BA1

Le Gros Oeuvre commence : aborder l'Anthology des Beatles. Putain, je frissonne. C'est que ce n'est pas n'importe quoi, ce truc : trois gros coffrets de deux CDs, avec un bon gros livret de 48 pages par coffret, et un artwork (designé par Klaus Voormann, le pote de toujours du groupe depuis leur escapade à Hambourg, Allemagne, en 1960) permettant, quand on positionne les trois boîtiers (ou livrets, qui les reproduisent) l'un à côté de l'autre, de constituer une belle fresque représentant l'ensemble de l'iconographie du groupe (visuel plus haut). Anthology, sorti entre fin 1995 (premier volume) et 1996 (les deux autres, forcément), est le Magnum Opus des Beatles. Il ne s'agit pas d'une compilation, enfin, pas vraiment. Conçu en 1994 par les trois Beatles restants (Macca, Harrison, Ringo) et leur fameux producteur/arrangeur George Martin, il s'agit, oui, d'une compilation, aucun autre mot ne convient vraiment, mais regroupant des prises inédites de morceaux connus...ou des morceaux inédits, tout simplement. Autant le dire tout de suite, comme ça, c'est clair : cette triple compilation en six CDs (pour plus de 6 heures de musique, et 145 plages audio, en comptant les morceau non-musicaux, surtout présents sur le volume 1) ne s'adresse pas aux néophytes. Vous ne connaissez pas les Beatles, ou vous ne les connaissez pas très bien ? Anthology vous semblera un gros gâteau bien chargé, et vous écoeurera assez rapidement. Il vous faudra préférer les Past Masters, ou la compilation 1, ou les best-ofs 'rouge' et 'bleu' de 1973.

anthology

Anthology s'adresse aux fans, à ceux qui connaissent par coeur ou presque les albums, à ceux qui vénèrent les Beatles, et ceux-là, croyez-moi, vont adorer (ou adorent déjà) ces trois gros double volumes qui, hélas, sont généralement vendus aussi cher qu'un appartement à Neuilly-Sur-Seine. J'ai eu du bol de les choper, autrefois, à environ 15 € pièce, mais généralement, ils sont vendu 20 € de plus par tête de pipe. Ce qui fait plus de 100 € en tout. Ils n'ont pas été réédités en remastérisé depuis 1996, au fait, et ne le seront vraisemblablement pas, même si on approche doucement des 20 ans du projet, et qu'à ce titre, ça serait bien de les rééditer en remastérisé (après tout, les Past Masters et les best-ofs de 1973 l'ont été, eux) pour l'occasion. Enfin, si c'est le cas, ça ne me fera pas les racheter, pas fou le ClashDo. Ces trois volumes, qui existent en coffret et, surtout, à l'unité, sont les accompagnateurs d'une série documentaire du même nom, qui existe depuis en DVD. Ainsi qu'un livre, en 2000 (visuel plus haut), comme le DVD. Ce projet un peu fou, résumer la carrière du plus grand groupe de tous les temps, chronologiquement, en utilisant des prises studio inédites, enregistrements lives, démos personnelles et en enregistrant deux morceaux inédits (à la base, trois étaient prévus, mais pour le troisième, McCartney, Ringo et Harrison, ainsi que George Martin, ne parviendront pas à se mettre d'accord), deux morceaux utilisant des démos personnelles de John Lennon (fournies par Yoko), démos datant des années 70 et qui ont donc servies de base à deux chansons coproduites avec Jeff Lynne. La première de ces chansons, Free As A Bird, est sur le premier volume, et la seconde, qui était par ailleurs déà connue à l'état de démo car se trouvant sur la compilation Imagine : John Lennon de 1988 (Real Love), sur le second volume.

