31 janvier 2018

"Concerts For The People Of Kampuchea" - Collectif

Du 26 au 29 décembre 1979, à l'Hammersmith Odeon de Londres, une série de concerts a eu lieu, tous liés par un seul et même évênement : en venir en aide aux victimes de la guerre civile cambodgienne, alors que le pays allait succomber aux sinistres Khmers Rouges du non moins sinistre Pol Pot. Ces concerts caritatifs ont donné lieu, en 1981, à un double live produit par Chris Thomas, proposant, en 78 minutes, 20 extraits de ces multiples concerts de divers groupes : les Wings, les Who, les Clash, les Pretenders, Queen... Je ne vais... [Lire la suite]

31 janvier 2018

"Emile Jacotey" - Ange

 Je suis fan de rock progressif, ce qui veut dire que j'aime Genesis, Yes, Emerson, Lake & Palmer (ceci dit, pour ces derniers, uniquement jusqu'au triple live mégalomaniaque de 1974, après, je déteste ce qu'ils ont fait), Gentle Giant, Gong, Caravan, et évidemment King Crimson et Pink Floyd qui sont pour moi dans le très haut du panier. En France, on a eu des progueux aussi (certains classeraient Magma dans ce genre ; je dis : non), comme les Moving Gelatine Plates, Gong (en partie un groupe français, que j'ai déjà cité... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 janvier 2018

"The End..." - Nico

Lu une fois dans un article d'époque (de Lester Bangs, dans une anthologie de ses textes), un article baptisé "Les suprémacistes du bruit blanc" et dans lequel il s'en prenait aux racistes du rock, des extraits d'interviews de Nico, qui avait eu apparemment des mots franchement dégueulasses sur les Afro-Américains, traitant les Noirs d'animaux, etc, etc, etc... L'écoute de cet album, sorti en 1974, son quatrième, et la pensée de ces déclarations inexcusables peuvent dont prouver qu'on peut être une lamentable conne tout en offrant... [Lire la suite]
30 janvier 2018

"Caravanserai" - Santana

Le disque du suicide commercial. C'est ainsi que cet album fut surnommé dans les couloirs et bureaux de Columbia Records, à New York, en 1972, alors que Santana préparait, enregistrait son quatrième album, Caravanserai. Faut dire que cet album avait de quoi interloquer et même inquiéter Clive Davis (alors dirigeant de Columbia). Santana ne pouvait s'éloigner davantage du rock latino des débuts avec ce disque principalement instrumental de 52 minutes, plus qu'influencé par l'Arabie et le jazz. Mais avant de continuer à en parler, de... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 08:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
29 janvier 2018

"Masters Of Rock" - Pink Floyd

Ouuuuh, voilà un disque qu'il sert à rien. J'ai limite envie de le classer dans les 'ratages et coups de gueules', pas parce que c'est un ratage (musicalement, tout, ici, se tient tout seul comme un grand depuis la date de l'enregistrement, il y à 50 ans), mais parce que c'est un gaspillage de vinyle, une compilation (car ç'en est une) qui ne sert à rien et est du vrai foutage de gueule. Cette compilation est d'abord sortie en 1970 sous le nom The Best Of Pink Floyd (avec une photo du groupe avec David Gilmour, alors qu'il ne joue... [Lire la suite]
29 janvier 2018

"This Year's Model" - Elvis Costello

Declan Patric McManus... Avec un nom pareil, pas étonnant qu'il ait choisi Elvis Costello comme nom de scène. Enfin, c'est pas vraiment lui, mais son manager qui aurait choisi ce pseudo, allusion aussi bien à Presley qu'à une des stars du cinéma comique américain des années 50 (Abbott & Costello). Personnellement, je pense que Buddy Costello aurait bien collé aussi, vu le look très Buddy Holly du bonhomme, mais comme Presley est mort l'année du premier album de Costello (My Aim Is True, avec Watching The Detectives et Less Than... [Lire la suite]

28 janvier 2018

"Desertshore" - Nico

Suite à l'insuccès commercial de son deuxième album The Marble Index en 1969, on aurait pu croire que Nico allait s'en tenir là. Quittant sa maison de disques Elektra (ou bien s'étant fait virer d'elle, c'est possible aussi), l'Allemande, toujours assistée de son ancien lover John Cale, signe sur Reprise Records et va sortir, en 1970, son troisième album : Desertshore. La pochette tant recto que verso de cet album propose, sur un cadre fleuri (j'ai remarqué que la pochette du Bullinamingvase de Roy Harper, de 1977, possède un cadre... [Lire la suite]
28 janvier 2018

"Fear" - John Cale

S'il y à bien une personnalité affiliée au rock (parlant de lui, je n'ose dire 'rock star') qui détonne, c'est John Cale. Ce Gallois encore en activité a commencé ses méfaits vers 1963/64 (il avait alors dans les 22 ans) aux côtés du compositeur, poète et plasticien John Cage (le fameux auteur de 4'33'', un morceau intégralement silencieux de la durée de son titre, et que Cage joua live), il a participé à une prestation de 18 heures des Vexations d'Erik Satie, puis au sein du Dream Syndicate (à l'époque baptisé The Theatre Of... [Lire la suite]
27 janvier 2018

"Time" - Fleetwood Mac

Ce disque est très mal aimé. Ou plutôt, pour être plus précis, ce disque n'est ni aimé, ni détesté, il est juste, la plupart du temps, oublié, méprisé, négligé, on n'en parle pas. Parce que c'est un album vraiment à part dans la discographie de Fleetwood Mac. Time, sous sa pochette représentant un oeuf de pingouin en train d'éclore (le pingouin est un des emblèmes du groupe, en grande partie parce que le bassiste John McVie, un des membres fondateurs de Fleetwood Mac (le Mac du titre vient de son nom), aime ces animaux), est sorti... [Lire la suite]
Posté par ClashDoherty à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
27 janvier 2018

"15 Big Ones" - The Beach Boys

Aaaah, 15 Big Ones... Tout, sur ce disque, a envie de nous crier de faire gaffe. Le titre de l'album (grosso modo : '15 gros n°1', mais c'est aussi une allusion, pour l'époque, aux 15 ans d'existence du groupe), le lettrage, les cinq photos des zigotos, souriants niaisement pour deux d'entre eux, dans des médaillons disposés selon les anneaux olympiques (qui, eux, apparaissent réellement au verso, voir plus bas), sur fond bleu, avec ce triple cadre de couleurs... Tout nous gueule que ce disque semble être un bon gros nanar musical,... [Lire la suite]