HT3

Non, je ne vais pas encore une fois revenir sur le fait, quand même assez énervant, que Hot Tuna a non seulement un nom de groupe à la gomme ("Thon Chaud"), mais des titres d'albums à la gomme. Après Burgers (1972), place au Rat Phosphorescent, The Phosphorescent Rat, quatrième album du groupe et leur deuxième opus studio (les deux premiers albums du groupe, l'un acoustique et l'autre électrique, étaient lives). Produit par Mallory Earl et enregistré aux fameux studios Wally Heider de San Francisco entre mai et octobre 1973, le disque sortira en tout début d'année (le 3 janvier, on peut difficilement trouver plus tôt dans l'année, enfin si, à deux jours près) 1974 sous une pochette à peu près aussi conne que son titre, et surtout, en totale désadéquation avec elle ; de même que la pochette de Burgers proposait une photo du groupe dans une belle voiture ancienne type traction avant, celle de The Phosphorescent Rat, extérieure comme intérieure, propose des...décapsuleurs, grossièrement dessinés ou peints, sur fond quadrillé et avec des couleurs parfois criardes.

HT2

Hot Tuna a certes fait de bons albums, de bonnes chansons (mais aucun hit parmi elles) et était constitué, surtout, de très très bons musiciens, mais ils avaient vraiment, dans l'ensemble, un goût de gogues pour ce qui est du contenant de leur production musicale. Ce n'est vraiment pas le genre d'album qu'on a envie d'écouter, quand on regarde la pochette, même si, c'est vrai, il ne faut pas se fier au pochettes, on ne juge pas un livre sur sa couverture après tout. Mais c'est quand même tentant, et c'est surtout dur de ne pas le faire. Bon ? Le groupe est toujours constitué de son noyau dur, à savoir le batteur Sammy Piazza et surtout les deux vrais piliers, anciens membres du Jefferson Airplane, Jorma Kaukonen (guitare, chant, composition des morceaux, sauf un qui est une reprise du Reverend Gary Davis, maintes fois repris par le groupe : le dernier morceau, un instrumental, en l'occurrence) et Jack Casady (basse et balalaïka basse). L'album offre 10 titres pour un total de 38 minutes, un de ces titres (Letter To The North Star) sera enregistré aussi pour un album solo de Kaukonen sorti en 1974, Quah, mais le morceau, retitré Lord Have Mercy pour l'occasion, ne se retrouvera au final pas sur l'album, on ne le retrouvera dessus qu'en bonus-track CD. Au passage, Quah aussi possède une pochette daubesque, signe que c'est très certainement Kaukonen qui avait le choix définitif sur les visuels de Hot Tuna...

HT1

Intérieur de pochette

The Phosphorescent Rat , premier album de Hot Tuna enregistré après que Casady et Kaukonen aient quitté Jefferson Airplane (en effet, avant ce quatrième album, Hot Tuna n'était en fait qu'un side project), groupe qui allait se reconvertir en Jefferson Starship, possède une ambiance plus proche du hard-rock 70's (c'est en effet assez électrique et remuant, mais rien de comparable avec AC/DC ou Black Sabbath !) que de la folk-rock bluesy des premiers albums. On y trouve de très bonnes chansons, comme Day To Day Out The Windows Blues, Letter To The North Star, l'instrumental Seeweed Strut ou Living Just For You. Plus musclé encore que Burgers (mais les albums suivants le seront encore un peu plus, Hoppkorv, de 1976, étant même du rock pur et dur), l'album n'en oublie quand même pas d'être bluesy, mais on sent vraiment que le Thon Chaud se durcit, se radicalise un petit peu. Au final, ce quatrième album tout court, et deuxième studio, et premier d'un Hot Tuna totalement libéré de l'ombre Jefferson Airplane, est sans doute un de leurs meilleurs albums. Pas un chef d'oeuvre absolu non plus, aucun de leurs albums n'en est un, mais c'est vraiment pas mal du tout !

FACE A

I See The Light

Letter To The North Star

Easy Now

Corners Without Exits

Day To Day Out The Window Blues

FACE B

In The Kingdom

Seeweed Strut

Living Just For You

Soliloquy For 2

Sally, Where'd You Get Your Liquor From ?