Kapt+Kopter+and+The+Fabulous+Twirly+Birds+cover

Attention, chef d'oeuvre. Et ne vous fiez pas à sa pochette qui, il est vrai, fait très 'album de seconde zone'. Ce gros cadre blanc, ce lettrage 'gonflé'... L'album, lui, est tuant. Randy California (Randy Wolfe de son vrai nom), vous connaissez ? Non ? Et si je vous dit Spirit ? Non plus ? Bande de mécréants. Mais il est vrai que Spirit, un remarquble groupe de rock (à tendance psychédélique/progressif par moments) des années 60/70 et dont California était le chanteur/guitariste, est aujourd'hui nettement moins connu que dans le temps, malgré que ce groupe ait publié, en 1970, un album tout simplement merveilleux et parfait, Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus, chef d'oeuvre intemporel qui se savoure encore et encore, et même, se révèle encore plus avec le temps (première fois que j'ai écoute l'album : moui, pas mal ; deuxième fois : ah ! oui, quand même, ça envoie ! ; troisième fois : je veux que ce disque ne quitte jamais ma platine, je vais dormir avec, je vais l'écouter toutes les heures, tellement c'est beau). Cet album de Spirit est leur seul qui ait traversé les âges. D'autres sont remarquables (The Family That Plays Together, Clear), mais l'album de 1970 reste le sommet. A noter que le groupe a, en 1968, signé la bande originale du film Model Shop de Jacques Demy, qui fut tourné en Californie, pour l'anecdote. En 1971, California quitte son groupe (dont le batteur, Ed Cassidy, n'est autre que son beau-père, d'où le nom d'un de leurs albums, faisant allusion à une famille) et veut se lancer en solo.

kopter_back

Son premier album solo sortira en 1972, c'est ce disque, il s'appelle Kapt. Kopter & The (Fabulous) Twirly Birds. La même année, après un album sans California (évidemment), Spirit splitte, et se reformera deux ans plus tard, avec California de retour. C'est compliquééééé... Mais retour à l'album. Long de 40 minutes pour seulement 8 titres (la réédition CD chez Esoteric Records - l'album fut édité chez Epic en vinyle - en propose trois de plus, pas mauvais du tout, mais les 8 titres originaux se suffisent amplement), l'album a été produit par California lui-même, et enregistré en Californie. Chantant et jouant de la guitare (plus de la 'waterbass' sur le dernier titre), California est entouré de Charlie Bundy à la basse, Larry 'Fuzzy' Knight à la basse sur un titre achevant la face A, mais aussi de deux musiciens de grande renommée crédités sous de faux noms (sans doute pour des raisons de droits) : Noel Redding (bassiste du Jimi Hendrix Experience) qui joue de la basse sur trois morceaux et est crédité au nom rigolo et subtil de Clit McTorius (...) et Ed Cassidy, batteur de Spirit, qui joue sur deux titres et est crédité au nom de Cass Strange. Leslie Sampson et Tim McGovern, tous deux batteurs, jouent aussi sur l'album, selon les morceaux. Bref, un sacré petit bordel. L'album contient trois morceaux écrits par California, le reste est constitué de reprises. Et quelles reprises ! Day Tripper et Rain des Beatles (ce dernier, dans une longue version de presque 9 minutes, totalement renversante), Mother And Child Reunion de Paul Simon, I Don't Want Nobody de James Brown... Citons aussi Things Yet To Come, 8 minutes magnifiques, aussi une reprise, mais de qui exactement, je l'ignore (Sweathog ?).

spirit_randycalifornia

Fortement influencé par Hendrix (ce n'est pas un hasard si Noel Redding est sur le disque), cet album de California possède donc aussi des morceaux originaux : Rainbow, Devil et surtout l'inusable et totalement grandiose Downer inaugural (un des morceaux sur lesquels joue Redding), au riff hendrixien en diable, à l'ambiance digne du meilleur du Voodoo Chile, type Crosstown Traffic ou In From The Storm. Ces 5,35 minutes démolissent littéralement l'auditeur en guise d'apéritif, Been on a downer too long... La suite de l'album est remarquable (Devil, Day Tripper, Rain), mais Downer est assurément, avec Things Yet To Come, le sommet de l'album. Mais c'est assez subjectif en ce qui me concerne, tellement : a) je surkiffe cet album au titre ridicule mais fendard, et b) tellement cet album est rempli de chansons grandioses. A sa sortie, Kapt. Kopter & The (Fabulous) Twirly Birds  ne fut pas un succès, hélas pour lui (bien des années plus tard, au début des années 80, un Spirit un peu différent mais toujours avec California et Ed Cassidy sortira un album au titre très similaire : The Adventures Of Kapt. Kopter & Commander Cassidy In Potatoland, album conceptuel sympa mais mineur signé d'un Spirit en fin de course. En 1997, à Hawaii, California voit son fils qui menaçait de se noyer. Il a sauvé la vie de son fils, a laissé la sienne dans l'affaire, emporté par une vague... Si vous voulez vous pencher un peu plus sur son oeuvre, outre cet album et le Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus de Spirit, je ne peux que conseiller Future Games de 1977, album de Spirit qui est quasiment un album solo de California, album ayant la particularité de contenir 22 titres pour 43 minutes. Imaginez donc à quoi ça peut ressembler, en attendant, probablement, que je l'aborde ici, car il le mériterait totalement !

FACE A

Downer

Devil

I Don't Want Nobody

Day Tripper

Mother And Child Reunion

FACE B

Things Yet To Come

Rain

Rainbow