caratula ringo

En 2008, Liverpool a été élue capitale européenne de la culture, honneur qui a été échu aussi, il y à quelques années, à Marseille notamment. Comme pour encore mieux marquer l'évênement, un de nos liverpuldiens préférés et plus connus, j'ai nommé Ringo, a sorti un nouvel album en 2008, qu'il a très logiquement baptisé Liverpool 8. Le titre de l'album est une allusion plus que très probable au fait que sa ville natale et de coeur était en cette année la capitale de la culture, mais c'est aussi une allusion à un quartier de la ville, celui dans lequel il a vécu enfant. Comme vous pouvez le constater plus haut, la pochette est dans le ton, avec ce 8 gigantesque avec deux étoiles. L'album est le cinquième et dernier opus de sa longue (10 ans à peu près) collaboration avec le producteur et musicien Mark Hudson, collaboration ayant démarré sur les chapeaux de roue en 1998 avec le remarquable Vertical Man, avant de s'enliser dans des productions des plus médiocres (pour ne pas dire pire), même si Choose Love, en 2005, avait de quoi rassurer un peu. Le problème de cette collaboration était indéniablement l'emprise quasi-totale (il ira, pour Ringo Rama, jusqu'à concevoir l'artwork de pochette) de Hudson sur les albums de Ringo : non seulement il impose ses musiciens (les Roundheads : Steve Dudas, Gary Burr), qui ne sont pas les meilleurs du monde sans aller jusqu'à les qualifier de mauvais ; non seulement il impose sa ligne directrice ; mais il participe activement à l'écriture de tous les morceaux ou presque.

Ringo_Starr-Liverpool_8-Trasera

Ringo n'avait pas vraiment de grande liberté à un moment donné, il a commencé à se sentir à l'étroit, et c'est ainsi que Liverpool 8, en 2008, a marqué la fin de la collaboration : le disque est coproduit par les deux, et sur les 12 titres, 11 ont été signés par les deux (voire plus), mais le morceau-titre a été co-écrit par Ringo et Dave Stewart, qui a coproduit ce morceau avec Ringo. Dave Stewart, ce n'est pas un homonyme, c'est bien celui de Eurythmics et du supergroupe SuperHeavy de Mick Jagger, Joss Stone et d'un des fistons de Bob Marley. Ce disque marque le début d'une collaboration entre Ringo et Stewart, collaboration qui ne sera pas aussi prenante que celle avec Hudson (Stewart n'a à ce jour produit aucun album de Ringo, il ne joue pas sur tous ses morceaux, il n'est là qu'épisodiquement, mais en fidèle). Pour Liverpool 8, elle est plus ou moins discrète, Stewart joue sur la moitié de l'album mais seul le morceau-titre est concerné pour l'écriture et la production, mais quel morceau ! Indéniablement un des meilleurs de l'ex-batteur des Beatles, ce morceau parle efficacement et avec tendresse de la ville natale de Richard Starkey. C'est une des meilleures chansons d'un album peu généreux en durée (dans les trois quarts d'heure), mais contenant plus de bonnes chansons que de mauvaises. Citons les mauvaises, comme ça, se sera fait : Pasodobles, tentative latino/hispanique (le titre de l'album est aussi celui d'une danse espagnole) comme l'était Las Brisas sur Ringo's Rotogravure en 1976, n'est pas plus réussie que ne l'était cette dernière ; et R U Ready, le morceau final, est assez usant à la longue.

th5JT1RWZK

Harry's Song est un hommage très touchant bien que franchement tardif (il est mort dix ans plus tôt) à son vieux pote Harry Nilsson, ils ont vraiment fait les 400 coups (et partagé l'affiche d'un vieux nanar comico-horrifique, Son Of Dracula, dans les années 70). L'album contient aussi pas mal de chansons avec le mot 'love' dans son titre (For Love, Love Is, If It's Love That You Want, Tuff Love), ce qui peut laisser à penser qu'il y avait un prix de gros sur ce mot en 2008, ça fait un peu banal, pas très original, mais c'est Ringo, après tout. Musicalement, cet album c'est un peu comme Choose Love, ce n'est pas lui non plus un grand opus de Ringo, mais on ne peut vraiment pas le qualifier de mauvais. Certaines chansons (Gone Are The Days) sont un peu anodines, d'autres comme le morceau-titre et Love Is sont vraiment très bonnes, et dans l'ensemble, on passe un plutôt bon moment à écouter ce disque qui a confirmé un retour en forme de Ringo. L'album suivant sera encore plus réussi, son meilleur depuis Vertical Man, mais j'en reparle bientôt...

Liverpool 8

Think About You

For Love

Now That She's Gone Away

Gone Are The Days

Give It A Try

Tuff Love

Harry's Song

Pasodobles

If It's Love That You Want

Love Is

R U Ready