119205544

Dernier album studio sorti du vivant de Rory Gallagher (qui est mort en 1995), Fresh Evidence date de 1990. Il existe sous deux pochettes différentes (au moins), celle ci-dessus est la vraie, celle ci-dessous est une probable réédition ultérieure. Et encore, j'ai le vinyle, acheté récemment (une réédition), et la photo n'est pas la même que sur la photo ci-dessus (Gallagher y est bouche fermée, cadré au plus près) ! J'ai l'intention de faire un petit cycle sur le brillant et regretté guitariste irlandais, sa voix rauque et whiskyeuse, son jeu souvent survolté, et comme je ne fais jamais les choses comme tout le monde, là où d'autres auraient démarré par l'album le plus ancien à aborder (en ce qui concerne Gallagher, et concernant mon cycle, ça aurait été le On The Board de son groupe Taste, ou bien, pour sa carrière solo, Calling Card), j'ai choisi, donc, de démarrer par le plus récent de ceux que je vais aborder. Et ensuite, l'ordre chronologique ne sera peut-être pas respecté, comme je l'ai fait le mois dernier, à peu près, pour Prince. Fresh Evidence date donc de 1990. C'est donc le dernier opus studio sorti du vivant de Rory Gallagher, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cet album, qui offre deux titres en plus sur sa version CD (mais je n'ai que le vinyle, 10 titres, pour 46 minutes), est un pur et dur disque de blues-rock qui tabasse sa tantine en peau de léopard tartinée de miel. Gallagher (chant, guitare, dulcimer, mandoline, sitar électrique) y est entouré de très bons musiciens, et des habitués de ses albums : Gerry McAvoy (basse), Lou Martin (piano), Brendan O'Neill (batterie), John Cooke (claviers), Geraint Watkins (accordéon), Mark Feltham (harmonica), John Earle (saxophone) Ray Beavis (aussi) Dick Hanson (trompette).

RG2

Autre pochette (pour le CD)

C'est Rory qui a produit lui-même le disque, qui respire bon le blues et le roots. Toutes les chansons, sauf Empire State Express qui achève la face A et est de Son House, sont de Gallagher (y compris les deux titres rajoutés en final du CD, le faisant passer à 54 minutes environ, et intitulées Never Asked You For Nothin' et Bowed Not Broken, toutes deux du même niveau que l'album entier). 14ème album solo (et 11ème studio) de Gallagher, Fresh Evidence a été enregistré en plus de temps que les précédents opus. Gallagher commençait à avoir des problèmes de santé (s'il ne buvait pas autant, en même temps...), et plusieurs chansons parlent de la mort, de la fatalité, des coups durs du destin contre lesquels il faut se battre. Walkin' Wounded, Heaven's Gate, sont de ce point de vue-là, sans équivoque. Rory montre ici encore une fois sa grande, immense même passion pour le blues (il reprend Son House), mais aussi pour le zydeco, un genre de blues cajun/créole originaire de la Louisiane, et dont le nom serait (c'est incertain) inspiré d'une mauvaise prononciation, à la français créole louisianais, de haricot. Le zydeco, c'est de la musique populaire bluesy et roots comme il se doit, avec chant éraillé, washboard, accordéon et harmonica. The King Of Zydeco (To Clifton Chenier) rend hommage à un des maîtres du genre. Pas la peine de dire son nom, hein, je crois que c'est évident dans le titre du morceau ! Pour info, Chenier est mort en 1987 et était effectivement surnommé le Roi du Zydeco.

RG3

Offrant quelques instrumentaux (Alexis, The Loop), l'album est vraiment excellent, et ne contient aucune mauvaise chanson. Kid Gloves, Middle Name, Slumming Angel, la reprise de Empire State Express et Heaven's Gate sont particulièrement remarquables, surtout les trois premières chansons que j'ai citées. Si on ne peut pas qualifier Fresh Evidence de sommet de la carrière de Rory Gallagher, il est intéressant de signaler que, dans l'ensemble de sa carrière solo (et même en incorporant les albums faits, avant ça, avec son groupe Taste, sorte de Cream irlandais), aucun album n'est mauvais. Même le moins abouti, Defender de 1987 (son précédent opus), est très bon, très agréable, on l'écoute avec plaisir. Par rapport à certains albums de Clapton qui, eux, sont vraiment plats et difficilement écoutables une seconde fois (Clapton, Back Home, Pilgrim, Behind The Sun, August), les albums de Gallagher, souvent plus tassés (moins de 50 minutes), passent super bien le cap, restent intacts même après plusieurs écoutes. ni le meilleur ni mon préféré, cet ultime album sorti du vivant de l'Irlandais est recommandé à toute personne aimant ou adorant le blues-rock, ou le blues, tout simplement. Ca ne révolutionne rien, mais qu'est-ce que c'est bon ! On pardonnera la pochette, basique, ne donnant pas forcément envie de s'attarder sur le disque. Le contenu est meilleur !

FACE A

Kid Gloves

The King Of Zydeco (To Clifton Chenier)

Middle Name

Alexis

Empire State Express

FACE B

Ghost Blues

Heaven's Gate

The Loop

Walkin' Wounded

Slumming Angel