8b3d63b8-93fc-11e3-93b4-d00ceabdc34f

Alors là... Je ne sais que dire. Je ne savais tout simplement pas qu'il était possible de trouver un album avec une aussi mauvaise qualité sonore. Non, je n'exagère en rien : c'est tout simplement chiable, nullissime, boueux, inaudible...et le pire, c'est que, d'après ce que j'ai pu dénicher comme infos sur le Web  (Wikipédia mon ami), les bandes auraient été remastérisées avec les meilleures techniques de l'époque (mi-seventies) afin de les améliorer au maximum. Je n'ose imaginer, donc, à quoi elles devaient bien ressembler avant... Cet album est un disque des Beatles, donc, et il est à la fois important et risible dans leur discographie pléthorique. Important car ce que l'on y entend est historique : les premiers enregistrements live, au Star-Club de Hambourg (Allemagne, à l'époque RFA) en 1962, avant les premiers enregistrements chez EMI, avant les premiers singles commercialisés, avant donc que le succès n'arrive. Et risible car la qualité sonore est déplorable, et surtout parce que cet album n'est pas officiel. Reconnu par aucun Beatles (ils auront d'ailleurs des mots très durs au sujet de ce disque), qui tenteront d'en interdire la distribution et obtiendront par la suite gain de cause au moment de la sortie en CD de leur répertoire. Oui, ce Live ! At The Star-Club In Hamburg,, Germany 1962 est un bootleg ! La pochette noire et sobre et les labels des disques (blanc, sobre), sans parler de la démarche en elle-même de publier ces enregistrements d'une horrible qualité audio  (le tout ayant été, à l'époque, enregistré sur cassette audio, imaginez...), tout vous hurle à la face un bon gros BOOTLEG ! bien sonore. Ceux qui ont publié ces bandes ont pour l'occasion crée un label, Lingasong, qui ne durera que le temps de cet album, sorti en 1977.

th9K6HM3Y7

C'est un double album mais malgré cela, il est très court : 59 minutes à peu près. On y trouve, sans aucune précision de dates, plusieurs performances (aucun doublon parmi les titres : chaque morceau, ici, n'est proposé qu'une fois) que le groupe, qui avait encore en son sein Pete Best pour certains titres ici présents, avant qu'il ne soit viré et remplacé par Ringo, a faites au mythique Star-Club de Hambourg, un lieu cultissime ayant notamment accueilli Jerry Lee Lewis (qui, en 1964, publiera un Live At The Star-Club juste anthologique et comptant encore aujourd'hui parmi les plus grands albums live de l'histoire du rock). Je ne sais donc que dire pour continuer cet article. On y trouve, ici, aussi bien des classiques du groupe (I Saw Her Standing There ouvre le bal), essentiellement, quasi exclusivement même des reprises : Twist And Shout, Long Tall Sally, Matchbox, Everybody's Trying To Be My Baby, Roll Over Beethoven, A Taste Of Honey... Pas mal de morceaux étaient, à l'époque de la sortie de ce live en 1977, inédits sur les albums studio et singles (faces A et B incluses) du groupe, comme Besame Mucho, Hippy Hippy Shake, Little Queenie, Sweet Little Sixteen, Red Sails In The Sunset. C'est peut-être moi, sans doute mes oreilles qui, à force, commençaient à s'habituer, mais j'ai l'impression que la qualité audio de la dernière face est nettement supérieure à celle des trois autres, et surtout des faces B et C (pour la A, c'est un chouïa meilleur que les B et C, mais de si peu...), tout en étant franchement déplorable, pour tout dire. On a le plus souvent du mal à reconnaître les morceaux, on entend un embrouillis de sons noyés par le public (qui, à l'époque, n'était cependant pas aussi bruyant qu'il le sera par la suite en pleine Beatlemania...) et les conditions minables d'enregistrement (je le redis, une cassette audio, tout est sur le même canal, batterie, chant, guitares, basse, public...). Impossible donc de dire si le groupe joue bien ou comme des amateurs. De plus, sur deux titres, on entend le patron du Star-Club chanter à la place de Lennon ou Macca (ou Harrison), te dire !

1962-star-club_10

Bref, ce live pirate, qui marchera bien à sa sortie car il sortira cependant de manière traditionnelle (enregistrement pirate, mais il ne se vendait pas sous le manteau, et on le trouve encore facilement sur le net ou en conventions), est à fuir à moins d'être un Beatlemaniaque invétéré et tout sauf raisonnable (mais 'raisonnable' et 'Beatlemaniaque' sont presque des contraires), un collectionneur fou et incontrôlable, un authentique psychofan comme moi. La seule raison valable, outre la collection évidemment, pour se procurer ce disque, c'est son côté historique, car on y entend le groupe en live avant que tout n'explose pour eux, à l'époque où ils n'avaient encore pas grand chose pour eux, où la maison de disques Decca (qui avait signé les Rolling Stones) les refusera après une session qui ne leur plaira pas et qui, pourtant, pour l'avoir entendue sur un bootleg d'excellente qualité, est vraiment bonne. Mis à part ce côté historique, ce live est déplorable, de sa qualité sonore au contexte de sa sortie.

FACE A

I Saw Her Standing There

Roll Over Beethoven

Hippy Hippy Shake

Sweet Little Sixteen

Lend Me Your Comb

Your Feet's Too Big

FACE B

Twist And Shout

Mr. Moonlight

A Taste Of Honey

Besame Mucho

Reminiscing

Kansas City

FACE C

Ain't Nothing Shakin' (Like The Leaves On A Tree)

To Know Her Is To Love Her

Little Queenie

Falling In Love Again

Ask Me Why

Be Bop A Lula

Hallelujah, I Love Her So

FACE D

Red Sails In The Sunset

Everybody's Trying To Be My Baby

Matchbox

Talkin' 'Bout You

Shimmy Shake

Long Tall Sally

Remember You