photo ci-dessus, le reste des recherches renvoie vers le fameux film de Dennis Hopper dont le groupe a puisé l'origine, sans doute, de son nom (je ne vous ferai pas l'affront de le citer ici, ce film ; toute personne normalement constituée et âgée d'au moins 14/15 ans saura de quoi je veux parler, du moins je l'espère, si sa culture rock est solide). Le groupe est constitué, il est important de citer ces mecs pas connus (pour le moment), de Mitch Mitchum (batterie, chant), Brad Grear (guitare), Christopher Minark (guitare, choeurs), Dan Duggan (basse, chant) et George Szegedy (claviers, chant). Szegedy et Minark sont par ailleurs les producteurs de ce disque paru sur le petit label Agitated Records, enregistré dans le Michigan (Black Lodge Studios de Lansing), mis à part des voix enregistrées à Denver, Colorado, pour certains titres, et oui, je sais, j'ai cité cinq noms mais sur les photos, il n'y à que quatre mecs, me demandez pas pourquoi, sans doute l'un d'entre eux (Duggan, peut-être, qui n'est cité qu'en gratteux) est-il un arrivé de dernière minute, ou un invité... Pour en revenir à Unto The Earth, c'est un régal de country-rock un peu psychédélique parfois, avec des guitares carillonnantes à la Byrds, des vocaux géniaux, des ambiances parfaites, très roots, intemporelles, l'album sonne comme s'il avait été enregistré à la grande époque des Oyseaux ou des Flying Burrito Brothers, autre groupe auquel j'ai pas mal pensé en écoutant ces courtes mais sublimes 34 minutes. Voilà pour ce disque que je conseille à tout le monde, et Visit your national parks (conseil avisé placé sous l'emplacement du CD dans le boîtier) !

Freewheelin'

It Won't Be Long

Easy Alameda

Unto The Earth

Turn The Tide

High And Lonesome

Shadow Cruiser

Silver Canyon

Woodland Echoes