O1

Vous vous rappelez la britpop ? Ce genre de pop-rock bien britannique (ça tombe bien, vu son nom) qui, le temps de deux-trois ans, entre 1993 et 1996, a envahi les ondes radio et TV, et les chaînes hi-fi et autoradio des gens ? Des groupes comme Oasis, Pulp, Blur, Suede, The Verve ? Oui, évidemment que vous vous en souvenez, c'était il n'y à pas si longtemps, après tout. Il y à des albums absolument mémorables, essentiels, dans la britpop : Parklife de Blur, Different Class de Pulp, (What's The Story) Morning Glory ? de Oasis, Urban Hymns de The Verve, formeraient les 3/4 d'un Top 5. Le dernier 1/5 serait peut-être pour certaines personnes Dog Man Star de Suede, mais pour moi, c'est cet album-ci, le seul et unique album d'un groupe du nom d'Octopus, fondé en 1995. Sorti en 1996 sous une pochette chamarrée (le livret dépliant, accompagné d'une carte de cut-outs, représente un plateau de jeu de société, avec règles du jeu et la carte de cut-outs, ce sont les pions), cet album s'appelle From a To b et le fait est qu'il est scandaleusement oublié. Il faut dire que cet album, enregistré dans six studios britanniques différents (histoire de varier les plaisirs, probablement...), n'a pas eu de bol du tout à sa sortie. 1995 est la grande année britpopienne ; 1996, année de la sortie de From a To b, est quasiment l'année de la fin de l'histoire (oui, OK, Urban Hymns de The Verve, immense et cartonneur, que j'ai cité plus haut, date de 1997 ; mais vous connaissez l'expression C'est l'exception qui confirme la règle ? Merci).

O3

Version vinyle (encore plus rarissime qu'un sourire franc, sincère et amical de Vladimir Poutine)

Anéanti par quelques critiques vraiment assassines (les Inrocks, notamment, diront de ce disque qu'il faut qu'il fasse ses pieuvres, jeu de mots presque digne d'eux, mais en même temps, je n'ai jamais aimé les Inrocks), boosté par quatre singles qui mourront dans les charts sans même parvenir à titiller le haut du classement, From a To b est une déception commerciale absolue. Pour vous dire le degré d'oubli dans lequel ce groupe et leur album sont tombés, il est difficile de trouver des images d'Octopus et de l'album sur le Net, des images en bonne résolution, je veux dire. Celle plus haut, en haut d'article, n'est pas topissime, granuleuse, mais c'est la meilleure que j'ai trouvé ! L'album ne mérite pas cet oubli. Sincèrement, tout du long de ses 51 minutes (pour 15 titres dont deux sans titres, symbolisés, sur la pochette, par respectivement une voiture et un avion, deux instrumentaux de 2 minutes pour l'un et 30 secondes pour l'autre), cet album est un régal de britpop à ranger vraiment à côté du Parklife de Blur (Octopus a, tout comme Blur, été signé sur le label Food, hébergé par Parlophone) pour son côté fourre-tout de génie, pop/rock un peu psychédélique mais pas trop, sorte de Beatles 90's et teenage. De Your Smile (un des singles) au final In This World (qui n'est pas sorti en single mais possède tout pour cartonner, ce qui, évidemment, n'est pas arrivé), en passant par les très rock Saved, Magazine (deux autres singles) et Adrenalina et les très pop beatlesiens Jealousy (sorti en single), King For A Day, Everyday Kiss et Night Song, tout, tout percute à mort ici.

O2

Bien entendu, From a To b, difficile à trouver en CD aujourd'hui (enfin, difficile, non, mais il faut passer par un revendeur, souvent d'occasions, n'espérez pas le trouver dans votre FNAC ou Cultura), a été abordé dans le Collector de Manoeuvre, c'est d'ailleurs ainsi que je l'ai découvert. Né en 1982, j'avais 14 ans à la sortie de cet album, et je me souviens très bien de ce que j'écoutais à l'époque (Queen, Oasis, déjà les Stones, Pink Floyd et les Beatles, et les Scorpions et Toto, aussi). Je me souviens très bien que cet album et ce groupe n'ont vraiment pas affolé les charts à l'époque ; pour être plus clair, je ne me souviens pas du tout en avoir entendu parler, et si le visuel de pochette me disait quelque chose quand je l'ai vu dans le bouquin (et encore, c'est le visuel du vinyle, deuxième image de l'article, qui était utilisé), c'est peut-être inconsciemment. J'ai découvert, avec plus de 20 ans de retard donc, l'existence de ce groupe et de leur unique album via le livre, et à l'écoute de l'album, je me suis vraiment demandé comment et pourquoi From a To b, remarquable de A à B justement (ou disons plutôt de A à Z), n'avait pas fonctionné. C'est d'autant plus incompréhensable et inexpliquible que l'album est une tuerie de britpop savamment bien arrangée, orchestrée, une suite de morceaux qui assurent, un kaléïdoscope musical aussi chatoyant et irrésistible que son artwork dessiné. Bref, un disque génial, un des cinq meilleurs albums de britpop qui soient !

Your Smile

Everyday Kiss

If You Want To Give Me More

King For A Day

Adrenalina

[Car]

Jealousy

Magazine

From a To b

[Airplane]

Saved

Wait And See

Theme From Joy Pop

Night Song

In This World