BA2

On commence donc par le premier volume, Anthology 1. Ce premier volume, long de quelques 124 minutes et proposant 60 plages audio (parmi elles, plusieurs bribes de speeches de Lennon, McCartney, Brian Epstein et autres, non-musicaux, et de quelques secondes : il y en à 8), se concentre sur la première époque du groupe, et va de 1958 à 1964. Anthology 1 démarre par Free As A Bird, morceau enregistré en 1994 en studio par les trois Beatles survivants à partir d'une démo solo de Lennon, de 1977, qui fut offerte par Yoko. Le procédé, entremêler la voix de Lennon et ses accords avec celles des trois autres Beatles, plus âgés, et leurs instruments, sera source de controverse chez les fans, mais le résultat est, au final, avec la production co-signée Jeff Lynne (Electric Light Orchestra, et producteur de George Harrison pour Cloud Nine en 1987 et les Traveling Wilburys, dont il fit partie aux cotés d'Harrison, de Roy Orbison, de Bob Dylan et Tom Petty, en 1988/1991), grandiose, et sortira en single (immense succès). Après, on a un speech de Lennon, de quelques secondes, puis ça démarre. Autant le dire, de That'll Be The Day (une reprise de Buddy Holly) à, disons, You'll Be Mine (un morceau signé Lennon et Macca, issu d'une démo personnelle du groupe enregistrée en 1958 chez Paul), le son est des plus épouvantables, limite inaudible. Le batteur, sur ces titres, et jusqu'au 22ème environ, est Pete Best, l'homme le plus scoumounard du monde selon la légende, viré du groupe en 1962 et remplacé par Ringo. On entend aussi le bassiste Stuart Sutcliffe (mort tragiquement en 1962, à Hambourg, d'une hémorragie cérébrale) sur certains de ces titres, comme Hallelujah, I Love Her So.

51n1RmqDlqL

Dos du boîtier

A partir de l'instrumental Cayenne (issu cependant de la même démo que You'll Be Mine et Hallelujah, I Love Her So, à la qualité audio déplorable), le son devient meilleur, et il l'est totalement dès My Bonnie (qui suit), un des trois titres présents ici et issus de l'album du même nom, sorti en 1961, et que les Beatles, alors les Beat Boys (et anciennement Quarrymen), firent en accompagnateurs de Tony Sheridan. My Bonnie est interprété par Sheridan, mais Ain't She Sweet, qui suit, l'est par Lennon, c'est la première apparition vocale officielle et commercialisée de Lennon. Cry For A Shadow, qui achève ce segment Tony Sheridan, est un instrumental, et le seul et unique morceau crédité Lennon/Harrison, de toute l'histoire des Beatles. C'est après ça que Brian Epstein décide de les produire, et le groupe devient de plus en plus professionnel, enchaînant les enregistrements. Decca les refuse (les morceaux qui suivent, Searchin', Three Cool Cats...jusqu'à Hello Little Girl, sont issus des sessions Decca), Emi, via sa filiale Parlophone, les signe. Le groupe devient vraiment les Beatles, comprendre : les vrais débuts sont là. Besame Mucho, et déjà Love Me Do (avec Pete Best), puis on souhaite la bienvenue à Ringo. One After 909, I'll Get You, I Saw Her Standing There, From Me To You, les premiers enregistrements live à la BBC achèvent le premier CD (34 titres) d'Anthology 1.

the_beatles_-_anthology_1_(1995)-cd2

D'autres prises live démarrent le second disque (26 titres), She Loves You, Till There Was You (avec une petite plaisanterie de Paul en introduction), Twist And Shout, avec un son absolument génial. Des extraits de prestations TV (I Want To Hold Your Hand, le petit délire Moonlight Bay et un speech de deux comiques de TV ; il me semble qu'une bribe de ce speech, un right ! braillé, fut utilisé par Lennon pour le collage bruitiste Revolution 9 du Double Blanc de 1968), les sessions d'enregistrement de l'album A Hard Day's Night, des reprises endiablées de vieux rock'n'rolls (Shout, Long Tall Sally, Boys chantée par Ringo), des démos intéressantes, pendant les sessions de Beatles For Sale, de Eight Days A Week et No Reply, une prise alternative, rapidement interrompue car jugée trop difficile à jouer, en valse, de I'll Be Back, et des morceaux rarissimes (You Know What To Do, Leave My Kitten Alone) complètent cet Anthology 1 qui, bien que franchement remarquable, est tout de même, je le dis clairement avant même de parler des deux autres volumes, le moins intéressant du lot. Mais tout est relatif, c'est quand même vraiment passionnant, même si le moins réussi des morceaux du groupe (Mr. Moonlight) est de la partie et même si les premiers morceaux du premier disque sont dotés d'une épouvantable qualité audio...

