AC46

Fin du cycle Alice Cooper avec un disque qui ne fait pas du tout suite au précédent que j'ai abordé (hier), DaDa. Vu que DaDa date de 1983, et que celui-ci, en revanche, date de 2011, or le Coop' n'a pour ainsi dire pas chômé entre temps. Petit rappel discographique de la période de la carrière d'Alice Cooper que j'ai décidé de ne pas aborder dans ce cycle (du moins, pour le moment - et au passage, le fait est que tous les albums que j'ai abordés ou réabordés sont, tous, de la période Warner, et ça s'explique par le fait que j'ai récemment écouté ou réécouté les albums de cette période, mais pas les autres). Après DaDa, Cooper, complètement rétamé, redevient sobre, et va le rester à vie (à l'heure actuelle, il l'est toujours, et on sent qu'il le restera), il va aussi mettre trois ans avant de refaire un disque, ça sera Constrictor en 1986, pour lequel il change de maison de disques (il passe chez MCA). Avec ce disque, c'est le retour au son hard-trash des débuts, mais en plus nerveux et explosif, les temps ayant a-changé entre les années 70 et les années 80. Un album moyen, ceci dit, comme Raise Your Fist And Yell en 1987. En 1989, Trash, et nouvelle maison de disques, Epic. Un disque un peu daté dans sa production, mais vraiment très correct, de même que Hey Stoopid (1991), The Last Temptation (1994) qui est conceptuel, et dans une moindre mesure Brutal Planet (2000), pour lequel on a encore une fois un changement de label, Eagle Records (pour l'Europe). Dragontown en 2001, très bon et très influencé par Nine Inch Nails, The Eyes Of Alice Cooper en 2003 (mouais, bof), Dirty Diamonds en 2005 (un peu mieux), Along Came A Spider en 2008 (correct) pour lequel on change encore une fois de label (Roadrunner Records), et en 2011, cet album, sorti sur Spinefarm Records, Welcome 2 My Nightmare. Alice fera encore un disque en 2017, Paranormal, son dernier à ce jour, je ne sais pas ce qu'il vaut.

AC47

Welcome 2 My Nightmare, comme son titre l'indique, est une suite, tardive (l'original datant de 1975), à Welcome To My Nightmare. C'est le 26ème album studio du Coop' (il en a donc sorti 27 à ce jour, ça force le respect), il est produit par Bob Ezrin et a été enregistré à Nashville, Tennessee, aux Anarchy Studios. Alice a enregistré ce disque avec Ezrin aux claviers, Steve Hunter à la guitare, et trois musiciens de son ancien groupe, Neal Smith (batterie), Dennis Dunaway (basse) et Michael Bruce (guitare, claviers), on a aussi les voix de Rob Zombie et Kesha, la guitare de John 5 (guitariste de Rob Zombie, Marilyn Manson), Tommy Henriksen (guitare, basse, claviers, percussions programmations)... Long de 52 minutes (56 dans l'édition CD que j'ai entendue, avec un bonus-track : une reprise du standard We Gotta Get Out Of This Place qui fut autrefois chantée par les Animals et Blue Öyster Cult), l'album est conceptuel et rien que son titre et sa pochette auraient mis tout le monde sur la piste de l'album de 1975. Alice a eu l'idée de faire ce disque en 2005, au moment des 30 ans de l'album original. C'est Bob Ezrin qui lui a proposé d'en faire une suite, et Alice trouvera l'idée excellente. Pour marquer le coup, il décida de faire venir ses musiciens de son époque 'groupe' (1969/1974), bien que ceux-ci ne jouaient pas sur Welcome To My Nightmare. Trois des quatre seulement, mais pour Glen Buxton (guitare), la raison en est simple : étant mort en 1997, il avait un billet d'absence... A la base, cependant, Alice voulait, de son côté, faire une suite à Along Came A Spider à la base, mais Ezrin lui ayant dit qu'il n'était pas intéressé par un tel projet, il a décidé de suivre l'idée de son producteur.

AC48

Il a eu raison, même s'il faut bien dire que Welcome 2 My Nightmare n'est vraiment pas aussi réussi que l'original. Bon, sincèrement, c'est un excellent album de hard-rock, de metal en fait, et on y trouve des chansons absolument géniales comme I Am Made Of You, I'll Bite Your Face Off, What Baby Wants (avec Kesha), The Congregation (avec Rob Zombie), l'instrumental The Underture qui puise son inspiration dans plusieurs chansons de l'album, mais aussi de celui de 1975 (Only Women Bleed, Steven, Years Ago...) et sert efficacement de conclusion à ce nouveau cauchemar, qu'Alice a voulu pire encore que le précédent, pari tenu, la production bien chargée mais plus musclée que celle de l'album de 1975, la violence des textes, l'atmosphère bien lugubre, tout concourt à faire de ce disque un voyage musical cauchemardesque dans la tête remuée d'Alice Cooper, ou plutôt de celui qui, dans l'album, fait un tel mauvais rêve. Je ne peux que conseiller l'écoute de ce disque vraiment réussi, même si l'original de 1975 reste indépassable dans son genre. On peut reprocher à cette suite tant attendue des fans une durée un peu imposante, même si ça aurait pu être pire encore. L'album de 1975 assurait grave en 43 minutes bien tassées, celui-ci, plus long de 10 minutes, souffre de quelques (rares) longueurs. Mais je chipote, Welcome 2 My Nightmare est vraiment du bon boulot !

I Am Made Of You

Caffeine

The Nightmare Returns

A Runaway Train

Last Man On Earth

The Congregation

I'll Bite Your Face Off

Disco Bloodbath Boogie Fever

Ghouls Gone Wild

Something To Remember Me By

When Hell Comes Home

What Baby Wants

I Gotta Get Outta Here

The Underture

Bonus-track : 

We Gotta Get Out Of This Place