Neilyoung_RoadRockVol1-500x500

Vous reprendrez bien un peu de Neil Young ? Ah, ne me dites pas non, car en plus ce l'album que j'aborde aujourd'hui, il y aura bientôt un autre disque, pas encore abordé, du Loner sur le blog. Cet album, celui que j'aborde maintenant, est un live (ceci dit, l'autre aussi en sera un), il date de 2000 et est assez court, car il ne dure que 64 minutes. Oui, une heure, en gros. Mais pour 8 titres seulement, oscillant entre un peu plus de 3 minutes pour le plus court, et carrément 18 minutes pour le plus long. Enregistréau cours d'une tournée américaine en début d'année 2000, entre San Diego, Santa Barbara, Cleveland et Vancouver (Canada, pays natal de Neil Young), ce live est sorti en CD en en DVD. Il s'appelle Road Rock 1 : Friends And Relatives, et à l'heure où je vous parle, il n'existe pas de Road Rock 2, soit que Neil a décidé de ne pas en sortir un, soit qu'il en sortira un un de ces jours mais on ne sait pas quand, soit qu'il n'a jamais eu l'intention de faire un volume 2, et ce titre est là pour faire marrer. Un album de Neil Young ne serait rien sans une pochette de merde, et encore une fois, on n'est pas déçus du résultat : cette teinte rose, ce flou artistique daubesque (on a l'impression qu'il pleuvait des cordes quand la photo a été prise, mais qui sait, le concert immortalisé sur la photo était peut-être en intérieur, donc pour la pluie, on repassera), ce lettrage majuscules manuscrit habituel du Loner...

MI0002646284

Certes, ce n'est pas la pire pochette d'album de Neil Young, des trucs comme Silver & Gold, Chrome Dreams II, Fork In The Road ou Zuma sont pires (et Neil a aussi eu droit à quelques sublimes pochettes : On The Beach, Everybody Knows This Is Nowhere, Time Fades Away), mais c'est tout de même assez visuellement agressif et franchement pas terrible. Le pire avec Neil, c'est que ses pochettes ne donnent pas vraiment envie de se pencher sur l'album, la plupart du temps. Ce qui, des fois, sert de prévention contre des albums vraiment pas terribles (Fork In The Road, Landing On Water) mais si on se réfère au visuel d'un album pour juger si, oui ou non, il faut l'écouter, notre répulsion empêcherait aussi de connaître des merveilles telles que Chrome Dreams II ou Zuma, ce qui serait dommage. Sans oublier Unplugged. Ce live de 2000, ce Road Rock 1 : Friends And Relatives, est un assez bon petit cru du Loner, qui tire son nom (l'album) du fait qu'ici, Neil est entouré de quelques uns de ses amis (le bassiste Donald 'Duck' Dunn, le batteur Jim Keltner, le claviériste Spooner Oldham, le guitariste Ben Keith) et de proches issus de sa famille (sa femme Pegi aux choeurs, et sa demi-soeur Astrid, aussi aux choeurs). Chrissie Hynde, chanteuse des Pretenders, est invitée au chant et à la guitare sur le dernier titre, une reprise du All Along The Watchtower de Bob Dylan qui clocke à presque 8 minutes.

neil_young_9

L'album est assez bien foutu, on a droit à quelques classiques du Loner (Cowgirl In The Sand, Walk On, Tonight's The Night, Peace Of Mind), et à un morceau inédit, Fool For Your Love, datant des sessions de l'album This Note's For You (1988), un album à prédominance jazzy et rhythm'n'blues. Enfin, quand je dis inédit...en 2000, quand le Loner a sorti ce live, oui. Inédit en album. Mais Neil l'a interprétée en live durant la tournée de This Note's For You, où il se produisait dans de petites salles, et en 2015, un des volumes de ses Archive Live Series, Bluenote Cafe, un double live, sortira, un live de la tournée de l'album de 1988, et on y trouve une interprétation de Fool For Your Love. Donc, un inédit pour ceux qui n'avaient pas vu le Loner en 1987/88 durant sa tournée précitée. C'est le morceau le plus court ici, 3,30 minutes. Le plus long, lui, c'est Cowgirl In The Sand : 18 minutes. Et il ouvre le bal, de plus. Bon, ce morceau est déjà long à la base, 10 minutes dans sa version studio. Cette version très étendue, presque le double, est un peu trop longue. C'est le problème de Neil, il s'étend, parfois. Ici, on a 11 minutes pour Words, 10,30 minutes pour Tonight's The Night, les autres morceaux sont bien plus sobres en durée. Petit souvenir de Earth, son dernier live en date (2016), un double live avec, en final du second disque, une version épouvantablement trop longue de Love And Only Love. Ce morceau, qui dure 10 minutes en studio, y atteignait péniblement (vers le milieu, et jusqu'à la conclusion, ça se traînait lamentablement en longueur) les 28 minutes. Ici, rien de tel, même si les 18 minutes de Cowgirl In The Sand sont sans doute trop longues, 12 ou 13 minutes auraient suffi. Quant à Words, l'album Journey Through The Past de 1972 en proposait une version de 16 minutes ! Il n'empêche que Road Rock 1 : Friends And Relatives est à la fois longuet (8 titres seulement pour une heure de musique) et frustrant (à chaque fois qu'un live, surtout sorti directement en CD, ne soit que simple album, c'est une déception, car ça signifie qu'il manque des morceaux par rapport à un concert de l'artiste en question, ce qui est très certainement le cas ici). Mais pour un fan du Loner, je veux dire, un vrai fan, capable de tout écouter de lui, cet album, à défaut d'être un de ses meilleurs lives, reste très correct !

Cowgirl In The Sand

Walk On

Fool For Your Love

Peace Of Mind

Words (Between The Lines Of Age)

Motorcycle Mama

Tonight's The Night

All Along The Watchtower