R-2366651-1280069371 

Alors là... Que dire ? Un des plus grands chanteurs francophones (rappelons sa belgitude) repris par un des plus grands chanteurs anglophones (américain de nationalité), deux chanteurs ayant la particularité d'avoir des voix intenses, et d'être deux références absolues pour un certain David Bowie (qui reprendra et l'un, et l'autre). D'un côté du ring, Jacques Brel. De l'autre, Noel Scott Engel, alias, de son nom de scène, Scott Walker, ex-membre des Walker Brothers (dont je vais reparler very soon), un groupe vocal américain de pop des années 60/70 qui étaient tout sauf des frères au passage. Walker s'est lancé en solo en 1967, un an avant la séparation des Brothers (qui reviendront à la fin des années 70, rapidement) avec un album intitulé Scott. Puis Scott 2 en 1968. Scott 3 en 1969. Scott 4 (qui sera retiré de la vente, suite à son insuccès total, peu après sa sortie, mais est aujourd'hui très justement considéré comme un chef d'oeuvre) en 1969 aussi. Et aussi 'Til The Band Comes In en 1970, et ainsi de suite, Walker, qui est toujours en vie et en activité même si c'est sporadique, livrera souvent des albums de qualité (Climate Of Hunter en 1984, Tilt en 1995, Soused en 2014, son dernier à ce jour, album expérimentai fait avec Sunn O))), un groupe américain de metal expérimental). En 1981, soit trois ans après la mort de Brel, sortira cet album que j'aborde, une compilation en réalité, Scott Walker Sings Jacques Brel. 32 minutes proposant 9 reprises, en anglais, de Brel, plus une chanson écrite par Walker, et totalement sous influence du Belge. 

CS604484-01B-BIG

De son premier album à son troisième (Scott 4 ayant été le premier de ses albums à ne contenir que des morceaux originaux), Walker aura livré des reprises de Brel, trois par album précisément. Cette compilation les regroupe tout simplement, et rajoutera un morceau de son 'Til The Band Comes In de 1970, le très joli Little Things (That Keeps Us Together), pour terminer l'album, faire un compte rond des morceaux, et l'empêcher d'être encore plus court, même si le morceau rajouté ne dure au final que 2,20 minutes. Précisons qu'une édition CD de la compilation, datant de 1990, ne propose pas cet ultime titre, transformant la compilation en vraie compilation Walker/Brel, mais bien évidemment, plus courte de 2 minutes, déjà que c'est pas long... Les autres sont donc des reprises de Brel, adaptées en anglais, globalement, par Mort Shuman, excusez du peu. de Scott, on a Mathilde, Amsterdam et My Death (les deux dernières seront reprises par Bowie, qui s'inspirera très clairement de l'interprétation de Walker, surtout pour Amsterdam, vu que pour My Death, il avait réussi à faire, encore, autre chose que la pourtant déjà enivrante version walkerienne de cette grande chanson) ; pour Scott 2, on a Jackie, Next et The Girls And The Dogs ; et pour Scott 3, Funeral Tango, If You Go Away et Sons Of. Je ne vous ferai pas l'injure de vous donner les titres des versions originales, c'est assez éloquent, juste dire que If You Go Away, c'est Ne Me Quitte Pas.

scott-walker

Personnellement, j'aurais bien aimé plus de chansons, mais il aurait pour ça fallu que Walker reprenne d'autres chansons de Brel, ce qu'il n'avait peut-être pas l'intention de faire, étant probablement passé à autre chose. Pour ce qui est des chansons de Brel, reconnaissons qu'il y aurait eu le choix ! Les neuf reprises, ici, produites à l'ancienne et sentant bien leur époque (ce n'est pas du tout psychédélique, au contraire, c'est de la chanson française...en anglais !, avec arrangements classiques de l'époque), sont toutes parfaites. Et fidèles. Virez la voix de Walker, mettez celle de Brel à la place, vous avez, quasiment, les versions originales ! Mention spéciale, ici, à Jackie, Next, My Death, If You Go Away et Mathilde, mais toutes sont absolument sublimes, et si vous aimez Brel, cet album vous enchantera et vous proposera une alternative de qualité. Une preuve parmi tant d'autres que Brel était un génie, car même reprises en anglais, ces chansons restent des plus incroyables, inchangées, preuve donc que les chefs d'oeuvre sont immortels. Belle pochette, aussi, avec, au dos, en anglais évidemment, trois textes : un sur Brel, un sur Schuman qui a adapté les textes, et un sur Walker. Un disque remarquable, malgré son statut un peu bâtard de compilation ne proposant, au final, rien de nouveau, quiconque ayant les trois premiers Walker (et son album de 1970 aussi) a déjà ces chansons dans les mêmes versions. Mais la qualité est totale.

FACE A

Jackie

Next

The Girls And The Dogs

If You Go Away

Funeral Tango

FACE B

Mathilde

Amsterdam

Sons Of

My Death

Little Things (That Keeps Us Together)