imagesCA0Q5B9M

Je me souviens encore de ma stupéfaction, en découvrant ce disque dans les bacs (en multiple édition : CD, CD collector et vinyle) en 2013. Pas parce que c'était un disque de Deep Purple, parce que, tout en ayant bien ralenti leur rythme, les Purples continuent de temps en temps à offrir des albums : Bananas, Rapture Of The Deep... Non, si j'étais sur le cul, c'était à cause de cette pochette : un point d'interrogation et un point d'exclamation, pourpres, en gros, sur fond blanc, et bastapute (ah ! si, le nom du groupe et le titre de l'album, aussi). Dois-je préciser que ça fait vraiment très moche, et que surtout, surtout, ça ne donne absolument pas envie d'écouter le disque qui est à l'intérieur, a fortiori de l'acheter ? D'ailleurs, je ne l'ai pas acheté, ah non. Ni en 2013, ni en 14, ni en 15, ni en 16, je ne l'achèterai pas en 16. Ni même en 17. Bref, je ne l'achèterai pas, point barre ! Mais je l'ai écouté. Un ami me l'a prêté récemment. Et je dois dire que si je maintiens que je ne l'achèterai pas, je peux aussi dire, et c'est paradoxal, que je regretterais presque de ne pas l'avoir acheté. Oui, c'est con, je sais. Ca ne veut surtout rien dire. Mais NOW What ?!, cet album de Deep Purple donc, est suffisamment bon pour qu'on apprécie une ou deux écoutes, et suffisamment moyen pour qu'on sache qu'on ne l'écoutera pas indéfiniment, contrairement à, disons, In Rock, Machine Head, Burn ou Come Taste The Band, pour citer d'autres albums studio du même groupe (et on rajoute l'inimitable et inoubliable live Made In Japan pour faire le poids).

Deep-Purple-Now-What-2013-Booklet-Front-Cover-79928

Bref, je regrette presque de ne pas l'avoir acheté, car j'aurais pu ressentir comme une sorte d'entrain du genre mais c'est que c'est vraiment pas mal du tout, ça, contre toute attente !, mais je ne regrette, finalement, pas, car je sais que, tôt ou tard, je m'en serais lassé, et qu'il serait en train de prendre la poussière comme un con d'album de Bruce Springsteen des années 90. Dédié à Jon Lord (le légendaire organiste du Pourpre depuis leurs débuts, mort en 2012), NOW What ?! a, sinon, été enregistré avec quasiment le line-up classique au complet (3 sur 5) : Ian Gillan au chant, Ian Paice à la batterie, Roger Glover à la basse. Les claviers sont tenus par Don Airey, ancien de Rainbow, et la guitare, par Steve Morse. En 57 minutes, ce disque à la pochette hideuse et à la production remarquable signée du légendaire Bob Ezrin (Berlin de Lou Reed, The Wall du Floyd, Killer, School's Out et Billion Dollar Babies d'Alice Cooper, le premier Peter Gabriel...) offre 11 titres. Il a été enregistré entre juin et juillet 2012 à Nashville, et est le premier opus studio du groupe depuis 2005 et Rapture Of The Deep. On y trouve franchement de très bons trucs : A Simple Song, le premier morceau, qui démarre calmement avant de s'emballer, m'a même scotché à mon siège, un morceau remarquable ! Weirdistan, Out Of Hand et Hell To Pay, qui suivent, sont également de très bons morceaux, de quoi affirmer sans peine que l'album démarre super bien...

Deep_Purple_2013

...avant de s'écrouler un petit peu, Bodyline, Above And Beyond étant deux morceaux sans anicroches, sans honte, mais clairement, sans génie aussi. Morse et Airey parviennent cependant sans problème à s'approcher des styles de, respectivement, Blackmore et Lord. Au point qu'on a l'impression, souvent, que Lord joue sur le disque, ce qui n'est pas le cas du tout. C'est vers le final de l'album qu'on retrouve de grands moments : Uncommon Man, avec une longue intro de claviers inspirée par la Fanfare For The Common Man d'Aaron Copeland, et Vincent Price, le final, sont absolument remarquables. NOW What ?! dans l'ensemble est donc un très bon album, nettement meilleur que quasiment tout ce que Deep Purple avait fait depuis Perfect Strangers (1984), oui, c'est bel et bien leur meilleur depuis cette période. Il offre de très bonnes chansons, l'interprétation est efficace, la production assure... N'empêche que je ne me l'achèterai pas maintenant que je l'ai écouté une paire de fois (trois fois, en réalité), car je sais bien que ce n'est pas non plus un immense album, tôt ou tard, il commencera à sentir le réchauffé, il lassera, et de toute façon, l'Âge d'Or du groupe est loin, bien loin, même si rien, ici, n'est honteux. Pour fans du groupe, et de hard-rock !

A Simple Song

Weirdistan

Out Of Hand

Hell To Pay

Bodyline

Above And Beyond

Blood From A Stone

Uncommon Man

Après Vous

All The Time In The World

Vincent Price