revivre1

Parce que c'est bien de démarrer une nouvelle année par un peu de grande musique, j'ai décidé, en guise de premier article de 2018 (bonne année, au fait !), de vous proposer un des rares albums de Gérard Manset que je n'avais, à l'heure actuelle, toujours pas abordé sur le blog (avec trois autres qui viendront aussi, plus ou moins prochainement). C'est le premier album que Manset a sorti dans les années 90, et il date d'ailleurs de 1991. C'est son quatorzième album, et il s'appelle Revivre. Enregistré au Studio Pathé Marconi de Paris avec, comme musiciens, Didier Batard (basse), Patrice Marzin (guitare), Mike Lester (idem) et Vic Anderson (claviers ; Manset en joue aussi), et sans batterie mais avec une boîte à rythmes comme pour le précédent opus Matrice de 1989, Revivre est un album court (41 minutes pour seulement 7 titres, soit la même configuration, aussi bien pour la durée que le nombre de titres, que Matrice ; et c'est un détail sans importance, mais les deux albums ont le même nombre de lettres dans leurs titres) et sensiblement très proche de Matrice, par ailleurs. Pour les ceusses qui ne connaîtraient pas encore Matrice (et compte tenu que les albums de Manset ont été réédités en CD récemment, dans des éditions digipack issues du coffret Mansetlandia, avec notamment Long Long Chemin/Manset 72 enfin sorti en CD, dans une édition collector limitée que je suis fier et heureux d'avoir acheté à temps, au cas où il serait déjà épuisé), que j'ai également vu dans une FNAC cergyssoise en vinyle réédité, sachez que cet album de 1989 est un régal de rock français, paroles puissantes, mélodies enivrantes, guitares cinglantes et chant habité.

sans-titre

Revivre, c'est une sorte de suite, quelque part. L'album a été enregistré à peine deux ans après la sortie de Matrice, les textes sont du même acabit, le son est similaire, c'est du gros rock francaouis du début 90's assez lourd, pas grunge évidemment, mais pour Manset, c'est plus rock que de coutume. Le  tout, sous une pochette aussi abstraite et sobre que de coutume, et qui subi moult avanies selon les rééditions de l'album (l'année suivante, en 1992 donc, l'album ressortira sous une pochette quelque peu modifiée, avec un GRAND cadre jaunâtre, et il me semble qu'un titre, au moins, fut lui aussi remonté, une coutume mansetienne bien déplorable que celle de retoucher encore et encore à ses propres chansons ; la chanson Jésus, par exemple, de l'album 2870, a été modifiée et les 'Jésus' des couplets ont quasiment tous été effacés du mix et remplacés par des blancs). Ce n'est en gros qu'à partir de 1998, je crois (et l'album Jadis Et Naguère) que Manset ne retouchera plus à sa musique, je parle des albums sortis à partir de 1998, hein, pas des anciens, car dans les rééditions récentes, j'ai pu constater quelques surprises au fil des écoutes. Mais je suis là pour parler de Revivre, hein, par pour faire un rapide bilan de Mansetlandia. Voici un album qu'il est beau, enfin, hormis sa vilaine boîte à rythmes, je ne comprendrai jamais pourquoi Manset a, le temps de deux albums, viré un bon batteur bien honnête pour le remplacer par des vlam pouf vlam pouf automatiques. Mais la qualité ahurissante des 7 titres de ce court mais magistral album ferait même pardonner l'anschluss. Presque. Oui, bon, je rigole.

disque14v

Réédition CD 1992

Mais, quand même, rien que Revivre, excusez du peu. On croit qu'il est midi mais le jour s'achève/Rien ne veut plus rien dire, fini le rêve... Cette chanson hélas trop courte (3,35 minutes, la plus courte du lot) a été utilisée, en intégralité, dans une scène du Holy Motors de Léos Carax, vers la fin du film, si ce n'est dans sa dernière scène, je ne sais plus, mais rarement une chanson aura été aussi bien utilisée qu'ici (du moins pour un film français et une chanson de la même nationalité). Tristes Tropiques, Capitaine Courageux, Territoire De L'Inini (non, ce n'est pas une faute de frappe, le morceau s'appelle bien ainsi, moi aussi, au début, ça m'a surpris), Eden Bay, le morceau-titre, autant de morceaux emblématiques de Manset (Sauf erreur de ma part, Tristes Tropiques est sorti en single à l'époque, et marchera plutôt bien), quasiment tout l'album en fait, et qui font de ce Revivre de 1991 un des meilleurs crus du chanteur. Certains iront même jusqu'à dire, par la suite, qu'il n'a plus jamais rien fait d'aussi grandiose qu'ici par la suite. Mais s'il est vrai que son album suivant (La Vallée De La Paix, sorti en 1994, que j'aborderai prochainement) est moins abouti que la majorité de ses prédécesseurs, il n'en demeure pas moins très très bon, et par la suite, aussi bien avec Le Langage Oublié et Obok (que, tous deux, j'aborderai aussi) qu'avec son étrange et complexe dernier opus en date Opération Aphrodite, Manset a toujours su contenter et surprendre ses fans. Mais Revivre, en effet, c'est un album de génie !

 

Tristes Tropiques

Le Chant Du Cygne

Le Lieu Désiré

Revivre

Capitaine Courageux

Eden Bay

Territoire De L'Inini