AC31

On y est : l'ultime chef d'oeuvre d'Alice Cooper. Non, c'est pas une de mes exagérations : From The Inside est bel et bien un chef d'oeuvre, et le dernier grand, grand, grand disque d'Alice Cooper selon moi. En tout cas, son dernier bon album pour une période de 5 ans, et son dernier grand disque pour une période de presque 10 ans. Cet album est miraculeux, car il fait suite au désastre absolu (seule la pochette est à sauver, ce qui, on est d'accord, ne rentre pas en compte quand on parle de la qualité d'un album) de Lace And Whiskey, album merdique, daubesque au possible, enregistré en 1977 par un Coop' dans un état des plus déplorables, accro à la bibine. Il fera une cure de désintox dans un asile juste après la tournée de l'album (qui sera immortalisée par un live médiocre que je n'aborderai pas...pas dans un futur immédiat, en tout cas), et cette cure, qui ne servira pas à grand chose car peu de temps après, Alice remplacera l'alcool par la drogue pure et (surtout) dure, servira à Alice de tremplin artistique pour son album suivant, qu'il sortira en 1978, sous une pochette marquante et remarquable, et très originale, car plutôt ludique : non seulement le visage du Coop', on le voit sur l'illustration ci-dessus, est scindé en son milieu par une ouverture qui montre une vue intérieure d'un asile, en trois volets, mais en plus, dans le volet intérieur, on a un autre petit volet qui s'ouvre (une porte, celle de la quiet room) et montre une photo d'Alice dans une cellule capitonnée. Au verso, une porte permet, en s'ouvrant, de montrer Alice et d'autres aliénés, cherchant à se barrer. Sur la porte sont indiqués les titres des chansons, 10 au total, pour 39 minutes.

AC32

Produit par David Foster, l'album a été enregistré avec Steve Hunter et Dick Wagner (guitares) encore, mais aussi avec plusieurs musiciens, certains invités, que l'on n'aurait pas imaginés sur un album du Coop' : Dee Murray, Davey Johnstone (musiciens d'Elton John), Jim Keltner (batterie), et surtout, plusieurs des musiciens de Toto : le guitariste Steve Lukather, le bassiste David Hungate, le chanteur (aux choeurs, avec aussi Kiki Dee, Marcy Levy, Flo & Eddie) Bobby Kimball. Les morceaux ont été écrits en collaboration avec Bernie Taupin, parolier et ami de longue date d'Elton John. Attendez un peu, Toto, Elton John, Kiki Dee, Jim Keltner, Marcy Levy (choriste de Clapton)... C'est de la pop, non ? La réponse est oui et non en même temps. From The Inside est un album d'Alice Cooper, et un album conceptuel sur son expérience dans l'hôpital psychiatrique où il a passé sa cure et a sûrement dû voir des choses étranges. Mais c'est vrai que bien que l'album soit parfois assez mouvementé, c'est un disque largement plus accessible, commercial et, oui, pop que de coutume. Ca sera fortement reproché à Alice, d'ailleurs, les fans seront déroutés par l'album qui, cependant, marchera bien et sera porté par le single How You Gonna See Me Now. D'autres chansons sont remarquables, la triplette d'intro est par exemple du Cooper pur jus : From The Inside, Wish I Were Born In Beverly Hills et The Quiet Room. Millie And Billie, chantée en duo avec Marcy Levy, est une rengaine pop un peu sirupeuse, mais agréable. Inmates (We're All Crazy) est une conclusion remarquable. 

AC33

La pochette ouverte (on voit bien les trois volets aux pliures)

Avec sa pochette marquante (le regard de fou perdu de Cooper, à nouveau maquillé mais pendant la dernière fois pendant des années, du moins sur les photos des albums studio, est inoubliable),, sa production clinquante, pop/hard et ses chansons géniales, From The Inside, document sur une période difficile de la vie et de la carrière d'Alice Cooper, est une réussite pour moi totale, oui, totale. Après le marasme de Lace And Whiskey, ça fait du bien d'avoir un album aussi réussi, aussi miraculeux, j'insiste sur ce terme, de la part du Coop'. Hélas pour lui comme pour nous, hélas pour moi qui vais devoir les aborder bientôt, les trois albums suivants seront tellement merdiques, tellement à chier, que c'est une vraie douleur rien que de se dire qu'ils sont signés Alice Cooper (de son côté, ses addictions aux drogues feront qu'il ne se souvient pas d'avoir enregistré ces albums, véridique, un gigantesque trou noir le concernant, et quelque part, c'est tant mieux, car il n'y à rien de glorieux dans cette suite de carrière). Voici donc le dernier chef d'oeuvre d'Alice Cooper. A écouter et réécouter en boucle, comme quasiment tous les précédents opus...

FACE A

From The Inside

Wish I Were Born In Beverly Hills

The Quiet Room

Nurse Rozetta

Millie And Billie

FACE B

Serious

How You Gonna See Me Now

For Veronica's Sake

Jackknife Johnny

Inmates (We're All Crazy)