CD 1 : Free As A Bird/Speech : John Lennon/That'll Be The Day/In Spite Of All The Danger/Speech : Paul McCartney/Hallelujah, I Love Her So/You'll Be Mine/Cayenne/Speech : Paul McCartney/My Bonnie/Ain't She Sweet/Cry For A Shadow/Speech : John Lennon/Speech : Brian Epstein/Searchin'/Three Cool Cats/The Sheik Of Araby/Like Dreamers Do/Hello Little Girl/Speech : Brian Epstein/Besame Mucho/Love Me Do/How Do You Do It/Please Please Me/One After 909 (Sequence)/One After 909/Lend Me Your Comb/I'll Get You/Speech : John Lennon/I Saw Her Standing There/From Me To You/Money (That's What I Want)/You Really Got A Hold On Me/Roll Over Beethoven

CD 2 : She Loves You/Till There Was You/Twist And Shout/This Boy/I Want To Hold Your Hand/Comedy Speech : Eric Morecambe And Ernie Wise/Moonlight Bay/Can't Buy Me Love/All My Loving/You Can't Do That/And I Love Her/A Hard Day's Night/I Wanna Be Your Man/Long Tall Sally/Boys/Shout/I'll Be Back (Take 2)/I'll Be Back (Take 3).You Know What To Do/No Reply (Demo)/Mr. Moonlight/Leave My Kitten Alone/No Reply/Eight Days A Week (Sequence)/Eight Days A Week (Complete)/Kansas City - Hey, Hey, Hey Hey

BA3

Place maintenant au second volume, logiquement baptisé Anthology 2. Consacré à la période 1965/1968 (début de l'année 1968 seulement, le reste de cette imposante année beatlesienne sera sur le troisième et dernier volume), ce deuxième volume (de deux heures environ, et 45 titres, 25 et 20 selon les disques) est sorti en 1996 et s'ouvre, lui aussi, sur un morceau réenregistré par les trois Beatles survivants à partir d'une démo de John Lennon, donnée par Yoko : Real Love. Contrairement à Free As A Bird, Real Love était déjà connue, car on l'entendait, en version démo, sur la compilation de 1988 Imagine : John Lennon. Une chanson magnifique, chantée par Lennon (contrepoints vocaux des autres), production parfaite, c'est tout aussi grandiose que Free As A Bird. On entre dans le vif du sujet juste après, avec des morceaux enregistrés en studio ou live, Yes It Is, I'm Down, ou morceaux issus de la période Help !, et parmi eux, Yesterday en deux versions (une démo très intéressante, notamment), Ticket To Ride, Help !It's Only Love ou You've Got To Hide Your Love Away. Des morceaux rarissimes, aussi, comme If You've Got Trouble (chanté par Ringo) ou That Means A Lot. On a même droit à un extrait du mythique concert de 1965 au Shea Stadium de New York, Everybody's Trying To Be My Baby (chantée par Harrison, une reprise de Carl Perkins). Rubber Soul et Revolver à l'honneur, ensuite, avec notamment un sublimissime Norwegian Wood (This Bird Has Flown), un instrumental mythique chez les fans des Beatles (12-Bar Original), et les débuts du psychédélisme au sein du groupe Tomorrow Never Knows, I'm Only Sleeping (en deux versions), Got To Get You Into My Life (sans les cuivres), And Your Bird Can Sing définitivement très Byrdien. Eleanor Rigby, avec juste les cordes, c'est magnifique. Après ça, le disque 1 s'achève sur du pur rock'n'roll : Rock And Roll Music et She's A Woman, enregistrés live au Budokan de Tokyo en juin 1966, parmi les derniers concerts faits par le groupe (ils cesseront de jouer sur scène en 1966, justement, le dernier concert sera le 29 août, à San Francisco). 

