FM8

Le premier album de Fleetwood Mac, Peter Green's Fleetwood Mac, en 1967, a fait l'effet d'une petite bombe à l'époque. Une sorte de supergroupe constitué d'un bassiste prodigieux (John McVie), d'un batteur dingue et efficace (Mick Fleetwood), musiciens ayant tous deux donné leur nom au groupe d'ailleurs, et de deux guitaristes géniaux : un obsédé d'Elmore James (Jeremy Spencer) et un soliste au talent fou (et au cerveau fou, par la suite...), Peter Green. Après un tel coup d'éclat que ce disque au chien et à la poubelle (allusion à la pochette), on attendait avec impatience la suite. Qui sortira en 1968 sous le titre de Mr Wonderful et sous une pochette aussi comique et iconique que source, probable, d'un léger scandale à l'époque : on y voit Mick Fleetwood, nu, l'intimité heureusement et idéalement cachée par un buisson, tenant dans sa main une poupée et arborant un chapeau et un regard ahuri. C'est la première pochette du groupe à mettre en avant la personnalité fantasque (sur scène, un gros braquemart rose sera installé sur sa batterie, et gigotera à chaque ruade de sa grosse caisse...) du batteur, il y aura, par la suite, la compilation English Rose (sortie pour le marché américain), sur la pochette de laquelle il apparait en travelo ; il y aura Heroes Are Hard To Find en 1974, Fleetwood Mac en 1975, Rumours en 1977, sans oublier les pochettes de Mirage, The Dance et Say You Will sur lesquelles apparaît le groupe entier. Notons enfin le coffret live Boston (concerts de 1970) que j'ai abordé récemment, et dont l'affreux artwork reprend quelque peu le visage chapeauté de Fleetwood sur la pochette de ce Mr Wonderful

FM9

Constitué de quelques reprises (Dust My Broom et Coming Home, tous deux d'Elmore James, notamment) mais quand même essentiellement de morceaux originaux signés Spencer ou Green, Mr Wonderful (aucune chanson ne porte ce nom) contient 12 titres, pour 41 minutes. C'est un album à la fois important et secondaire dans la discographie du groupe : il est important, parce qu'il est le premier album sur lequel joue la claviériste Christine McVie, à l'époque encore Christine Perfect, elle épousera John McVie plus tard en 1968 et prendra son nom (bien que divorcés depuis 1976, elle a conservé son nom), et dès l'album Future Games en 1971, elle commencera à composer et surtout, à chanter (elle a fait partie de tous les albums du Mac, Say You Will de 2003 excepté, et l'année dernière, a sorti, conjointement avec le guitariste Lindsey Buckingham - du Mac de 1975 à 1987 et depuis 1997 - un album en duo éponyme, sur lequel jouent Fleetwood et John McVie). Mais Mr Wonderful est aussi un album secondaire, car il faut bien dire que ce deuxième album n'est pas aussi génial que le premier, ou que le suivant, Then Play On de 1969 (qui reste le meilleur de la période blues originelle). On trouve d'excellents morceaux ici (les deux reprises d'Elmore James, ou bien Stop Messin' Round, signé Peter Green), mais l'album semble un peu fadasse quand même.

FM10

Loin de moi l'idée de dire que Mr Wonderful ('Monsieur Magnifique') aurait du s'appeler Mr Lousy ('Monsieur Minable'), car l'album est quand même très agréable à écouter, très sympathique, mais ni Doctor Brown, ni Rollin' Man, ni Lazy Poker Blues, ni If You Be My Baby, ne parviennent à me convaincre que l'album est du niveau du premier. Malgré la maestria toujours ahurissante des musiciens, et les voix parfaitres de Green et Spencer. Ce groupe assurait dans le blues, il suffit d'écouter les deux volumes de Blues Jam In Chicago (1969), où ils croisent le fer avec Willie Dixon, Otis Spann et Shakey Horton, notamment. On trouve ces deux volumes à des prix imbattables (genre 4 € en état neuf, je parle du format CD, hein), et il serait criminel de passer à côté, pour ce prix. Mr Wonderful, lui, qui est parfois vendu à ce prix-là aussi, n'est à réserver qu'aux fans du groupe (de la première période, je veux dire : si vous ne connaissez de Fleetwood Mac que la période pop-rock FM de 1975/2003, vous serez surpris et peut-être déçu, ici, c'est du blues), et si vous voulez découvrir cette première période du groupe, privilégiez le premier album, ou bien Then Play On, ou leur Greatest Hits d'époque (1971) plutôt que Mr Wonderful, album un peu mineur, pas raté, pas honteux, mais vraiment pas le meilleur du groupe.

FACE A

Stop Messin' Round

I've Lost My Baby

Rollin' Man

Dust My Broom

Love That Burns

Doctor Brown

FACE B

Need Your Love Tonight

If You Be My Baby

Evenin' Boogie

Lazy Poker Blues

Coming Home

Trying So Hard To Forget