rednoise~~~_sarcelles_101b

Pour ce retour (momentané, définitif, je ne sais pas encore) sur mon blog musical, que j'avais un peu laissé en friche depuis quelques mois (hormis pour aborder le dernier Voulzy, j'y tenais), place à un album totalement louftingue, au sujet duquel j'ignore encore pourquoi je ne l'avais pas encore abordé ici depuis le temps. Sorti en 1971 (dans l'intérieur de pochette, il est précisé que l'album a été enregistré, dans un studio parisien non cité, le 28 novembre 1970 : il aurait été enregistré en une seule journée ! Ce qui semble ahurissant, mais, après tout, hé, sans doute vrai), cet album est le premier d'un groupe de rock français à tendance free-jazz, collage psychédélique à la Zappa de la même époque : Red Noise. Ce nom ne vous dit rien ? C'est normal, dans un sens : ce groupe n'a jamais été Noir Désir ou Téléphone. Red Noise, il me semble, n'a sorti qu'un seul et unique album avant de se séparer en 1972. Son leader mènera par la suite une petite carrière solo (discrète et du même acabit) et s'appelle Patrick Vian. Il n'est autre que le fils du célèbre Boris Vian, le fameux romancier/chanteur/musicien/auteur-compositeur/traducteur et j'en passe. Vian junior est à la guitare et au chant, et accompagné de Daniel Geoffroy (basse, chant), Jean-Claude Cenci (saxophone, flûte, chant), Philip Barry (batterie, chant) plus deux invités : John Livengood (orgue) et Austin Blue (percussions). L'album s'appelle Sarcelles-Lochères (du nom de la ville du Val d'Oise et d'un de ses quartiers), il dure 39 minutes environ (en vinyle, difficile de donner un minutage exact), contient 10 titres sur sa première face et seulement 2 (dont un de 35 secondes et un de 19 minutes...) sur la seconde ! C'est le premier disque sorti sur le label Futura, pour l'anecdote.

ob_4418dd_rednoise1

Verso de pochette externe

Rien que la pochette donne le ton (je l'aime beaucoup, par ailleurs) : un paysage étrange et désertique au sein duquel évoluent un moine joueur de contrebasse avec une tête de bouc ; des cailloux cyclopes ; une porte prise d'assaut par une femme nue ; une sorte de pélerin à tête d'oiseau et vêtu d'une cape ; et une tête de métal à l'effigie de Frank Zappa (la moustche est sans équivoque), dont le visage est une fenêtre de cellule à l'intérieur de laquelle hurle un prisonnier chevelu, barbu et en pleine crise. Le tout sous un ciel nocturne d'un beau bleu-noir. A l'intérieur, d'un côté on a un collage de photos diverses en noir & blanc (la photo ci-dessous en montre une partie) faisant parfois penser aux photomontages du livre Do It de Jerry Rubin (un manifeste des yippies, ou hippies contestataires), et de l'autre, la liste des morceaux, les crédits, et trois citations : une de Platon, une d'Antonin Artaud, et une, probablement, du groupe (non créditée). Le titre de l'album apparaît en haut, et celui du groupe, sur la pochette recto. Bon, maintenant que j'ai parlé du contenant, parlons du contenu, OK ? Ca va être compliqué. Vous connaissez Zappa, les mecs ? Au moins de nom, ou de réputation. Les plus calés d'entre vous pourront même citer des albums. S'il y en à parmi vous qui connaissent bien son Uncle Meat de 1969 (double album fait avec ses Mothers Of Invention), hé bien, Sarcelles-Lochères, c'et à peu près du même ordre, en version deux fois plus courte. On a une succession de morceaux très courts sur la face A, comme je l'ai dit, il y en à 10, et si les plus longs font 4 minutes, les plus courts n'atteignent pas la minute (16 secondes pour Obsession Sexuelle N°2, créditée, dans la pochette, de court car sinon, la censure serait tombée dessus !), et tous s'enchaînent sans pause, donnant l'impression d'un seul et unique morceau. A la Zappa, donc, mais aussi à la Soft Machine. Cet album m'a beaucoup fait penser à Uncle Meat, mais aussi au deuxième opus (courageusement intitulé Volume Two) de Soft Machine, qui date de 1969 aussi. 

A-769562-1365614040-4026

Les titres des morceaux parlent pour eux-mêmes : 20 Mirror Mozarts Composing On Tea Bag And 1/2 Cup Bra, Galactic Sewer-Song, A La Mémoire Du Rockeur Inconnu... Un pur délire dadaïste, bruitiste, free et jazzy (les cuivres de Cenci sont très importants dans le son du groupe)... Et ce n'est que la face A ! La B s'ouvre sur les 35 secondes délirantes, en français, de Petit Précis D'Instruction Civique, au cours duquel on apprend que les institutions françaises (armée, école, etc) sont, sans distinction, de la merde. Ambiance ! Red Noise, son nom est éloquent, était assez engagé politiquement, à gauche (le groupe n'a sorti qu'un album, enregistré en 1970 et sorti en 1971, mais a été conçu à la glorieuse époque de Mai 68 et, auparavant, jouait dans de petites salles et des festivals). Sarcelles C'Est L'Avenir, qui prend tout le reste de la face B avec 19 minutes, est un délire bruitiste appelé ainsi parce que, comme indiqué sur la pochette, on s'y suicide deux fois plus qu'ailleurs ! C'est indescriptible. En fait, ce qui est le plus facilement descriptible, dans Sarcelles-Lochères, c'est sa pochette étrange et psychédélique me faisant penser, rapport à son style graphique, à celle du Samouraï de Christophe (1976) (il ne s'agit cependant pas du même dessinateur : celui du Christophe s'appelle Beaugendre, et celui de Red Noise, Van Der Meer). Musicalement, cet album aujourd'hui difficile à dénicher (il a été réédité en CD, et en vinyle, en 2014 ; j'ai la réédition vinyle, mais pas le CD) et totalement culte est un OVNI sonore absolu, un des diques français les plus étranges jamais enregistrés. Un disque unique qui, comme le Obsolète de Dashiell Hedayat (même année, lui aussi oeuvre unique), a fait des émules un peu partout dans le monde. A l'époque, en France, on savait sortir des trucs aussi barges que cet unique album de Red Noise ; le témoin d'une époque hélas révolue !

FACE A

Cosmic Toilet Ditty

Caka Slow/Vertebrate Twist

Obsession Sexuelle N°1

Galactic Sewer-Song

Obsession Sexuelle N°2

Red Noise Live Au Café Des Sports

Existential-Import Of The Screw-Driver Eternity Twist

20 Mirror Mozarts Composing On Tea Bag And 1/2 Cup Bra

Red Noise En Direct Du Buffet De La Gare (2ème Partie)

A La Mémoire Du Rockeur Inconnu

FACE B

Petit Précis D'Instruction Civique

Sarcelles C'Est L'Avenir