81KCoYpLxIL__SL1476_

Dos du boîtier

Le second CD nous fait plonger dans l'une des années les plus importantes de l'histoire du groupe (et de la musique en général) : 1967. L'album enregistre Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band à Abbey Road, et trois chansons, qui n'en feront pas partie, ont aussi été enregistrées à ce moment : Strawberry Fields Forever, Penny Lane et Only A Northern Song. Les deux premières sortiront en single (un single avec deux faces A, histoire de dire que les deux chansons sont majeures, ce qui est clairement vrai) en 1967, à peu près en même temps que l'album, et la dernière ne sera proposée qu'en 1969, sur l'album de la bande-son du dessin animé Yellow Submarine. Toutes sont là, et Strawberry Fields Forever l'est en triple exemplaire, en ouverture. Version démo, prises alternatives, on y entend Lennon marmonner, très clairement, ce qui, sur la version définitive, ne sera que partiellement audible, dans le fade-out final : cranberry sauce. Et non pas I buried Paul, messieurs les défenseurs de la théorie Paul Is Dead ! Des morceaux de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, on peut notamment retrouver ici Good Morning Good Morning, un Within You Without You purement instrumental, la reprise du morceau-titre, ou bien Lucy In The Sky With Diamonds. Et A Day In The Life, évidemment, grand morceau de magie musicale. Est présent ici aussi un morceau qui ne sortira qu'en...1970, en tant que face B du single Let It Be : You Know My Name (Look Up The Number), un petit délire avec notamment la participation de Brian Jones (des Rolling Stones) au...saxophone, dans le final. Un morceau délirant dont les paroles sont intégralement présentes dans le titre, paroles répétées de diverses manières, avec moult changements de rythmes, par Lennon et McCartney. Cette chanson est, de l'aveu de Paul, une de ses grandes préférées de l'ensemble du catalogue des Beatles. Il ne l'a cependant jamais jouée live, je crois, mais je peux me tromper. Après, on a des morceaux issus des sessions de Magical Mystery Tour : The Fool On The Hill (dont une démo très sympa), Your Mother Should Know, I Am The Walrus. Hello Goodbye, aussi, et le second disque, et donc Anthology 2, se finit sur Lady Madonna et une version bien embryonnaire d'Across The Universe. Le meilleur (avis personnel, ma période préférée du groupe ayant toujours été 1967/1970) est en route, et loin d'être fini, mais attendez, il reste un volume à aborder, la suite plus bas...

CD 1 : Real Love/Yes It Is/I'm Down/You've Got To Hide Your Love Away/If You've Got Trouble/That Means A Lot/Yesterday/It's Only Love/I Feel Fine/Ticket To Ride/Yesterday/Help !/Everybody's Trying To Be My Baby/Norwegian Wood (This Bird Has Flown)/I'm Looking Through You/12-Bar Original/Tomorrow Never Knows/Got To Get You Into My Life/And Your Bird Can Sing/Taxman/Eleanor Rigby (Strings Only)/I'm Only Sleeping (Rehearsal)/I'm Only Sleeping (Take 1)/Rock And Roll Music/She's A Woman

CD 2 : Strawberry Fields Forever (Demo Sequence)/Strawberry Fields Forever (Take 1)/Strawberry Fields Forever (Take 7 & Edit Piece)/Penny Lane/A Day In The Life/Good Morning Good Morning/Only A Northern Song/Being For The Benefit Of Mr. Kite ! (Takes 1 & 2)/Being For The Benefit Of Mr. Kite ! (Take 7)/Lucy In The Sky With Diamonds/Within You Without You (Instrumental)/Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (Reprise)/You Know My Name (Look Up The Number)/I Am The Walrus/The Fool On The Hill (Demo)/Your Mother Should Know/The Fool On The Hill (Take 4)/Hello, Goodbye/Lady Madonna/Across The Universe

