5223452_6_2d9c_pochette-de-l-album-de-bertrand-cantat_d6495b613d1ecf7cfddf868c0aaf4c2a

Putain, je sens que cet album va alimenter une polémique malgré lui. Et dans un sens, j'en ai rien à foutre. N'allez pas vous imaginer n'importe quoi non plus, hein. Je veux juste dire par là : let music talk. Bertrand Cantat, car c'est lui, a évidemment fait une belle et grosse connerie il y à 14 ans. On ne va pas revenir là-dessus, d'autant plus qu'il a payé pour cette connerie, et apparemment, on est revenu au bon vieux temps de la double peine des bagnards, car il continue de payer. Son groupe culte Noir Désir (le meilleur groupe de rock français, avec Téléphone) n'a évidemment pas survécu au cataclysme de Vilnius 2003. Quand il est revenu, discrètement, en 2013, avec le projet Détroit (conçu avec Pascal Humbert), via un sublime petit album du nom d'Horizons (et un double live enregistré à la Cigale, la même année ou l'année suivante, excellent, et renfermant notamment une époustouflante version de Tostaky), sans oublier une participation amicale sur le Palabra Mi Amor de Shaka Ponk en cette même année, ce fut violemment critiqué par certains. Comment pouvait-il continuer à faire de la musique, etc...Notons que la famille de la regrettée Marie Trintignant, elle, n'a jamais rien dit, restant dans un silence digne, plus digne que certains qui, en gueulant contre la 'une' des Inrocks (ce qui ne m'a pas choqué ; la 'une', hein, pas la polémique) ou contre le fait qu'il sorte un album, ne font que relancer une putride polémique. Comme je l'ai dit, Cantat a déconné, mais il a payé, et il a le droit de continuer. Et il le fait. Et il a bien raison. Même si c'est contre vents et marées, et même s'il n'y à hélas aucune chance que son nouvel album, Amor Fati, son premier opus solo, ne soit ne serait-ce que nominé aux prochaines Victoires.

1063372--

Et pourtant, il le mériterait franchement. En ces temps barbares et reculés où le nouvel album de Grégoire est considéré, dans une pub, comme le meilleur disque de chanson francaouise depuis 3 ans (attendez, mais attendez ! J'ai failli devenir AVEUGLE en lisant une telle connerie !), en ces temps où il suffit de faire un disque collectif de reprises d'un artiste mort ou pas mort pour faire vendre, c'est clair, Amor Fati est mal barré. Cet album, dont j'annonce le tracklisting plus bas en tant que double vinyle (pourtant, l'album n'atteint pas la cinquantaine de minutes, mais passons), est probablement un des meilleurs albums français de 2017 avec le Blitz d'Etienne Daho et avec aussi...celui qui n'est pas encore sorti et ne sortira sans doute pas, de je ne sais pas encore qui, et qui, de toute façon, n'existe probablement pas. Amor Fati (locution latine qui signifie 'amour du destin', et que Cantat n'est pas le premier à utiliser comme titre d'album) a été lancé par L'Angleterre, une très belle chanson rock sur le Brexit à la mélodie popisante et old school, au chant très proche (en plus rock évidemment) des chansons à texte de la glorieuse époque de la chanson française des années 60/70. C'est une des plus belles chansons d'un album qui, au final, tout du long de ses quelques 47 minutes, ne décevra pas ceux qui ont aimé Horizons de Détroit. A noter que Pascal Humbert et Bruno Green, qui officiaient avec Cantat dans Détroit, participent activement à l'ensemble de cet album enregistré entre la France, la Belgique, l'Allemagne et le Chili. Une chanson au moins (J'Attendrai) a été enregistrée au studio Barberine, dirigé par le fils de Nino Ferrer. 

maxpeopleworld970316

L'album contient une chanson en anglais (Maybe I), très belle, le reste est en français, et les textes, parfois, détonnent. Mention spéciale au virulent et long (6 minutes) morceau-titre, un long slam enfuriosé dans lequel Cantat, sur un accompagnement rock de plus en plus poussé, vitupère contre la société actuelle, et se permet même (attendez que ses détracteurs et que les bien-pensants de tous bords lisent ce texte et se répandent dessus !) une mise au point sur ce qu'il vit. Il ne cite pas ce qu'il a fait, je ne sais pas s'il en a le droit, et même si c'est le cas, il n'en a certainement pas envie, et c'est le plus important. Mais il se permet de gueuler sur ceux qui refusent de le laisser vivre en paix, de le laisser tranquille : Et toi qu'est-ce que tu sais d'ma vie, qu'est-ce que tu sais d'ma peine ?/Tu parles, tu causes, tu parades, tu gloses/Et t'as mauvaise haleine, on dirait Sue Ellen/Tu fais semblant de savoir, tu racontes des histoires/Bouffon, charlot/Recrache comme un robot les conneries prémâchées/La soupe qu'on a jeté dans ton écuelle d'esclave/Et regarde toi maintenant, tu baves/A c'que je sais, tu veux me faire la misère, et ça date pas d'hier/Okay j'me rends, j'me prends ton doigt pointé sur moi chaque fois que je trouve mon souffle/Amor Fati Amor/Ce qui est, est. On ne peut pas être plus clair. Cette chanson remarquable est le seul moment colérique de Cantat, le reste est poétique (Amie Nuit, dont les synthés d'intro sont une sorte de version musicale des images de Blade Runner, et la comparaison n'est pas de moi), mélancolique (Les Pluies Diluviennes), contestataires (Excuse My French, Aujourd'hui), toujours de haut niveau (Silicon Valley). Enfin, à la rigueur, Chuis Con, aux paroles faciles en allitérations, est un peu moyen, mais ce n'est pas suffisant pour faire baisser la qualité incroyable de ce premier opus solo. Que les fans et les esprits ouverts se réjouissent, et que les détracteurs et bien-pensants prennent le temps d'oublier l'existence de cet album et de Cantat et lui foutent une paix impériale et intergalactique. Personnellement, je le gueule bien fort, ce disque est un des meilleurs albums français de ces dernières années, et là, vraiment, contrairement à la pub citée plus haut pour un autre artiste, c'est vrai !

FACE A

Amie Nuit

Amor Fati

FACE B

Silicon Valley

Excuse My French

L'Angleterre

FACE C

J'Attendrai

Les Pluies Dilluviennes

Anthracitéor

FACE D

Chuis Con

Aujourd'hui

Maybe I