RN1

Si je vous dit Rick Nelson, ça vous parle ? Moins que Ricky Nelson, probablement, alors qu'il s'agit de la même personne. Ricky Nelson, fameux chanteur de rock'n'roll américain ayant eu, dans les glorieuses 50's, des classiques tels que Lonesome Town et I'm Walkin'. Un chanteur pour minettes de l'époque, acteur à ses heures perdues (Rio Bravo, notamment, et diverses séries TV comme, hélas pour lui, La Croisière S'Amuse). Le bonhomme a traversé sa gueule d'ange et son pseudonyme facile à retenir (il s'appelait en réalité Eric Hilliard Nelson) durant les années 50, mais sa carrière a commencé à battre de l'aile vers le début des années 60. Il s'est orienté vers la country, et a changé son pseudonyme, virant la dernière lettre (Ricky était son surnom d'enfance) pour un plus sobre et 'adulte' Rick. Alors que les autres artistes de sa génération et/ou son genre (Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, Little Richard...) faisaient des tournées nostalgiques sur le bon vieux temps d'jadis, lui a continué, seul, faisant sa musique, de nouvelles chansons, et se faisant huer au cours d'un concert au Madison Square Garden de New York, concert du genre que je viens de décrire d'ailleurs (un concert de vieilles gloires) parce qu'il interprétait des nouvelles chansons plutôt que les classiques que les gens étaient venus écouter. En 1972, il enregistre, avec un groupe du nom de Stone Canyon Band, un album majeur et oublié de nos jours, écrin de plusieurs chansons remarquables et notamment de la chanson-titre, qui marchera très fort dans plusieurs pays (et qui parle de cette huée qu'il a ressentie au Madison Square Garden). L'album s'appelle Garden Party

RN2

Verso de pochette (la coupe en bas à gauche montre un cut de bac à soldes, pratique hélas courante pour montrer qu'un disque était bradé ; pas une photo perso, même si j'ai le disque sous ce format)

La pochette de l'album, noire, montre un Rick Nelson bien fringué, bien coiffé, tenant fièrement sa guitare, une expression hautaine et fière sur le visage, l'air de dire je fais la musique que je veux, et si ça te plait pas, va vite te faire foutre avant que ça soit bondé de monde. Quelques années plus tard, face à l'échec commercial de sa carrière sous le nom de Rick Nelson, il reprendra son ancien nom de Ricky et refera des tournées nostalgiques, jusqu'à ce qu'un crash aérien, en 1985, ne le tue. Mais au moins, pendant quelques années, il aura essayé, seul et avec le vent bien en face, mais il aura essayé, et Garden Party, tout du long de ses 36 minutes, est probablement un des meilleurs albums de country-rock au monde. Jouant de la guitare rythmique, Nelson est entouré d'Allen Kemp (guitare lead et choeurs), Tom Brumley (steel guitar), Patrick Shanahan (batterie), Stephen A. Love (basse, choeurs) et Don Nelson (flûte), lequel n'est pas, je pense, le frère de Rick, mais un homonyme (Nelson n'est pas un nom rare). Le Stone Canyon Band fut formé par Nelson en 1969 via une série de concerts donnés au Troubadour (une salle de Los Angeles), concerts très country-rock ayant donné un excellent live. Randy Meisner (basse), futur membre fondateur des Eagles, fit partie de la première mouture du groupe de Nelson. Garden Party, sorti en 1972, est le troisième album studio et quatrième album tout court de Rick Nelson & The Stone Canyon Band, il y en aura encore un en 1974 et ensuite, Rick redeviendra Ricky. L'album est porté par la majestueuse chanson-titre, une diatribe acerbe sur cette réaction du public qui le hua parce qu'il ne chantait pas ses chansons d'antan. 

RN3

Ce n'est cependant pas la seule grande chanson de l'album, loin de là, et rien que le premier titre, Let It Bring You Along, écrite par Stephen A. Love (Nelson a, tout seul, signé 6 titres sur 10), est juste grandiose, de la country-rock plus rock que country (Garden Party, c'est l'inverse, c'est un peu le Hickory Wind de Nelson), dotée d'un excellent rythme, et qui ouvre à la perfection l'album. On entend ça, direct on se dit que l'album risque fort d'être génial. Certaines chansons (Night Time Lady, Are You Really Real ? et So Long Mama) sont très country dans l'âme, assez calmes, douces, mais pas désagréables au contraire. Une reprise de Chuck Berry (I'm Talking About You, efficace), un Palace Guard aussi long que mémorable en final (5 minutes), un I Wanna Be With You co-écrit par Randy Meisner qui assure, autant de chansons qui font de cet album aujourd'hui très méconnu (il a été abordé dans le fameux livre Collector de P. Manoeuvre, je l'ai découvert via le livre, et il m'a donné envie, le livre mais aussi l'album, d'écouter les autres albums de la période Stone Canyon Band de Nelson) un jalon du genre. Qui fut d'ailleurs très bien reçu par la presse à l'époque. Garden Party est du niveau des meilleurs albums de Gram Parsons (en solo ou avec ses Flying Burrito Brothers), des Byrds période countrysante (1968/1971) et des Eagles de la même époque (1972 : année de leur premier album). C'est juste remarquable de bout en bout, de sa pochette un peu prétentieuse mais réussie à ses morceaux, en passant par sa production (signée Rick Nelson lui-même). Essentiel du genre !

FACE A

Let It Bring You Along

Garden Party

So Long Mama

I Wanna Be With You

Are You Really Real ?

FACE B

I'm Talking About You

Night Time Lady

Flowers Opens Gently By

Don't Let Your Goodbye Stand

Palace Guard