CT1

Comment définir la musique de ce groupe ? Cocteau Twins, groupe écossais, a été fondé en 1979, et a duré jusqu'en 1997. C'est un des groupes les plus mythiques de sa génération, un trio qui, en sa meilleure période (le milieu des années 80), fut constitué de la chanteuse Elizabeth Fraser, du batteur Robin Guthrie (aussi guitariste) et du bassiste Simon Raymonde (le seul à ne pas être un membre d'origine du groupe : à la base, le bassiste était Will Heggie, et Raymonde arrivera dans le groupe en 1983). C'est un groupe affilié à la scène gothique, au même titre que The Cure, Joy Division, Bauhaus et autres Sisters Of Mercy. A la rigueur, c'est facile à deviner quand on voit le nom du groupe (Jean Cocteau est pour le moins un artiste assez mythique dans le milieu romantique sombre, et le rock gothique est par définition romantique et sombre) et leurs pochettes. Musicalement, en revanche, ce n'est pas à proprement parler du rock. On a de la guitare, de la basse, de la batterie, certes ; mais c'est avant tout très pop, éthéré, aérien et totalement hors de ce monde. A part. Extraterrestre. C'est du een partie au chant d'Elizabeth Fraser, et surtout à partir du troisième album long-format (ils ont aussi sorti une foule d'EPs) du groupe, sorti en 1984 : Treasure. A partir de cet album, celui que j'aborde aujourd'hui, la voix de Fraser deviendra plus haute, soprano, une vraie chanteuse d'opéra (sans toutefois en faire trop), elle a complètement changé sa manière de chanter par rapport aux précédentes livraisons.

CT2

Guthrie, Fraser, Raymonde

En partie pour ça, et en partie aussi parce que les 10 titres (qui, quasiment tous, ont un titre en allusion à la mythologie ou la littérature, et tous sont constitués d'un seul mot) sont tous remarquables et parce que la production (signée du groupe) est pile poil ce qu'il fallait pour sertir ces bijoux, Treasure, qui mérite amplement ce nom, est le meilleur album de Cocteau Twins, et un des plus grands albums jamais enregistrés depuis l'année de sa sortie (1er novembre - oui, le jour des Morts ! - 1984). Avec leurs dégaines pas possible (Fraser semble issue du siècle dernier, des Hauts De Hurle-Vent ; Raymonde semble, lui, sorti d'un film de Jim Jarmusch ou d'Eraserhead ; Guthrie semble grunge avec une dizaine d'année d'avance), ces trois musiciens, ou plutôt cette chanteuse et ces deux musiciens, livrent une vraie dentelle musicale, au même titre que la pochette semble être une dentelle visuelle. Une bonne quarantaine de minutes qui laissent pantois (Ivo, du nom du fondateur du label 4AD, sur lequel le groupe était signé ; Amelia ; Pandora ; Donimo ; le plus rock Persephone), qui procurent des frissons partout dans le corps, oui, même , et aussi . Guitares curiennes (impossible de ne pas penser aux Cure en entendant ces guitares, un son comme issu de l'au-delà, le son de A Forest, Siamese Twins, Other Voices), chant habité et enivrant...

CT3

Seul reproche : difficile, surtout que les paroles sont papalement absentes du livret, de dire ce que chante Elizabeth, sa voix très aérienne, pleine de reverb, de minaudements, de vocalises, de notes s'étirant, fait qu'on a du mal à saisir les paroles. Parfois, on la soupçonnerait même de ne pas chanter en anglais, mais dans une langue inventée ou morte ! Non, c'est bien de l'anglais tout du long, mais c'est pour vous dire... En tout cas, c'est un reproche sans en être un ; ça participe en fait pleinement à l'aventure musicale offerte par ce Treasure absolument magnifique et inoubliable. Avec cet album quasiment intemporel, Cocteau Twins parvient à émouvoir, faire frissonner l'auditeur pendant 41 minutes de bonheur musical absolu. Un disque idéal pour se relaxer, assez zen au final... Sublime.

 

FACE A

Ivo

Lorelei

Beatrix

Persephone

Pandora

FACE B

Amelia

Aloysius

Cicely

Otterley

Donimo