WR3

Cet article est probablement (mais c'est pas encore certain) le dernier que je ferai concernant Weather Report, si on excepte une chronique complémentaire sur Black Market et Heavy Weather, que je ferai sans doute un jour. Pourquoi être si catégorique à ce sujet ? Parce que, s'il reste en effet pas mal d'albums du Bulletin Météo à aborder, la majorité de ceux-ci ne sont vraiment pas folichons, enfin, selon mon humble avis, et en aborder un de cette catégorie (les 'mauvais albums' de Weather Report) équivaut quelque part à les aborder tous. Mr. Gone (1977), Weather Report (1982)...autant de disque de jazz-fusion passe-partout, bien produits, mais qui ne rivalisent vraiment pas avec la maestria des albums de la période 1972/1976. Cet album-ci est de 1980, et se situe donc, si vous avez bien suivi la petite énumération d'albums que je viens de faire, entre 8:30  (un double live de 1979, remarquable au passage, mais constitué en petite partie de morceaux studio inédits) et l'album éponyme. Il s'appelle Night Passage. Le groupe est alors constitué de Wayne Shorter (saxophones), Joe Zawinul (claviers), Jaco Pastorius (basse) qui quittera le groupe (qu'il a incorporé en 1976) l'année suivante, Peter Erskine (batterie) et Robert Thomas Jr (hand drums, percussions). Produit par Pastorius et Zawinul, cet album offre 8 titres, pour un total de 48 minutes assez généreuses...sans doute même un peu trop, d'ailleurs.

WR2

Plus un disque de jazz classique que de jazz-fusion, Night Passage, premier album du groupe avec Robert Thomas Jr, est un disque nettement plus sobre que Black Market ou Mr. Gone. Sa pochette est en fait bieen plus originale et recherchée que son contenu, qui est dans l'ensemble bien trop sage, on s'emmerde comme un tronçon de rat mort congelé, malgré la maestria de Madagascar, 11 minutes achevant l'album en beauté (contrairement au reste, le morceau a été enregistré live, à Osaka, en juin 1980 ; le reste date de sessions studio de juillet de la même année, à Los Angeles) et de Three Views Of A Secret, que Pastorius, sur un de ses albums solo (Word Of Mouth, en 1981), réenregistrera pour la peine. Il en est le seul et unique auteur. Tous les morceaux, excepté Rockin' In Rhythm (reprise d'un morceau de Duke Ellington), sont signés d'un seul membre du groupe à chaque fois : Joe Zawinul en signe cinq, Pastorius un, Wayne Shorter un (Port Of Entry). Ces morceaux sont dans l'ensemble un peu paresseux, le groupe n'innove plus vraiment, malgré le talent inouï de trois de ses musiciens (Zawinul, Shorter, Pastorius). Ils reprennent, en gros, la formule gagnante à chaque fois, mais a commence à sentir un peu le réchauffé.

WR1

Shorter, Zawinul, Erskine, Pastorius, Thomas Jr

Rien non plus de mauvais ici, Night Passage est un album un peu moyen, très secondaire, le genre de disque qu'on recommandera aux grands fans de Weather Report et de jazz-fusion, mais pas pour découvrir le groupe et ce genre de musique, même si ce n'est pas difficile d'accès, pour le coup, comparé à I Sing The Body Electric. Accessible, donc, mais un peu fainéant et passe-partout, ce disque qui plus est un peu trop long (un peu moins de 50 minutes, on s'emmerde un peu, parfois...) ne parvient vraiment pas à rivaliser avec les grands albums de l'Âge d'Or, définitivement révolu, de Weather Report. L'aborder, c'est un peu comme aborder les autres albums de la même époque et du même groupe, qui sont aussi corrects, mais aussi paresseux et faciles que lui. Je préfère donc m'arrêter là pour le coup !

FACE A

Night Passage

Dream Clock

Port Of Entry

Forlorn

FACE B

Rockin' In Rhythm

Fast City

Three Views Of A Secret

Madagascar