Elliott+Murphy+-+Just+A+Story+From+America+-+LP+RECORD-417489 

Avant-dernier article, sur le blog, concernant Elliott Murphy - avant-dernier, pour le moment, plutôt, car il n'est pas exclu qu'un jour ou l'autre, une fois que les deux articles (dont celui-ci) qu'il me reste à faire de lui seront publiés, je refasse d'autres chroniques le concernant. Mais ça ne sera pas pour tout de suite, en même temps. Voici donc à nouveau Elliott Murphy à l'honneur, avec son quatrième album studio (et quatrième tout court, il n'avait pas encore sorti de live), un disque sorti en 1977 et qui marchera assez bien. Un disque dont la pochette se retrouve parfois dans des listes du style 'meilleurs albums de rock des années 70', en tout cas, une pochette certes sobrissime, mais très iconique et connue, montrant, sur fond blanc, et dans le coin gauche, Elliott, emmitouflé dans son manteau, adossé contre le bord de la pochette, à moitié hors-cadre (au dos de pochette, rien d'autre que les crédits, sur fond blanc ; mais dans la pochette, une sous-pochette avec les paroles et, sur un côté, une photo couleur de Murphy). L'album s'appelle Just A Story From America. C'est un de ses albums les plus connus, donc, et adulés des fans, avec le précédent, Night Lights (1976), dont il reprend clairement le style rock à la Springsteen. On sent, ici, la même ambiance que sur le (futur, il date de 1980) double album The River du Boss. Chose amusante, chacun de ces deux albums possède une chanson intitulée Drive All Night, mais il s'agit de deux chansons totalement différentes. La chanson du Boss, longue, est connue des fans, pas vraiment du grand public. La chanson de Murphy, présente donc sur Just A Story From America est, elle, plus connue, elle a eu l'honneur d'un single. Le single n'a pas été un succès monstrueux, mais quand même.

116172343

Murphy a souvent eu le coup de génie de s'entourer de musiciens hors pair, pour ses albums. Après notamment Gene Parsons (Aquashow), Jim Gordon (Lost Generation) ou Doug Yule, Billy Joel et Ernie Brooks (Night Lights), il s'est entouré, ici, dans ce disque enregistré à Londres, de Phil Collins (batterie) et Mick Taylor (guitare, ancien des Stones), excusez du peu, et ce, même si Taylor ne joue pas sur tout. Dave Markee (basse), Peter Oxendale (claviers), Steve Gregory et Chris Mercer (saxophones), notamment, complètent la distribution de ce disque produit par Robin Geoffrey Cable, et sur lequel Murphy joue de la guitare, de l'orgue Farfisa, de l'harmonica, des marimbas et autres percussions, de l'harmonium et de la 'guitare portugaise', en plus, évidemment, de chanter, et de signer paroles et musiques de tous les morceaux. Morceaux au nombre de 9, pour un total, plus court que de coutume, de 34 minutes. Et tout comme pour Night Lights, que du lourd, ici, que du bon, du grand, du géant, même. Drive All Night ouvre l'album en fanfare, cette chanson est une des plus grandes d'Elliott Murphy, et le fait qu'elle ne soit pas plus connue que ça est, en soi, un vrai affront à la face du rock. Summer House, Rock Ballad, Anastasia (au sujet un peu glissant : un homme amoureux d'une jeune, très jeune, très très jeune femme, une mineure), Just A Story From America ou Darlin' (And She Called Me) sont de vraies merveilles, et la seule chose à dire de négatif ici, c'est : pourquoi ce disque ne dure-t-il pas plus longtemps ?

elliottmurphy02

Que ce soit du pur rock (Drive All Night, Caught Short In The Long Run, Let Go) ou des chansons plus calmes (la chanson-titre, Anastasia), les neuf titres de ce Just A Story From America s'imposent. D'ailleurs, comme pour, dans un sens, prouver qu'avec ce disque, il a atteint une vraie plénitude, un niveau désespérément élevé, Murphy mettra 5 ans avant de refaire un album. Ca sera Murph The Surf, au titre ridicule, à la pochette un peu série B, publié sur le label AZ (au moins le troisième label, après RCA et Columbia/CBS, pour Murphy !), et qui sortira donc en 1982. J'en reparlerai bientôt. En attendant, je ne peux que vous conseiller ardemment l'écoute de cet album qui, contrairement aux autres que j'ai abordés ici, est facile à trouver en CD, lui : il n'est peut-être pas aussi facile à trouver qu'un disque de Bruce Springsteen (ami et 'rival' de Murphy ; 'rival' heureux, car il est plus commercial et populaire que lui), mais il a le mérite d'exister en CD, ayant été réédité en 2013 pour l'édition la plus récente. Un grand disque, un des meilleurs de Murphy et probablement un des meilleurs de 1977.

FACE A

Drive All Night

 Summer House

Just A Story From America

Rock Ballad

Think Too Hard

FACE B

Anastasia

Darlin' (And She Called Me)

Let Go

Caught Short In The Long Run