MAW1

Aaah, ces Australiens... Capables de tout. Capables de virer à gros coup de pompe dans le derche un pays organisateur de la coupe du monde de rugby (l'Angleterre il y à quelques semaines), ce qui est du jamais-vu (pour ce sport). Capables de nous offrir AC/DC et Tina Arena, Nick Cave et Kylie Minogue (et même, pour ces deux-là, sur une même chanson), Midnight Oil et INXS, mais aussi Crowded House, les Bee Gees, Angus & Julia Stone, Radio Birdman, Wolfmother, Airbourne, The Saints, Rose Tattoo...et Men At Work. Vous connaissez forcément au moins 6 ou 7 des 15 groupes ou artistes que je viens de citer, mais connaissez-vous Men At Work ? Australiens donc (originaires de Melbourne), le groupe s'est formé en 1981 et sortira trois albums de cette année 1981 à 1985, avant de splitter, suite au bide de leur troisième opus. Ils se reformeront en 1996 et sortiront, deux ans plus tard, un live enregistré au Brésil, et intitulé, logiquement, Brazil. Mais aucun autre album studio. Et depuis, rien, surtout qu'un des membres originaux (Greg Ham, claviers, saxophone et autres cuivres) est mort en 2012. Le reste du groupe est constitué de Colin Hay (chant, guitare), Ecossais d'origine ; Ron Strykert (guitare) ; Jerry Speiser (batterie) ; et John Res (basse).

MAW2

Le premier album du groupe, sorti sous une pochette jaune (sauf dans leur propre pays, où elle est blanche), date de 1981, et s'appelle Business As Usual. Ce sera un très très gros succès commercial, dû essentiellement à la présence, parmi les 10 titres (pour un total de 38 minutes), d'un gros, gros tube, Down Under (ce terme est une allusion évidente à l'Australie, c'est ainsi que les Britanniques surnomment leur ancienne colonie). La chanson sera n°1 en Australie, et marchera très fort un peu partout, et je suis sûr que vous l'avez déjà entendu au moins une fois. Le reste de l'album est d'un niveau globalement satisfaisant, on a affaire ici à de la pop de bonne qualité, la production a un petit peu vieilli, mais rien de dramatique. Who Can It Be Now ? et Touching The Untouchables sont d'excellentissimes chansons, et le long (7 minutes, le morceau le plus long de l'album, et de loin : aucune des 9 autres chansons n'atteint 4 minutes, toutes sont dans la barre des 3 minutes/3,30 minutes !) Down By The Sea est remarquable également. Pas mal de cuivres (saxophones), qui parfois sonnent un peu comme ceux du Rue De Siam de Marquis De Sade, ou comment parler d'un groupe de cold-wave rennais dans un article sur de la pop/rock australienne (seule point commun entre les deux albums, mis à part ces sonorités de saxo un peu similaires : l'année de sortie des albums, 1981)...

MAW3

Version australienne de la pochette, guère moins moche...

Tout n'est pas génial non plus : People Just Love To Play With Words, I Can See It In Your Eyes et Catch A Star m'emmerdent pas mal, mais c'est minimal par rapport au nombre de très très bonnes chansons (Down By The Sea, Who Can It Be Now ? et Down Under, surtout) que ce premier et peut-être meilleur (je ne connais pas les autres, et je ne suis pas particulièrement pressé de les découvrir, aimant bien cet album, mais sans pour autant l'adorer et l'écouter en boucle) album de Men At Work propose. Business As Usual, avec ses ambiances parfois un peu reggae (Catch A Star et même un peu Down Under), est donc un bon album de pop/rock, à tendance un peu new-wave mais pas trop (les claviers ne sont pas envahissants, on en entend moins que les saxophones et autres cuivres). Un album best-seller des années 80, pas un chef d'oeuvre du tout, mais de la bonne musique bien usinée qui reste, 34 ans après sa sortie, toujours très sympathique à écouter de temps à autre. Vraiment pas mal, quoi !

FACE A

Who Can It Be Now ?

I Can See It In Your Eyes

Down Under

Underground

Helpless Automaton

FACE B

People Just Love To Play With Words

Be Good Johnny

Touching The Untouchables

Catch A Star

Down By The Sea