ballads front

C'est reparti pour un ch'ti peu de Beatles. J'avais abordé leur compilation Love Songs (1977), j'avais aussi abordé Reel Music (1982), mais entre les deux, il y en à que je n'avais pas encore fait, et notamment celle-ci, une compilation officielle sortie en 1980 et qui, comme les autres compilations officielles que je viens de citer (et Rarities de 1979 qu'il me reste à aborder), n'a jamais été éditée (officiellement, du moins) en CD. Ce qui peut se comprendre. Cette compilation de 1980, sortie sous une très belle pochette illustrée à la manière du Douanier Rousseau (style graphique naïf) et qui avait auparavant servi pour The Beatles Songbook, c'est The Beatles Ballads (20 Original Tracks), une compilation qui, vous vous en doutez bien, regroupe des ballades signées des Beatles. C'est malin de ma part de parler de l'album et de son contenu un peu trop tôt dans le premier paragraphe, maintenant je ne sais plus quoi dire pour le terminer proprement et aborder le second (et dernier ; cet article sera en effet court, comme l'a été celui sur Reel Music, car il y à peu de choses à dire ici, en fait). Je pourrais vous parler de l'éreintante vague de chaleur qui vient de toucher la France ces derniers jours, mais j'aurais la vague et pénétrante impression d'être légèrement hors-sujet. Je pourrais vous dire qu'hier soir, vu que rien ne m'intéressait à la TV, je me suis tapé le blu-ray du documentaire de Ron Howard sur le groupe, Eight Days A Week : The Touring Years de 2016, et bon Dieu, c'est un documentaire remarquable que je conseille à tous, y compris aux non-fans.  Ah, je suis déjà un peu moins hors-sujet, là. Et je vois que ce premier paragraphe est terminé, je passe donc au suivant. Ce qu'il ne faut pas faire, je ne vous raconte pas...

uk_balladsback_LL

The Beatles Ballads (le sous-titre entre parenthèses (20 Original Tracks) servait surtout à affirmer aux futurs aquéreurs de l'album qu'il s'agissait bien des chansons du groupe et pas de reprises par d'autres artistes) est donc sorti en 1980. Il regroupe 20 chansons du groupe qui, toutes, entrent dans la catégorie des ballades. Attention, je ne parle pas de chansons d'amûûûr, catégorie représentée par la double compilation de 1977 Love Songs (qui, bien que double, ne dure que 59 minutes, hé oui, et comprenait dans les 25 titres), mais des ballades. Il y à une différence, légère mais quand même. Les chansons d'amour parlent d'amour (oh ? si.) Les ballades peuvent parler d'amour, mais pas forcément. Ici, on a The Fool On The Hill, Across The Universe (dans sa version originale publiée en 1968 sur un single rarissime à vocation humanitaire, pas la version spectorisée de 1970), Blackbird, des chansons calmes, mais pas des chansons d'amour. A la différence de Michelle, Something, And I Love Her, aussi présentes ici. Sur les 20 chansons, 10 se trouvaient déjà sur Love Songs. Et chose encore plus drôle (si je puis dire), Love Songs était un double album de 59 minutes, The Beatles Ballads, lui, dure 58 minutes...mais n'est constitué que d'un seul vinyle aux sillons bien serrés ! Olé ! Cherchez l'erreur. En trois ans, une durée équivalente (pour une minute, on ne va pas chipoter) fait presser un seul disque 33-tours au lieu de deux. Pour une qualité audio identique, soit très bonne (rien à dire de ce côté). Ca, à la rigueur, a ne me gêne pas : un seul disque, ça veut dire que c'est moins cher qu'un double. Ce qui me gêne, c'est le quasi double emploi de The Beatles Ballads par rapport à Love Songs, et le fait que la moitié de cette compilation de 1980 se trouvait déjà sur celle de 1977. On prenait vraiment les fans pour des cons et des vaches à pognon, à l'époque, pas vrai ? Bref, inutile de dire que cette compilation, bien que regorgeant de grandes chansons (toutes !) et comprenant quelques morceaux que l'on n'a pas l'habitude d'avoir sur une compilation du groupe (Till There Was You, Do You Want To Know A Secret, She's Leaving Home, l'originale d'Across The Universe), ne sert à rien, sauf à compléter une collection de Beatlemaniaque ou de vinylophile (les deux ne ont bien évidemment pas incompatibles). Mais sinon, c'est vraiment un disque fait pour gagner, encore, du pognon sur le répertoire beatlesien, et une fois qu'ils auront récupéré les droits sur leur catalogue, les Beatles survivants mettront un point d'honneur à faire cesser ces parutions inutiles et redondantes (le pompon, c'est Reel Music en 1982, ça sera aussi la dernière du lot) destinées à faire encore et toujours dépenser de l'argent au pauvre fan. 

FACE A

Yesterday

Norwegian Wood (This Bird Has Flown)

Do You Want To Know A Secret

For No One

Michelle

Nowhere Man

You've Got To Hide Your Love Away

Across The Universe

All My Loving

Hey Jude

FACE B

Something

The Fool On The Hill

Till There Was You

The Long And Winding Road

Here Comes The Sun

Blackbird

And I Love Her

She's Leaving Home

Here, There And Everywhere

Let It Be