PB1

Encore un p'tit coup de Collector ? Je pense que je vais commencer à être saoûlant, à force de parler de ce bouquin de Manoeuvre et d'aborder un par un les albums qui y sont abordés (ceci dit, je ne vais pas tous les faire, loin de là), mais que voulez-vous, je suis comme ça. Et puis, ça serait vraiment dommage que celles et ceux qui ne connaissent pas ces albums passent à côté. Point Blank, vous connaissez ? Oui, c'est le titre d'une chanson de Bruce Springsteen (de The River, 1980), et aussi celui d'un film de John Boorman avec Lee Marvin (Le Point De Non-Retour en VF, à voir absolument, mais je commence à être hors-sujet). Point Blank c'est aussi un groupe de hard-rock américain originaire du Texas, produit par le producteur d'un autre groupe texan, ZZ Top (le producteur, c'est Bill Ham), et qui, contrairement aux ZZ Top, n'obtiendra hélas aucun succès à l'époque. De 1976 à 2014, le groupe a sorti 9 albums dont un live (en 2007) qui fut, à sa sortie, leur premier opus en 25 ans. Trois des membres originaux (le guitariste Kim Davis, le guitariste Rusty Burns, le bassiste Philip Petty, qui n'a aucun lien avec Tom) sont, depuis, morts, ainsi que Bill Randolph (basse depuis 1979), le groupe a presque réussi à faire aussi bien que les Ramones dans ce sinistre domaine. Le premier album du groupe est sorti en 1976 sous une pochette qui tabasse (un fusil à double canon, pointé vers la tronche du possesseur de l'album ; au verso, le fusil est cassé, de la fumée sort du canon, le coup a été tiré), l'album est éponyme, Point Blank donc, et aussi court qu'efficace : en seulement 8 titres, il dure 32 minutes ! Il est si court que la réédition CD de l'album le propose sur le même disque que l'album suivant du groupe, Second Season (1977), lequel dure, lui, 40 minutes. Je l'aborderai très prochainement, ce deuxième album, vu que je le possède aussi, ayant cette édition CD.

PB2

Point Blank est, pour ce premier opus, constitué donc de Kim Davis, Rusty Burns, Philip Petty, mais aussi du chanteur John O'Daniel et du batteur Peter Gruen. Sorti sur le label Arista en 1976, l'album est donc produit par Bill Ham via son label Lone Wolf (ZZ Top, encore), et est un parfait exemple de southern rock à tendance hard. Un peu comme Lynyrd Skynyrd, ce fameux groupe de southern rock (originaire, eux, d'Alabama, pas du Texas) qui, en 1976, était déjà très connu, et pas loin de périr dans son accident d'avion (ce drame se passera en 1977), si vous cherchez un point de comparaison. Les Allman Brothers aussi (qui, originaires eux de Georgie, étaient moins hard, plus bluesy), qui furent parmi les premiers dans leur genre. Techniquement, ce  premier opus de Point Blank est juste remarquable, et bien formaté malgré sa courte durée qui frustre pas mal. On a tout, ici : un chanteur en forme et avec une voix parfaite, des guitares sanguinaires, une rythmique du feu de Dieu, une production éclatante (l'album sonne putain de bien), on ne s'ennuie pas une seule seconde durant l'écoute des 8 morceaux, on passe d'un hard-rock endiablé (That's The Law, Free Man, In This World) à des chansons parfois un peu plus mélodiques. Distance, long de 5 minutes (trois titres font cette durée), est une ballade magnifique, mélancolique, le passage calme obligé (si on peut dire) de l'album, le Simple Man de l'album (pour refaire une comparaison avec les Skynyrds), et on ne s'en passe pas.

PB3

Pas une photo du groupe à l'époque du premier album : ils sont six, et sur l'album, seulement cinq. Mais pas évident de trouver des photos d'eux sur le Net...

Mais tout est parfait ici, faisant de Point Blank un des meilleurs albums de hard-rock sudiste, et peut-être même de hard-rock tout court, qui soient, en tout cas, un album remarquable à (re)découvrir à tout prix si vous aimez les guitares qui vrombissent et les chansons bien rythmées et nerveuses. Encore une fois, la production est totalement à la hauteur, ce disque sonne même mieux, je trouve, que certains des premiers ZZ Top qui furent cependant produits par le même Bill Ham. J'aurai l'occasion d'en reparler bientôt, mais le deuxième album, dans le même registre, est lui aussi absolument remarquable. Après, d'après ce que j'en ai lu sur le Net, le groupe virera progressivement au hard-FM avant de splitter comme des malpropres en 1983, de se reformer en 2005 pour des concerts (le live de 2007, leur premier album en 25 ans, est enregistré en 2005), et de sortir quelques albums, le dernier datant de 2014. A chaque fois sans grand succès, sans retentissement médiatique (c'est un détail sans importance, mais seul le premier album a sa page Wikipédia, et je parle du Wiki anglophone, plus fourni que le francophone), faisant donc de Point Blank un groupe de bons faiseurs qui gagneraient amplement à être mondialement reconnus. Ce premier album, peut-être leur meilleur (le meilleur des deux premiers, en tout cas !), est juste essentiel dans son genre, voilà tout. 

FACE A

Free Man

Moving

Wandering

Bad Bees

FACE B

That's The Law

Lone Star Fool

Distance

In This World