CCR1

Avec la compilation Endless Summer des Beach Boys, cet album est le plus court double album vinyle que je connaisse (il doit évidemment en exister d'autres, mais je ne les connait pas) : il dure à peine 50 minutes (pour info, la compilation des Beach Boys, qui date d'un an après ce double live, est encore plus court, moins de 50 minutes, si je me souviens bien) ! Le plus drôle est que, malgré sa courte durée (et c'était bien un double vinyle, je le certifie : je possède un exemplaire français d'époque), ce live propose probablement l'intégralité d'une performance scénique de Creedence Clearwater Revival. Ce Live In Europe, sorti en 1973 mais capté au cours de concerts de 1971, ne propose pas un seul concert, c'est un assemblage. Mais compte tenu que le groupe avait pour habitude de faire des concerts de maximum une heure/un heure et quart, et que ce live approche de l'heure sans toutefois l'approcher, on peut estimer qu'il représente vraiment bien ce que le groupe avait alors l'habitude de faire, chaque soir, sur scène. D'ailleurs, il existe d'autres lives de Creedence, qui ne sont pas beaucoup plus longs ! Bon, sinon, Creedence Clearwater Revival, pas la peine de les présenter, hein ? Un des groupes les plus populaires de la fin des années 60 (premier album : 1968 ; trois albums l'année suivante ; dernier album studio en 1972 ; sept albums studio en tout), mené par le chanteur/guitariste John Fogerty et sa voix éraillée et en colère. Il y avait aussi son frangin Tom à la rythmique, tu Cook à la basse et Doug 'Cosmo' Clifford à la batterie. Du moins, jusqu'en 1970. En cette année-là, le groupe enregistre Pendulum, leur sixième opus, et ce disque ma foi vraiment réussi (Pagan Baby...tuerie !) sera le dernier du groupe en tant que quatuor. Tom Fogerty se barre courant 1971, avant cette tournée européenne ayant donné l'album, il entamera une carrière solo inégale, il partira fâché avec son frangin, et ne se réconciliera jamais avec lui (Tom Fogerty est mort du Sida, suite à une transfusion sanguine contaminée, en 1990). 

CCR2

And then there were three, et avec les deux membres de la section rythmique qui décident de, euh, chanter (je n'encourage personne à se pencher sur le seul et unique album solo de Doug Clifford, Cosmo, sorti en 1973, c'est abominable de l'avis même de celui qui a enregistré l'album et refuse de le voir réédité), Creedence sort Mardi Gras, court (28 minutes) et immonde album termninal, en 1972. Deux des titres, dont un chanté par Stu Cook (Door To Door) sont là. Mardi Gras, sorti en 1972, fut enregistré en grande partie en fin d'année 1971. Les deux titres de Mardi Gras joués ici, l'autre étant le single Sweet Hitch-Hiker, sont donc des morceaux inédits au moment où ils sont interprétés au cours de ces concerts donnée sur le Vieux Continent, en septembre. Réduit à un trio, Creedence n'a pas perdu sa force. Certes, il n'y à plus qu'une seule guitare, mais c'est la lead, et la voix est là, bien là. Que dire à l'écoute de Live In Europe ? Le son est un peu moyen parfois (rustique, dirons-nous, sans être épouvantable non plus) ? Oui, en effet, et je ne sais pas comment sonne la version CD, mais ça ne doit pas être beaucoup mieux. L'album est court ? Oui, vraiment, vu la qualité des morceaux (hormis un Door To Door très moyen, et Stu Cook est certes un excellent bassiste, mais en tant que chanteur...), on aurait aimé plus de musique, mais comme CCR faisait des concerts courts, prétextant qu'au bout d'une bonne heure, le groupe commençait à jouer moins bien car la fatigue commençait à se sentir, la durée n'aurait pas été beaucoup plus étendue s'il avait fallu rajouter des titres. 51 minutes, 14 titres, dont un qui occupe toute la face D (Keep On Chooglin', long de 12,45 minutes, soit à peu près la durée de chacune des faces), c'est peu, mais on s'en contentera.

CCR3

Intérieur de pochette, le groupe sur la route, avec un Fogerty hilare et un Stu sans sa moustache

Et puis, les morceaux ici sont juste terribles, et ça commence en fanfare avec Born On The Bayou et Green River (couplé avec Susie Q, morceau avec lequel il partage quasiment la même mélodie, en tout cas le même riff) pour s'achever en tuerie avec ce Keep On Chooglin' mémorable. Entre le début et la fin ? Le milieu, et il est loin d'être négligeable aussi, Lodi, Commotion, Fortunate Son, Proud Mary, Up Around The Bend, Hey Tonight, Bad Moon Rising, assez, assez,  j'en peux plus, tant de merveilles d'un coup c'est trop pour moi. La performance est excellente, même si on notera que Creedence ne s'éloigne pas d'un millimètre des chansons : versions au cordeau, plus pêchues certes, mais sans improvisations (Keep On Chooglin' excepté, évidemment : la version studio dure un peu plus de la moitié de la version live), vous pouvez écouter la version studio en même temps que la version live, sur deux platines différentes, et elles se finiront probablement en même temps, ou vraiment à quelques secondes d'écart. On peut regretter cette absence de folie, ou juger que le groupe assure comme des professionnels. On peut aussi se dire qu'ils expédient leurs 14 titres comme des bûcherons dans la forêt, ils font leur boulot, mais sans en rajouter. Fogerty semble aussi à l'aise, sur scène, qu'un chat le serait sur une plancha allumée. En plus, il y avait des tensions avec Fantasy Records, leur maison de disques, qui flouait Fogerty. Pendant 20 ans, après la séparation (effective ou presque, au moment de la sortie de ce live) du groupe, Fogerty refusera catégoriquement de jouer, sur scène, la moindre chanson de Creedence, ne voulant pas enrichir danvatage ceux qui l'ont financièrement sodomisé. Sa voix serait-elle, parfois, sur ce live, plus rude, violente, colérique que d'ordinaire ? Il chante super bien, en tout cas. Il joue super bien. Rectificatif au pluriel, ils jouent super bien. Le son est parfois un peu brouillon, certes, et le disque est court, trop court (chaque face se finit plus vite qu'on ne le croit, à peine retourné, il faut changer le disque), mais Live In Europe fonctionne super bien comme un best-of live du groupe. Presque tout est là, j'ai bien dit presque (pas de Down On The Corner, de Run Through The Jungle, de Pagan Baby même si on entend des bribes du morceau dans Keep On Chooglin', de Ramble Tamble, de Who'll Stop The Rain), et chaque album, même le nullissime Mardi Gras, est représenté. Pour un fan, et pour un fan de rock, c'est indispensable. Comme tout Creedence (le dernier opus excepté, mais bon, il le faut quand même pour la collection...), d'ailleurs.

FACE A

Born On The Bayou

Green River/Susie Q

It Came Out Of The Sky

FACE B

Door To Door

Travelin' Band

Fortunate Son

Commotion

Lodi

FACE C

Bad Moon Rising

Proud Mary

Up Around The Bend

Hey Tonight

Sweet Hitch-Hiker

FACE D

Keep On Chooglin'