laurentvoulzy_belem_cover_1000-1000x1000

Et voici donc qu'arrive le Voulzy nouveau. Et voici que moi, fan du bonhomme depuis des années, acheteur de tous ses albums dès le jour de leur sortie depuis Avril en 2001 (pour les précédents, j'étais trop jeune, je me suis rattrapé par la suite), j'ai envie de pousser un coup de gueule à ce sujet. Laurent Voulzy est un putain de mélodiste depuis les années 70, il a signé de sublimes chansons pour lui-même ou pour les autres (Alain Souchon, bien entendu, qui de son côté a aussi signé de belles chansons pour son pote Voulzy). Il est aussi un gros fainéant (tout comme la Souche), il n'est clairement pas le même genre d'artiste que, disons, Johnny Hallyday qui, lui, sort un album par an ou pas loin. Voulzy, lui, c'est un album en 1979, un en 1983, un en 1992, un en 2001, un en 2006, un en 2008, un en 2011, un (en collaboration avec Souchon) en 2014, et ce dernier, en 2017, sorti très récemment, début septembre. Plus quatre lives, en 1994, 2004, 2013 et 2016. Le mec ne bosse pas vite et fréquemment, même si, la plupart du temps, il livre de grands albums (Caché Derrière, Lys & Love, Alain Souchon & Laurent Voulzy, Avril, Bopper En Larmes). Peu de déchets à faire chez Lolo Star, en fait : La Septième Vague, en 2006 (album de reprises de chansons estivales légères, bien fait mais sans intérêt majeur) et surtout Recollection 77 en 2008, album conceptuel centré autour des 30 ans de son tube Rockollection, refait pour l'occasion, et enrichi de petites chansons sans intérêt (Jelly Bean exceptée).

laurent-voulzy-invites-des-primes

En fait, quand Lolo met du temps à faire un album inédit, c'est une réussite. Quand il ne met pas beaucoup de temps (Recollection 77 a été fait deux ans après son précédent, ce qui a surpris pas mal de monde), c'est globalement décevant, Lys & Love faisant exception, et quelle exception. Pour son dernier album, Voulzy a apparemment mis trois ans. En tout cas, trois ans se sont écoulés entre Alain Souchon & Laurent Voulzy et ce Belem, dernier cru en date. Si l'album en collaboration avec Souchon m'avait un peu déçu au départ, mais pas pour longtemps car je l'ai rapidement adoré, ce nouvel album, ce Belem à la pochette magnifique (tout l'artwork, d'ailleurs, en pochette digipack, est magnifique) m'a un peu déçu à la première écoute, et encore plus aux suivantes. Après avoir mélangé musiques médiévales et électro sur Lys & Love, Voulzy s'attaque ici à la musique brésilienne : samba, bossa nova, et surtout saudade. Une partie de l'album a été enregistrée sur une plage de Rio, littéralement, et on entend le bruit de la mer, les vagues, le vent, c'est très sympa, très nature. L'autre partie a été faite dans son studio français du Bord de l'Eau, comme d'habitude. Pour ce qui est des contextes d'enregistrement, rien à dire, l'album sonne bien pour les morceaux enregistrés sur la plage, et ça apporte à l'atmosphère. C'est pour l'album en lui-même que je suis circonspect. Voulzy se recycle à mort, n'hésitant pas à reprendre son My Song Of You (inspiré selon lui par la musique brésilienne qu'il a toujours aimé) en version franco-portugaise (langue officielle du Brésil je le rappelle), Mhna Song Of You. C'est joli, mais ça fait déjà une chanson qu'il n'a pas écrite pour l'album. 

photo_1503052796

Timides, qui ouvre le bal, n'a pas non plus été écrite pour l'occasion, c'est une vieille chanson qu'il a écrite quand il était jeune adulte, et jamais enregistrée auparavant. Quand Le Soleil Se Couche, qui achève l'album, dure 12,30 minutes, et sur cette longue durée, Voulzy chante, en acoustique, sur les 2 premières minutes...avant de céder la place, pour tout le reste de la plage audio (laquelle plage audio a été enregistrée sur la plage), au bruit du ressac, des vagues, de la mer. Et rien d'autre. Gâchis de temps ! L'album dure 52 minutes, mais en fait, il en dure 42, car on a ces 10 minutes finales qui ne servent à rien d'autre qu'à faire écouter la mer. Ca va pendant 2-3 minutes, mais pas pour 10 ! Tombée Du Jour Sur La Plage De Grumari (aussi enregistré sur la plage) est un bel instrumental. Un instrumental. Et enfin, abordons le cas de Spirit Of Samba qui, sur l'album, dure la bagatelle de 18 minutes, réparties sur trois plages audio successives (déjà, pourquoi ? En MP3, ça nique l'atmosphère, et en CD, ça n'a aucun intérêt ; et j'imagine que sur le vinyle, tout tient sur la même face, alors pourquoi cette répartition en trois plages audio ?). C'est bien foutu, mais trop long. Et ce n'est pas original pour un sou, car il ne s'agit ni plus ni moins qu'une version musique brésilienne, avec courtes reprises à l'appui, de Rockollection. On entend Voulzy et ses choristes reprendre les classiques de la musique brésilienne, en brésilien évidemment, entre deux couplets inédits en français (qui ne volent pas haut, de plus). C'est pas mal, et ça permettra à ceux qui ne le savaient pas d'apprendre que Fais Comme L'Oiseau et Qui C'Est Celui-Là ? sont des reprises d'airs brésiliens, mais c'est quand même décevant. Sur les 52 minutes (grrrr, 42, grrrr, couché) de l'album, il y en à plus de la moitié qui ne passent pas très bien le cap de 3-4 écoutes attentives. Le reste de ce Belem est pas mal du tout, le morceau-titre est même sublimissime, et Amor Jujuba est excellent, mais il n'empêche, je suis obligé de le dire : pour la première fois depuis 2008, Voulzy a foiré son coup, ce n'est vraiment pas un grand cru. J'aurais préféré qu'il mette un peu plus de temps à le faire, ce disque, ça ui aurait peut-être permis de l'étoffer quelque peu, de raccourcir le dernier morceau de ces 10 minutes de vagues, ça lui aurait permis peut-être d'écrire plus de morceaux... Tel qu'il est, Belem n'est pas à chier, mais venant de Voulzy, après tout ce à quoi il nous avait habitués, c'est vraiment décevant. Toujours fan, mais un peu refroidi pour le coup quand même !

Timides

Belem

Tombée Du Jour Sur La Plage De Grumari

Mhna Song Of You

Amor Jujuba

Rio

Spirit Of Samba 1

Spirit Of Samba 2

Spirit Of Samba 3

Quand Le Soleil Se Couche