A1

Simon Buret (chant) et Olivier Coursier (claviers) forment le duo AaRON. Ce groupe français doit forcément vous dire quelque chose : en 2006, ils ont obtenu un immense succès commercial et critique avec une chanson présente dans le film Je Vais Bien, Ne T'En Fais Pas : U-Turn (Lily). Une chanson magnifique, de la pop minimaliste (le chant, un piano, une batterie discrète, de belles orchestrations), assez représentative, d'ailleurs, du style d'AaRON (la manière d'écrire le groupe, assez particulière, est partie intégrante du nom du groupe : on ne l'écrit, généralement, que comme ça, en majuscules sauf la seconde lettre), une sorte de pop à la Keane, en plus sobre. Le groupe a publié plusieurs albums entre temps, que je ne connais pas, mais qui, je le sais, ont bien marché. Il y à quelques jours est sorti leur nouvel album, ce disque-ci, sorti sous une pochette noire et bleu nuit : We Cut The Night. Pour le coup, AaRON, de même que Raphaël avec Super Welter ou Gaëtan Roussel avec Orpailleur (deux excellents albums de rock français n'ayant hélas pas eu le succès escompté), se lancent dans de l'inédit : l'électrorock dansant. Enfin, dansant, mais quand même, autant le dire, assez sombre. Boosté par deux singles vraiment remarquables (Blouson Noir, Onassis), We Cut The Night est un peu, pour le groupe, ce que Novice (1989) était pour Alain Bashung. Les connaisseurs en Bashung savent ce que je veux dire, l'album du Bash' étant pour le moins sombre, dépressif, torturé même, pas autant que son Play Blessures de 1982, mais pas loin. Mais on y trouve aussi des mélodies synthétiques assez dansantes, entraînantes (Tu M'As Jeté).

A2

AaRON, ici, plonge dans la synthpop et les ambiances obscures, à l'image de sa pochette. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le duo français mais anglophile (ils ne chantent que dans la langue de Shakespeare) se démerde franchement super bien. En une quarantaine de minutes (et 10 titres), We Cut The Night est une prise de risques, certes, mais je pense que les connaisseurs en AaRON retrouveront leurs petits sans problème (Maybe On The Moon fait furieusement penser au style de chanson habituel du groupe, comme, ben, U-Turn (Lily), évidemment), et que ce disque peut permettre à celles et ceux qui n'aiment pas trop l'univers de ce groupe de faire une belle découverte. Par exemple, moi, je n'ai pas honte de le dire, mais ça fait plusieurs jours que je reviens assez souvent sur ce disque, et c'est un vrai plaisir à écouter. Meilleur morceau de l'album probablement, Onassis est une tuerie qui vous laisse des frissons, The Leftovers est juste sublime, de même que le morceau-titre, et en guise d'ouverture (et de morceau de lancement de l'album), Blouson Noir (dont le titre et le mot espoir sont les seuls termes en frouze de l'album) est remarquable. I wear my blouson noir, cause I've got no espoir...

A3

Visuel dans l'album

We Cut The Night est une petite merveille, quoi, un disque que j'ai acheté sur un coup de tête, ayant littéralement adoré Onassis (au point de me dire il faut que je me prenne ce disque, vous dire !). Je ne pensais cependant pas aimer tout l'album à ce point, toutes les chansons sont remarquables, entraînantes (le rythme syncopé de We Cut The Night) ou dépressives (Invisible Stains est une splendeur planante et mélancolique à ne pas écouter le matin au réveil si on a la tête dans le cul, car ça ne vous aidera pas à aller mieux), la production est géniale et Simon Buret chante super bien, de sa voix posée, parfois un peu désincarnée, c'est pile poil ce qu'il faut, et les claviers et boîtes à rythmes, omniprésent(e)s, sont parfaits. Sonnant un peu comme s'il avait été fait à la grande époque d'Orchestral Manoeuvres In The Dark et New Order, mais avec quand même plus de modernité (la production étant vraiment sensationnelle), We Cut The Night est un excellentissime album. Après, est-ce le meilleur ou le moins bon d'AaRON, je ne sais pas, et je m'en moque, n'étant pas fan du groupe, c'est le premier album d'eux que je m'achète, et probablement le dernier (à moins qu'ils ne poursuivent dans cette voie), mais en tout cas, je le dis, sans aucune honte, sans aucun problème : j'adore cet album ! Mais alors vraiment ! Le meilleur album français de 2015 ?

Blouson Noir

Magnetic Road

The Leftovers

Ride On

Maybe On The Moon

Onassis

Invisible Stains

We Cut The Night

Shades of Blue

2:22