Cover

" Tu les a produits, n'est-ce pas, papa ? Etaient-ils aussi bons que les Bay City Rollers ?" - "Probablement pas, non", j'ai répondu, me disant qu'un jour, elle saura la vérité d'elle-même.

Cette citation des notes de pochette de l'édition originale (sortie en 1977) de cet album, notes de pochette reproduites heureusement dans le livret de la réédition 2016, m'a toujours fait sourire. Ces notes de pochette sont signées de Big George Martin, et la personne lui ayant posé cette question n'est autre que sa fille Lucy, qui n'avait que 9 ans quand elle lui a posé cette question. Et si vous ne savez pas ou plus qui étaient les Bay City Rollers, franchement, tant mieux pour vous, ce n'est pas un drame que de ne pas les connaître. Ca serait en revanche un affront terrible au rock que de ne pas s'intéresser ne serait-ce qu'un peu aux Beatles, comme j'ai trop souvent tendance à le dire ici (j'ai eu la tentation, récemment, de créer un blog entièrement dédié à ce groupe, mais j'ai abandonné l'idée ; j'ai déjà peu de temps pour m'occuper de  ce blog, ce n'est pas peu dire que j'aurais encore moins le temps d'en gérer deux en même temps). Mais je suis Beatlemaniaque, en même temps. Cet album, c'est le premier live officiel (et le seul live officiel, si on excepte quelques morceaux live présents sur les Anthology) des Bitteul's. Il est sorti en 1977 et en 2016. En 1977 dans la version avec le visuel en haut d'article, 13 titres et un peu plus d'une demi-heure de miousic. En 2016, parallèlement au film documentaire Eight Days A Week de Ron Howard (qui retrace les tournées américaines 1964/1965 du groupe et, d'une manière générale, la carrière des Beatles), dans une version remastérisée, avec quatre bonus-tracks placés en fin de disque (portant le tout à environ 43 minutes, et 17 titres : c'est plus tassé qu'un ristretto !), et avec un visuel bien différent, l'affiche du film. Il s'agit bien évidemment du Live At The Hollywood Bowl.

Beatles - Live At Hollywood Bowl - Back HQ

La même année 1977, les Beatles live étaient à la mode : le double Live ! At The Star-Club In Hamburg, Germany, 1962 sortira un peu avant, j'en ai parlé ici récemment pour en dire tout le mal que je pouvais en dire sans paraître vulgaire et insultant, autrement dit, la marge de manoeuvre était restreinte, mais j'ai quand même pu dire que c'est un live immonde, à la qualité audio inexistante, sorti sans autorisation (un semi-bootleg non reconnu par le groupe, qui fera tout, pendant des années, pour en faire interdire sa commercialisation et finira par obtenir gain de cause), mais historiquement important. At The Hollywood Bowl, lui, est différent : c'est un live officiel, qui sortira en CD par la suite (difficile à choper, cette ancienne édition CD) et a donc été réédité, remastérisé, l'année dernière. La qualité audio n'est pas exceptionnelle sur le vinyle (le CD 2016 sonne évidemment mieux, mais on entend quand même franchement trop les clameurs délirantes de la foule par-dessus le groupe), mais pas nulle à chier non plus ; on trouve des tas de lives de la même époque (je parle de l'année de sortie, mais aussi de l'année des enregistrements, 1964 et 1965) qui sonnent moins bien. Voir le Got Live If You Want It ! des Stones, qui date du milieu des années 60 et sur lequel on entend plus la foule en délire que le groupe... Non, la qualité audio du vinyle d'époque n'est pas honteuse, même s'il y à évidemment mieux. Le live, comme je viens de le dire, regroupe des morceaux live du groupe datant de 1964 (6 titres, plus 2 bonus-tracks) et 1965 (7 titres plus 2 bonus-tracks), au cours de deux concerts donnés au mythique Hollywood Bowl de Los Angeles, en août 1964 et en août 1965, quasiment jour pour jour un an après.

The-Beatles-Live-at-the-Hollywood-Bowl-Album-Vinile-lp2

Pochette de la réédition CD 2016

Compte tenu de la courte durée des concerts du groupe (maximum 40 minutes, et encore), je pense pouvoir dire sans me tromper que l'intégralité d'un show beatlesien est ici représentée, même si on a la moitié d'un show de 1964 et la moitié d'un show de 1965. Le tout est très bien mixé, il est difficile de discerner la jointure. Bien entendu, Help !, Ticket To Ride, Dizzy Miss Lizzy datent du show de 1965, ces morceaux n'ayant pas encore été enregistrés par le groupe à l'époque du concert de 1964. Bien entendu aussi, le concert fait la part belle aux rocks les plus furieux, comme She's A Woman, l'intro Twist And Shout (le morceau est joué dans une version très courte), le final dantesque Long Tall Sally sur lequel Macca s'époumone de plus belle, ou Roll Over Beethoven qui permet à Harrison de chanter. De même que Boys pour Ringo. On a juste deux ballades : Things We Said Today et All My Loving. Le groupe, tout du long de ces deux performances incendiaires, donne tout, on les imagine en sueur à la fin du show, malgré leurs tenues proprettes, leurs coupes de cheveux de Playmobils permanentés et leurs sourires charmeurs et gentils garçons. On entend bien la foule (en grande partie féminine, à entendre les tonalités) en délire tout du long ; on les entend trop, en fait, ces fans en furie, mais comme je l'ai dit, le son, pour la musique, est quand même franchement bon, j'ai entendu plusieurs bootlegs du groupe qui sonnent nettement moins bien que ce live officiel, et encore une fois, je ne parle pas du double live à Hambourg, pour lequel la qualité audio n'est juste pas comparable, c'est l'album live le moins bien enregistré depuis Henri IV. En revanche, ce Live At The Hollywood Bowl, aussi bien dans sa version vinyle (recommandée à tout fan, ne serait-ce que pour la collection) que dans sa version remastérisée de 2016 avec bonus-tracks (des bonus-tracks aussi bons que les 13 titres de l'album de base), version recommandée aussi bien aux fans qu'aux néophytes, ce live, donc, est quasiment un essentiel. Et un document important, le seul live officiel (du moins, à ce jour) du groupe !

FACE A

Twist And Shout

She's A Woman

Dizzy Miss Lizzy

Ticket To Ride

Can't Buy Me Love

Things We Said Today

Roll Over Beethoven

FACE B

Boys

A Hard Day's Night

Help !

All My Loving

She Loves You

Long Tall Sally

Bonus-tracks 2016 :

You Can't Do That

I Want To Hold Your Hand

Everybody's Trying To Be My Baby

Baby's In Black