JD__COVER

Je n'arrive pas à croire que cet article est le premier du blog sur Julien Doré. Je n'arrive pas à y croire, compte tenu que ça fait un petit moment que j'aime la musique de cet artiste. Comment se fait-il qu'il m'ai fallu attendre la sortie de son quatrième opus (et encore, il est sorti en fin d'année 2016, pas tout récemment) pour l'aborder ? Il est vrai aussi que mon blog a été en stand-by pendant plusieurs mois... Julien Doré est indéniablement, de tous les chanteurs issus de TV-crochets type Star Ac', The Voice ou Popstars (et lui est issu de La Nouvelle Star, qu'il a gagné), le meilleur, celui qui s'est le mieux démerdé, qui a vraiment réussi à faire son trou, comme on dit (certains citeront aussi Jenifer ou Olivia Ruiz, et c'est vrai, mais elles, en revanche, n'espérez pas que j'en parle ici). Déjà, il s'était fait remarquer en chantant une version très personnelle et étonnante du Moi Lolita d'Alizée durant l'émission de TV précédemment citée. Son premier opus, Ersatz, en 2008 (un jeu de mots entre la signification du titre de l'album, "succédané", et "succès d'année"), contient une étonnante (fallait oser la reprendre !) reprise du S.S. In Uruguay de Gainsbourg, et deux tubes : Les Limites et Les Figures Imposées (dans le clip duquel on voit Catherine Deneuve faire du roller, là aussi, fallait oser). Pour un premier album d'une nouvelle star issue de la TV-réalité, ça frappait assez bien. Le deuxième album, avec son titre et sa pochette à la con (volontairement à la con) puisqu'il s'appelle Bichon, sortira en 2011, et contiendra le hit Kiss Me Forever, dans le clip duquel Doré évolue sautillant dans les rues d'une cité pavillonnaire, tenant un bichon frisé dans les bras. Dans les notes de pochette, Doré remerciera sa maison de disques de ne pas avoir douté de lui même en apprenant le titre de l'album ! Un autre morceau était fait avec Françoise Hardy, un autre avec Biyouna, un autre, enfin (et là aussi, fallait oser, même si ça ne s'imposait pas), avec Yvette Horner. Même le bichon était crédité dans le livret !

media

Le troisième album, Løve (se prononce "leuve", ce qui signifie "lion" en danois, et non pas "love" à l'anglaise, mais il y à un jeu de mots évident) datait de 2013 et renfermait deux hits : Paris-Seychelles et Chou Wasabi (titre de morceau à la con), en duo avec Micky Green. Un album plus pop électro que les précédents, plus varié et meilleur encore. La suite à ce carton plein allait donc sortir en 2016, c'est cet album, au titre des plus abscons, car il s'appelle &, ou Esperluette vu que c'est ainsi que l'on nomme ce caractère d'imprimerie. Le titre n'apparait pas sur la tranche du CD, CD sorti en édition simple et collector, et la collector, en gros boîtier-livret digipack avec un DVD bonus (qui s'appelle "Histoire d'&") propose quatre visuels sur quatre cartes de papier glacé, que l'on peut disposer comme on veut dans le die-cut en forme d'esperluette (une ouverture vers le haut permet de changer le visuel, on a soit le visuel tout en haut, soit une vue de montagnes, soit Doré dans l'eau en noir & blanc, soit Doré sur la plage au soleil couchant). Ce nouvel album, enregistré notamment avec Arman Méliès, contient 13 titres (pour une bonne cinquantaine de minutes) dont, déjà, à l'heure où je mets sous presse, trois tubes : Le Lac qui sortira en avant-prem's (le clip a fait parler de lui grâce à la présence de Pamela Anderson, qui partage les convictions écolo et vegan de Doré) et est une magnificence électropop ; Sublime & Silence, aux sonorités très électro par moments (le morceau semble dater des années 80 ; tout l'album, en fait) et au chant murmuré au piano ; et, récemment, Coco Câline, aussi efficace que son titre est ridicule. Ces trois hits ne doivent pas faire oublier le reste de l'album. 

media

Les chansons font parfois un peu name-dropping dans leurs titres (Romy , interprétée en italien, Porto-Vecchio, Beyrouth Plage, Eden, sont des titres de chansons que l'on s'attendrait à trouver sur un album de Vincent Delerm ; je parle des titres, pas des chansons en elles-mêmes, toutes meilleures que la meilleure chanson que Delerm n'écrira jamais, dommage pour lui car nous on s'en fout), et partagent avec les trois hits un côté électro à la fois dansant et relaxant. & est un album mélodiquement très riche, assez varié, une sorte de Løve puissance 1000. La production est vraiment remarquable et signée Antoine Gaillet, l'album a été enregistré à Saint-Rémy-de-Provence (au studio La Fabrique, là même où, notamment, Nick Cave & The Bad Seeds ont fait leur monumental Push The Sky Away) et au home-studio Le Chalet à Saint-Martin-Vésubie, bref, dans le sud. De même que le clip du Lac, et les diverses photos du livret CD, toutes très belles. Il se dégage donc une atmosphère ensoleillée, sudiste, chaude, presque de vacances (Eden, Porto-Vecchio, Corail en duo avec Juliette Armanet, Sur la plage Coco Câline...) tout du long de cet album au titre quasi-inexistant. Je ne sais pas ce que le descendant du graveur et dessinateur Gustave Doré va nous préparer pour son futur cinquième album quand il s'y attellera, mais il aura un peu de mal, je pense, à faire mieux que ce qui, à ce jour, prend vraiment la place de meilleur album de sa courte mais très intéressante discographie !

Porto-Vecchio

Coco Câline

Sublime & Silence

Le Lac

Corail

Mon Echo

Romy

Moonlight Serenade

Eden

Magnolia

Beyrouth Plage

Caresse

De Mes Sombres Archives