BA4

Continuons dans la même logique, le troisième et dernier volume, que voici, est donc intitulé Anthology 3. Sorti en 1996, long de 50 morceaux (27 sur le premier CD, 23 sur l'autre) et de quelques 140 minutes, c'est donc le plus généreux des trois en terme de durée. Contrairement aux deux autres, il ne s'ouvre pas par un morceau inédit réenregistré par le groupe : Macca, Ringo et Harrison, en effet, essaieront d'enregistrer un autre morceau issu des démos personnelles de Lennon (Now And Then), mais ils n'arriveront pas à un résultat probant et abandonneront donc. C'est ainsi qu'Anthology 3, mon préféré du lot car c'est ma période préférée, démarre par A Beginning, pièce instrumentale de cordes qui sera utilisée pour Good Night, sur le Double Blanc. D'ailleurs, ce mythique double album de 1968 est à l'honneur sur l'intégralité des 73 minutes (environ) et 27 titres du premier CD, tout y est issu des marathoniennes et épuisantes, chaotiques sessions d'enregistrement de ce Léviathan beatlesien. On y trouve des morceaux qui ne passeront pas la rampe, et seront enregistrées en solo par la suite (le Junk de McCartney, le Not Guilty d'Harrison), des morceaux rarissimes et inédits (What's The New Mary Jane, Step Inside Love/Los Paranoias), mais aussi deux morceaux qui ne feront leur apparition que sur Abbey Road, dans le fameux medley de la face B : Polythene Pam, Mean Mr. Mustard. Le reste est connu, While My Guitar Gently Weeps (version démo, sans Eric Clapton donc), Glass Onion, Helter Skelter, Piggies, Honey Pie, I Will, Don't Pass Me By, Julia, Blackbird, plus Hey Jude, enregistré durant les sessions, et sorti, on le sait, en single. Version démo courte de 4 minutes, la version définitive est meilleure (et selon moi, la meilleure du groupe, si si, juste devant Something et Strawberry Fields Forever), évidemment, mais c'est déjà quelque chose.

Beatles_Anthology3_p2

Dos du boîtier

Le second disque, et le dernier de ce projet monumental qu'est Anthology, démarre par les sessions, elles aussi chaotiques, entremaillées d'engueulades épiques, de l'album avorté Get Back, en 1969, aux Twickenham Studios. I've Got A Feeling, Dig A Pony, Teddy Boy (morceau de Macca qu'il enregistrera en solo sur son premier album), All Things Must Pass (de Harrison, même chose, il l'enregistrera, on le sait, en solo), For You Blue du même Harrison, She Came In Through The Bathroom Window, un excellent medley de rock'n'roll (Rip It Up/Shake, Rattle And Roll/Blue Suede Shoes), puis on arrive aux sessions d' Abbey Road, le dernier sursaut d'orgueil d'un groupe en pleine décomposition : Oh ! Darling déjà bien efficace, Octopus's Garden, Something, Come Together, Maxwell's Silver Hammer... N'oublions pas le fameux concert sur le toit d'Apple Records, avec Get Back, qui en est tiré. Parmi les surprises de ce dernier disque, on notera Come And Get It, signé Macca, qui offrira ce morceau, en 1969, à Badfinger (qui en feront un hit, issu de leur premier album Magic Christian Music), I Me Mine d'Harrison, Because à capella, une nouvelle version d'Ain't She Sweet (que le groupe avait interprété, chanté par Lennon, durant leur période d'accompagnateurs de Tony Sheridan en 1961) et le tout se termine, très logiquement, par une version sublime de The End. Difficile de ne pas retenir une petite larme à chaque écoute de ce And in the end you love you take is equal to the love you make. Anthology 3, et Anthology tout court, se termine très logiquement là. Mes frissons de bonheur à l'écoute de ces chansons, eux, se poursuivront encore longtemps, pendant des années...

CD 1 : A Beginning/Happiness Is A Warm Gun/Helter Skelter/Mean Mr. Mustard/Polythene Pam/Glass Onion/Junk/Piggies/Honey Pie/Don't Pass Me By/Ob-La-Di, Ob-La-Da/Good Night/Cry Baby Cry/Blackbird/Sexy Sadie/While My Guitar Gently Weeps/Hey Jude/Not Guilty/Mother Nature's Son/Glass Onion/Rocky Raccoon/What's The New Mary Jane/Step Inside Love - Los Paranoias/I'm So Tired/I Will/Why Don't Wee Do It In The Road ?/Julia

CD 2 : I've Got A Feeling/She Came In Through The Bathroom Window/Dig A Pony/Two Of Us/For You Blue/Teddy Boy/Medley : Rip It Up - Shake, Rattle And Roll - Blue Suede Shoes/The Long And Winding Road/Oh ! Darling/All Things Must Pass/Mailman, Bring Me No More Blues/Get Back/Old Brown Shoe/Octopus's Garden/Maxwell's Silver Hammer/Something/Come Together/Come And Get It/Ain't She Sweet/Because/Let It Be/I Me Mine/The End