PM1

Guitariste de Roxy Music, Phil Manzanera s'est rapidement fait une spécialité et un plaisir que de collaborer sur les albums de ses amis musiciens : quand Brian Eno (membre fondateur de Roxy, qui a joué sur les deux premiers opus du groupe avant de partir) s'est lancé en solo en 1973, Manzanera (de son vrai nom Philip Geoffrey Targett-Adams, de nationalité britannique, à moitié colombien de par sa mère) fera partie des invités de luxe de son premier opus (et des suivants, jusqu'à 1977) Here Come The Warm Jets. Manzanera a aussi joué sur des albums de John Cale (Fear), Nico (The End), David Gilmour (On An Island, Rattle That Lock), albums qu'il a souvent produits ou coproduits ; il a fait partie des groupes Quiet Sun (aux côtés de Bill MacCormick et Eno) et 801 (super-groupe qu'il a fondé en 1976 avec Eno, au sein duquel MacCormick a joué, et qui n'a duré que le temps de deux concerts immortalisés par un Live anthologique). Il semblait inévitable que tôt ou tard, Manzanera se lance en solo. Ce sera chose faite en 1975 (année du Mainstream de Quiet Sun, leur unique album) avec un album intitulé Diamond Head. Une partie de la set-list des concerts de 801 sera constituée de chansons des albums d'Eno. L'autre partie sera constituée de morceaux de Quiet Sun (Rongwrong) et de ce Diamond Head, dont le titre inspirera apparemment son nom à un groupe de metal. 

PM2

Verso de pochette

Manzanera (qui joue de la guitare, quelques percussions, quelques choeurs et un peu de claviers) s'autoproduit et s'est entouré d'une légion de grands musiciens, ses amis, qu'il présente fièrement sur la sous-pochette de l'album : on le voit debout, penché en avant comme pour saluer, un grand sourire sur les lèvres, et une main en direction des vignettes photographiques en losange représentant chacune un des invités. Parmi lesquels Robert Wyatt qui chante (en espagnol !) et joue des percussions sur le premier titre, Frontera ; Eno, évidemment, qui en plus de ses claviers bidouilleurs, chante sur deux titres, Big Day et Miss Shapiro qui sera joué avec 801 ; John Wetton (bassiste de Family, Roxy Music en live, et évidemment King Crimson) qui chante sur un titre en duo avec la choriste Doreen Chanter, Same Time Next Week, et joue de la basse ; Bill MacCormick, qui chante sur Alma et joue, avec l'ensemble de Quiet Sun, sur East Of Echo, morceau qui, avec 801, sera couplé avec un titre de Quiet Sun et deviendra East Of Asteroid ; on a aussi Eddie Jobson (de Roxy Music), Iam McDonald (de King Crimson première époque, et par la suite, Foreigner), Paul Thompson (batteur de Roxy Music), Brian Turrington (basse, collaborateur d'Eno), Andy Mackay (saxophoniste de Roxy Music). Avec pareille légion de musiciens talentueux, comment foirer un disque ? Sorti sous une belle pochette représentant un train (?), Diamond Head est tout sauf raté, c'est un des meilleurs premiers albums qui soient, même. 

PM3

Dès le premier morceau, Frontera, chanté en espagnol par Robert Wyatt (choix osé et étonnant, mais qui paie : le morceau est un des meilleurs du projet), on est dans l'ambiance. Guitare saisissante, aux sonorités très proches du style de Robert Fripp, mais malgré tout, un ton très pop. Diamond Head a beau avoir été enregistré avec des musiciens très arty (Eno, Wetton, Turrington, Mackay...), il n'en demeure pas moins que l'album est très accessible. Plus que l'album suivant de Manzanera, le très bon K-Scope de 1978 que j'aborderai ici bientôt. La performance vocale d'Eno sur Big Day et Miss Shapiro est juste excellente, le premier titre est très pop, le second plus étrange, tous deux auraient très bien pu se trouver sur n'importe lequel des deux premiers opus solo du non-musicien. On retrouve (à condition de connaître et aimer le King Crimson de la période 1973/1974) avec plaisir la voix de Wetton sur Same Time Next Week, morceau porté par une basse (la sienne) parfaite, et interprété en duo avec une Doreen Chanter qui en fait peut-être un peu trop, mais possède une belle voix. Belle voix que celle de MacCormick sur Alma, morceau final qui se termine en furie guitaristique de toute beauté. Et les instrumentaux sont absolument parfaits, surtout Diamond Head, dont Manzanera livrera une version démentiellement belle sur le Live de 801 l'année suivante, et qui est ici dans une version déjà sublime, plus lente que la version live, moins évidente, mais superbe. The Flex et East Of Echo sont des prétextes à de belles giclées de guitare, tandis que Lagrima (joué aussi par 801) présente de très sombres, lents et efficaces tunnels de guitare, des vrombissements saisissants (sur le live de 801, le morceau ouvrera les hostilités). Par n'importe quel bout par lequel on le prend, ce premier opus solo de Manzanera est une tuerie dans son genre !

FACE A

Frontera

Diamond Head

Big Day

The Flex

Same Time Next Week

FACE B

Miss Shapiro

East Of Echo

Lagrima

Alma