cover_411259112016_r

Revoilà Spirit. Je n'en avais parlé ici qu'à deux reprises, via Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus (chef d'oeuvre de 1970) et The Adventures Of Kapt. Kopter & Commander Cassidy In Potatoland (sorti en 1981, mais enregistré en 1973, un album très correct et original). Randy California (chant, guitare), le leader de ce groupe fondé en 1967, a quitté Spirit en 1971 pour se lancer en solo (premier opus solo en 1972, je l'ai abordé récemment). En 1972, Spirit sort Feedback, sans lui. L'année suivante, il enregistre, avec Ed Cassidy (batteur de Spirit, et son beau-père), l'album que j'ai cité, qui sortira en 1981 finalement (pour des histoires de droits ? Je l'ignore). En 1974, California revient dans Spirit, et en 1975, le groupe publie Spirit Of '76. Un double album de 25 titres et 82 minutes, au passage. La même année, Son Of Spirit, puis Farther Along en 1976. Puis, en 1977, Spirit sort cet album, un album étrange et difficilement chroniquable qui, en fait, est quasiment un album solo virtuel de Randy California, qui joue quasiment de tout ici : Future Games (A Magical Kahauna Dream). Le sous-titre est peut-être là pour distinguer cet album du Future Games de Fleetwood Mac (1971), même si, musicalement, c'est franchement très éloigné. L'album dure 43 minutes et contient, accrochez-vous, 22 titres. Dont 13 sur la face B. Non, aucun titre n'est long, vous vous en doutez bien (durée du morceau le plus long : 4,25 minutes ; et du plus court ? 10 secondes !). Comme je l'ai dit, California joue quasiment de tout (chant, guitare, basse) sur l'album, qui a cependant aussi été enregistré avec Ed Cassidy (batterie), Joe Kotleba (synthétiseurs) et Terry Anderson (chant). C'est California qui produit. 

4320b

Quatrième opus de Spirit sur le label Mercury Records, Future Games (A Magical Kahauna Dream) est un disque vraiment à part, sous sa pochette noir & blanc montrant un California torse nu, posant de manière nonchalante avec sa guitare en bandoulière, bras croisés et collier tribal autour du cou. Après cet album, il faudra attendre 1984 pour avoir un nouvel album de Spirit (entre temps, l'album enregistré en 1973 sortira, en 1981, ce ... Potatoland étonnant), et jusqu'à la mort de California en 1997 par noyade alors qu'il tentait de sauver la vie de son fils qui se noyait aussi (son fils survivra, heureusement), ça sera vraiment épisodique. Future Games (A Magical Kahauna Dream) est un grand album méconnu, qu'il est probablement plus facile de se procurer en vinyle qu'en CD, même si l'album a probablement été réédité deux-trois fois. Mais déjà que leur classique absolu de 1970, ce Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus, n'est pas évident à trouver en magasin (en revanche, sur le Net, aucun problème), j'imagine comment ça doit être galère pour celui-ci ! Vrai délire guitaristique et futuriste (son titre ne ment pas), l'album offre donc 22 titres allant de 10 secondes (19 pour le deuxième plus court) à même pas 4,30 minutes, et inutile de dire que l'album ne se vendra pas très bien, et qu'il ne renferme aucun tube. On a All Along The Watchtower, reprise de Dylan qui fut reprise aussi par Hendrix (avec qui California joua, en 1966, avant qu'Hendrix ne fonde son Experience), un guitariste qui, dans le style de California (tant guitaristique que vocal), est une évidente influence. Sa version du classique dylanien puis hendrixien est très étonnante, spatiale, et c'est d'ailleurs ce titre le morceau le plus long de l'album. 

randy2

Mais sinon, très difficile de parler de l'album. On ne va pas épiloguer sur ces courts passages de même pas une minute, ces CB Talk, So Happy Now, Interlude XM, Interlude 2001, Hawaiian Times, Mt. Olympus, qui ne servent pas à grand chose hormis à rajouter des titres dans la déjà imposante tracklist (pour un album simple, avoir 14 titres est déjà imposant, alors 22...), et il est évident que pour ceux qui ont l'album en MP3, écouter Future Games (A Magical Kahauna Dream) sous ce format, sur votre lecteur MP3 ou smartphone, doit être chiant, avec ces blanks d'une microseconde entre chaque court titre. Perso, ça me le fait avec le A Wizard/A True Star de Todd Rundgren (1973) qui, en 56 minutes, offre 19 titres. Moi qui pensait que dans le genre, Rundgren, avec ses albums parfois épuisamment longs (67 minutes en un seul disque vinyle, avec un morceau de 35 minutes sur la face B : Initiation) et parfois surchargés de courts morceaux, était le plus extrémiste dans le genre, mais Spirit/California, avec cet album très généreux en morceaux et un peu moins en durée 44 minutes tout de même), a fait limite plus fort encore. Ah, j'oubliais, la même année 1977, Wire, avec leur premier album Pink Flag : 35 minutes, 21 titres ! Bon, pour en revenir à l'album de Spirit, c'est un disque certes étrange, chelou même (des passages bien barrés), mais remarquable et passionnant de bout en bout. Je l'ai découvert via le récent livre de Manoeuvre dans lequel il aborde une centaine d'albums méconnus mais qu'ils estime être remarquables, des albums n'ayant pas eu de succès pour X raisons, mais qui tiennent encore la route et lui tiennent à coeur. Parmi ces albums, celui des Beach Boys que j'ai abordé l'autre jour (Love You), que je connaissais déjà, et, donc, cet album de Spirit, que j'ai tout de suite eu envie d'écouter, rien qu'en regardant son tracklisting de folie. Je ne le regrette pas, et si vous ne connaissez pas encore, essayez, si ça se trouve, ça va vous plaire !

FACE A

CB Talk

Stars Are Love

Kahauna Dream

Buried In My Brain

Bionic Unit

So Happy Now

Al lAlong The Watchtower

Would You Believe

Jack Bond Speaks

FACE B

Star Trek Dreaming

Interlude XM

China Doll

Hawaiian Times

Gorn Attack

Interlude 2001

Detroit City

Freakout Frog

The Romulan Experience

Monkey See Monkey Do

Mt. Olympus

The Journey Of Nomad

Ending