Deep-Purple_Long-Beach-1971_Cover_hires_2

Deuxième Overseas Live Series que j'aborde dans la désormais fameuse série de concerts de Deep Purple, celui-ci n'est cependant pas la deuxième à avoir été publié (Stockholm 1970, le premier que j'ai abordé, récemment, n'était pas non plus le premier publié par le groupe, je les aborde par ordre chronologique des concerts). Ni le premier. Ni le troisième. En fait, publié en 2015, il est un des trois derniers, voire même l'avant-dernier, de la série, pour le moment. Sorti sous une pochette similaire aux autres albums de la série (fond noir, lettrage Deep Purple de l'époque Stormbringer, nom des membres du groupe afin de cibler direct la période concernée, et ce, malgré la présence d'une année dans le titre, photo d'un des membres du groupe, ici le batteur Ian Paice en pleine action, et le titre en gaufré argenté), ce live à la qualité audio exceptionnelle était, comme les autres de la série, disponible en bootlegs depuis la nuit des temps avant de se voir enfin officialisé. Il s'appelle Long Beach 1971 et a été enregistré au cours d'une incendiaire performance du Purple à l'Arena de Long Beach (banlieue de Los Angeles, Californie) le 30 juillet 1971. Le groupe est sous sa formation mythique MkII, à savoir, comme indiqué sur la pochette, Blackmore, Gillan, Glover, Lord et Paice. Ritchie, Ian, Roger, Jon et Ian.

19618

Ce concert est plus court que les autres : il ne dure que 70 minutes et des couillettes, sur un seul disque. La majorité des Live Series du groupe sont doubles (Graz 1975 est simple, mais le concert y dure quasiment 80 minutes). Je ne sais pas exactement si tout le concert y est, je pense cependant que oui, car selon les lieux, le groupe devait faire des concerts plus ou moins longs, et peut-être que d'autres groupes jouaient aussi au Long Beach Arena ce soir. De plus, le visuel en-dessous de ce paragraphe représente le dos d'une pochette CD d'un des bootlegs, et on y trouve exactement le même nombre de morceaux. Ceci dit, en vinyle, ce concert est double, avec un morceau par face. Car ce que je n'ai pas encore dit, c'est qu'il n'y à que quatre morceaux sur ce disque !! Ma surprise, quand j'ai acheté cet album, qui plus est à un prix plutôt élevé (pas non plus 20 €, mais quand même 14 €), fut de constater le faible nombre de morceaux ici présents. Ca signifie en revanche, même sans connaître la durée totale de l'album, que ces morceaux sont longs. A la vue de la présence ici de Mandrake Root en final, j'avoue avoir frissonné, craignant à l'avance que ce morceau-fleuve (que le groupe cessera de jouer quelques mois plus tard), long de 30 minutes sur Stockholm 1970 (et de seulement 17 ou 18 minutes, passage radio oblige, sur le In Concert de 1980, proposant des passages live du groupe à la BBC en 1970 et 1972), soit, sur ce concert de Long Beach, aussi long que sur le concert suédois. Hé bien non, il ne dure que 27 minutes, ah ah ! Les salopards...  Child In Time atteint 20 minutes, ce qui est foutralement long même malgré la beauté du morceau initial (version studio deux fois plus courte que cette version). Les deux autres titres, Speed King et Strange Kind Of Woman (ce dernier venant alors de sortir en single, et le nouvel album du groupe, Fireball, qui ne comprend pas cette chanson sauf dans sa version américaine, sortira en septembre), approchent ou dépassent les 10 minutes chacun. Morceaux longs, je vous dis.

DP Long Beach mod

Morceaux longs, mais incroyablement bien joués, même si les deux derniers sont franchement trop longs, ils offrent eux aussi de grands moments. Notamment un solo de batterie, évidemment, on ne sort pas un live avec son (incroyable) batteur en couverture et un morceau de presque une demi-heure sans proposer dessus un solo de batterie... Long Beach 1971 est un live remarquable, malgré le défaut de la durée de certains titres, et sa qualité audio, vraiment bluffante, en fait certainement un des meilleurs de la Overseas Live Series de Deep Purple. Même si ce dernier argument ne tient pas trop la route, car dans l'ensemble, les albums de la série sont tous dotés d'une excellentissime qualité audio, autant le dire, seuls Stockholm 1970 et Copenhagen 1972 (lequel sera le prochain que j'aborderai ici) sont, à la rigueur, décevants de ce côté-là.

Speed King

Strange Kind Of Woman

Child In Time

Mandrake Root