K1

Du 26 au 29 décembre 1979, à l'Hammersmith Odeon de Londres, une série de concerts a eu lieu, tous liés par un seul et même évênement : en venir en aide aux victimes de la guerre civile cambodgienne, alors que le pays allait succomber aux sinistres Khmers Rouges du non moins sinistre Pol Pot. Ces concerts caritatifs ont donné lieu, en 1981, à un double live produit par Chris Thomas, proposant, en 78 minutes, 20 extraits de ces multiples concerts de divers groupes : les Wings, les Who, les Clash, les Pretenders, Queen... Je ne vais pas tous les citer, vu que je le ferai ultérieurement dans l'article, et vu qu'on les distingue tous sur la pochette (plutôt moche, mais utilitaire) de ce double album dont il existe aussi une version filmée, existant en VHS probablement, et aussi et surtout en DVD. Concerts For The People Of Kampuchea (nom officiel, cambodgien, du Cambodge), tel est le nom de ce double live. Ce n'est pas la première fois que des concerts à vocation caritatifs furent faits, un des premiers ayant été le fameux Concert For Bangladesh de George Harrison et Ravi Shankar en 1971. Par la suite, il y en aura des tas et des tas, de ce genre de manifestations musicales : No Nukes (contre le nucléaire) en 1979, le Live Aid en 1985, le  Live 8 en 2005, les concerts des Enfoirés, de Sol En Si, ou en faveur d'Amnesty International. Mais en 1979, ce n'était pas encore totalement la mode. Ce double live a-t-il servi à quelque chose ? On sait bien que non, politiquement parlant, en tout cas. J'ose espérer que l'argent amassé par ces concerts a bien été reversé comme il faut au Cambodge, car si le concert pour le Bangladesh avait amassé du flouze, des malversations, auxquelles Harrison et Shankar était bien entendu totalement étrangers, firent que l'argent n'alla pas complètement (voire pas du tout) au Bangladesh. Je ne sais pas non plus si ce double live a marché dans les charts à sa sortie. J'espère, car ça voudrait dire qu'en plus de l'argent des concerts, il y aurait aussi eu l'argent de la vente de l'album de reversé. Et puis, franchement, ce double live, à défaut d'être parfait et immense, est vraiment loin d'être horrible.

K2

Le son est parfois un peu moyen, il faut le reconnaître, même si on s'habitue, et il y à pire en guise d'album live. Les groupes ne sont pas forcément tous en forme olympique, mais les performances sont, dans l'ensemble, en deux catégories : honorables et excellentes. Dans le rayon des performances honorables (plus précisément : correct mais il y à de la place pour du progrès), notons les Who, qui ont droit à l'intégralité de la première face. A l'époque, les Qui étaient pire que dans le creux de la vague : Keith Moon, leur charismatique, dingue et mythique batteur, le seul qu'ils aient eu jusque là, est mort en 1978, peu après l'album Who Are You. Il est remplacé par Kenney Jones, ancien des Small Faces. Le concert des Who pour ce double live a duré dans les 3 heures, on en a retenu une vingtaine de minutes et quatre morceaux : Baba O'Riley et Behind Blue Eyes sont excellentes, Sister Disco est aussi nulle que sa version studio, et See Me, Feel Me offre un final dantesque. Notons que quelques jours avant ce concert, le 3 décembre précisément, les Who connurent une tragédie : à Cincinnati, au cours d'un de leurs concerts, une ruée dans la foule fit 11 morts... Le groupe devait très certainement être encore traumatisé par le fait divers tant il joue un peu guindé, et Daltrey ne semble pas en forme. Autre performance assez correcte mais sans plus, celle de Rockpile, le groupe de rock'n'roll revival de Dave Edmunds et Nick Lowe, un truc un peu nunuche qui livre ici deux morceaux : Crawling From The Wreckage (pas mal) et Little Sister (nul, malgré que le chanteur, sur ce morceau, soit Robert Plant ; que Plant joue avec Rockpile n'est pas étonnant : le groupe fut publié notamment sur Swan Song Records, label crée par Led Zeppelin !). Enfin, la performance de Queen (Now I'm Here) est sympa, mais le groupe a mieux joué par le passé et jouera mieux dans l'avenir.

K3

En revanche, rien à dire sur les prestations des Pretenders (trois morceaux, soit la motié de la face B, et parmi eux, The Wait et Precious), de Ian Dury & The Blockheads (un Hit Me With Your Rhythm Stick jouissif mais à la qualité audio un peu moyenne, seul morceau du groupe sur l'album), des Clash (là aussi, un seul morceau, Armagideon Time, un reggae excellent), des Specials (Monkey Man, qui n'est pas une reprise des Rolling Stones, excellent unique morceau des barons du ska 2-Tone sur le live), d'Elvis Costello (un seul morceau, hélas de seulement 2 minutes, The Imposter, mais il est excellent), et enfin, sur l'intégralité de la dernière face, des Wings de Paul McCartney, à l'époque en pleine période Back To The Egg. Les trois premiers morceaux de la face D, c'est les Wings qui chantent Got To Get You Into My Life, Every Night et Coming Up (que Macca fera en solo en 1980 sur son album McCartney II, une fois les Wings terminés), des versions très bonnes (surtout Every Night, que Macca interprétait live quasiment pour la première fois à l'époque), même si cette mouture des Ailes n'est pas la meilleure. Les trois morceaux restants sont McCartney et son Rockestra, un supergroupe de musiciens de rock, qui interprètent Lucille de Little Richard, Let It Be et le Rockestra Theme. Sur Back To The Egg, dernier album des Wings, le Rockestra apparaissait sur Rockestra Theme et So Glad To See You There. Ce fatras de musiciens rock est amusant à entendre, et devait l'être encore plus à voir, car on avait : Denny Laine, Lawrence Juber (tous deux des Wings), Pete Townshend, Robert Plant, James Honeyman-Scott (des Pretenders), Dave Edmunds aux guitares ; Gary Brooker, Paul et Linda McCartney, Tony Ashton aux claviers ; Steve Holly (des Wings), Kenney Jones, John Bonham (notamment) aux batteries) ; Paul McCartney, Ronnie Lane, John Paul Jones aux basses ; des cuivres ; et Paul, Linda, Ronnie Lane, John Paul Jones, Robert Plant et Bruce Thomas aux voix. Un orchestre rock, un Rockestra, quoi. Sympa, mais l'expérience ne durera qu'un très court temps (l'album des Wings et ces concerts). Et pour finir, on a donc du bon et du moins bon, mais même le moins bon est (Sister Disco et Rockpile excepté) plutôt correct, alors si vous en avez la possibilité, dénichez le vinyle (l'album n'a pas été édité en CD, du moins il me semble) !

FACE A

Baba O'Riley

Sister Disco

Behind Blue Eyes

See Me, Feel Me

FACE B

The Wait

Precious

Tattooed Love Boys

The Imposter

Crawling From The Wreckage

Little Sister

FACE C

Now I'm Here

Armagideon Time

Hit Me With Your Rhythm Stick

Monkey Man

FACE D

Got To Get You Into My Life

Every Night

Coming Up

Lucille

Let It Be

Rockestra Theme