571097

Aaaah, 15 Big Ones... Tout, sur ce disque, a envie de nous crier de faire gaffe. Le titre de l'album (grosso modo : '15 gros n°1', mais c'est aussi une allusion, pour l'époque, aux 15 ans d'existence du groupe), le lettrage, les cinq photos des zigotos, souriants niaisement pour deux d'entre eux, dans des médaillons disposés selon les anneaux olympiques (qui, eux, apparaissent réellement au verso, voir plus bas), sur fond bleu, avec ce triple cadre de couleurs... Tout nous gueule que ce disque semble être un bon gros nanar musical, et rassure-vous, c'est bel et bien le cas. Les Beach Boys nous livrent ce 15 Big Ones en 1976, un disque qui, tout en récoltant des critiques assez mitigées (et même souvent froides, pour tout dire), se paiera le luxe de cartonner dans les charts, une des plus grosses ventes d'albums du groupe des frangins Wilson ! Ce qui, quand on pense au fait que Pet Sounds n'a pas marché à sa sortie 10 ans plus tôt, permet de se poser de très franches et justifiées questions. Comment un disque tel que Pet Sounds a-t-il pu merder au hot-parade à l'époque malgré sa totale réussite (le genre d'album qui, après un milliard d'écoutes, recèle toujours quelque chose de plus à l'auditeur) tandis que ce 15 Big Ones enregistré par un groupe en totale déréliction et qui semblait ne plus avoir rien à foutre de rien, ces 39 minutes (pour 15 titres, oui, bravo, mais en même temps c'était pas dur) minables pour la plupart d'entre elles, ont pu être la plus grosse vente d'albums du groupe depuis des années et pendant des années ?

CS565140-01B-BIG

Personnellement, je ne cherche même pas à piger, c'est sans doute incompréhensible à quiconque n'ayant pas fait l'Ecole des Mines ou Polytechnique. Et avant que vous ne me demandiez pourquoi j'ai acheté ce disque en vinyle (réédition), car oui je l'ai acheté, je vous dirai qu'il était en soldes, still sealed, à 8 €, alors même si je pressentais que je n'allais pas, avec ce disque, prendre un kif aussi intégral qu'avec Holland ou Love You (les deux albums qui sandwichent celui-ci dans la discographie studio des Biche Bois), pour 8 €, un vinyle 33-tours neuf, emballé, d'un album vendu plus cher que ça n'importe où ailleurs, ça ne se refusait pas, et puis ça en fait un de plus dans ma collection. Mais je savais que j'allais en terrain boueux avec 15 Big Ones, album produit par un Brian Wilson auquel il manquait déjà pas mal de pièces au puzzle, et déjà sous la coupe du Dr Landy, son psychiatre et futur manager/producteur. Au centre des médaillons de la pochette recto, Brian a eu l'idée de faire un disque de reprises de vieux standards (couplés avec quelques chansons inédites ; en tout, je crois qu'il y à 8 reprises, ici), parmi lesquels Chapel Of Love, Blueberry Hill (atrocement reprise), Rock And Roll Music, Just Once In My Life. Tous les Biche Bois (Brian, Dennis et Carl Wilson, Al Jardine, Mike Love) chantent, en solo ou en duo ou trio ou groupe, sur cet album au sonorités à mi-chemin entre la pop/surf des débuts et le doo-wap/rock'n'roll. Aucune des 8 chansons de la face A ne dure plus de 2,40 minute. Le morceau le plus long, Just Once In My Life, dure une minute de plus !

a692831c0616ca4ee4cd892d8c8bfc77

Tentative ratée, pour un groupe de trentenaires (et presque quadra en fait), de se la jouer comme aux débuts, 15 Big Ones ne contient rien de viable et est embarrassant du début à la fin, de sa pochette à son contenu (précisons que la pochette est ouvrante, ce qui n'est pas si fréquent que ça pour les Beach Boys), et il n'est pas étonnant que l'album ait été aussi mal reçu à sa sortie par la presse qui s'est globalement déchaînée contre ces futurs vieux cons. La même année, dans une relative discrétion, Dennis Wilson préparera et enregistrera son premier (et unique) album solo, le gigantesque Pacific Ocean Blue, sorti l'année suivante, l'année du mémorable et miraculeux Love You des Beach Boys qui, le temps de l'album, se reprendront en main...pour la dernière fois. Car il vaut mieux oublier les albums qu'ils feront par la suite, ces L.A. (Light Album) et autres Still Cruisin' littéralement merdiques. Sincèrement, ce cru 1976 des Beach Boys est lui aussi, malgré son succès commercial incompréhensible (à moins qu'un élan de nostalgie n'ait pris les masses en 1976, je ne vois que ça ; pourtant, l'élan nostalgique lancé par American Graffiti, en 1973, était quand même passé, en 1976, non ?), une de leurs chiures. A fuir. Je conserve le vinyle pour la collection, mais rien ne dit qu'il ressortira de sa pochette un jour...

FACE A

Rock And Roll Music

It's OK

Had To Phone Ya

Chapel Of Love

Everyone's In Love With You

Talk To Me (Medley)

That Same Song

T M Song

FACE B

Palisades Park

Susie Cincinnati

A Casual Look

Blueberry Hill

Back Home

In The Still Of The Night

Just Once In My Life