9bb731f276c6c86264a9112ae1a78657_620x616x1

Oula. Attention les yeux, cette pochette peut rendre aveugle. Il y à de quoi : un Ringo Starr barbu et en costard-noeud-pap', regard envapé (à l'époque, hélas pour lui et pour nous, il tisait pas mal, et devait aussi touchotter un peu à la came ; mais sa came à lui, clairement, c'était l'alcool), arborant une massive épée bien tenue en pogne, entouré de roses, et avec une femme juchée sur ses épaules, une femme quasiment nue apparemment (en sous-vêtements, en tout cas). Au dos, on voit...son dos, et le cul culotté de la gonzesse, avec ses talons. Qui est-elle, je ne sais pas, rien n'est dit sur la pochette (mis à part que la photo fut pris par Nancy Lee Andrews, qui fut la compagne de Ringo à l'époque ; il sera par la suite avec Barbara Bach, dans le début des années 80, et sauf erreur de ma part, ils sont toujours ensemble, mariés depuis 1981). Avec une telle pochette, difficile de se dire que l'album qui s'y trouve (et qui date de 1977, c'est le sixième album solo, hors-compilation, de Ringo, mais son quatrième de musique pop/rock, d'où son titre) sera bon. Et en effet, Ringo The 4th n'est pas bon. Mais ça, tout le monde ou presque le sait, la réputation merdeuse de cet album n'est vraiment plus à établir. Le plus drôle, là-dedans, c'est que ce n'est pas le pire de Ringo. Je trouve, en effet, l'album suivant, Bad Boy (1978), encore pire, et je pense même que l'album précédent, Ringo's Rotogravure (1976, que j'ai abordé récemment) est encore moins bon que Ringo The 4th (mais pas pire que Bad Boy). Petit rappel des faits : après deux albums étonnants mais pas marquants (Sentimental Journey, constitué de reprises de vieux standards des années 30, et Beaucoups Of Blues, disque de country et enregistré à Nashville) en 1970, Ringo met sa carrière de chanteur en quasi-pause, mis à part deux singles, It Don't Come Easy en 1971 et Back Off Boogaloo en 1972 (deux gros succès). En 1973, avec un peu d'aide de ses amis (comme le disait la chanson des Beatles qu'il chantait en 1967 ! Cette chanson, c'est toute l'histoire de Ringo), il sort Ringo, immense album, le genre de disque que personne n'attendait et qui a cueilli tout le monde, et sur lequel, même si ce n'est jamais sur le même morceau, tous les Beatles jouent (et chacun offre au moins un morceau à Ringo). On y trouve aussi quasiment tout le Band, ainsi que Harry Nilsson, Marc Bolan, Tom Scott, Jim Keltner, Klaus Voormann, j'en passe... 1974, Goodnight Vienna sort, qui reprend la même formule gagnante (plein de musiciens stars autour de Ringo et production chatoyante), avec un peu moins de succès, mais c'est quand même du bon boulot. 1975, la compilation Blast From Your Past (par ailleurs, ultime album sorti sur Apple Records, tous artistes confondus, pendant de longues années) sort, c'est immense, le meilleur de Ringo. Après ça, le déluge, avec un Ringo's Rotogravure minable en 1976.

114737814

Recto de pochette, sous-pochette : en haut ; disque et verso de pochette : en bas

Et ce Ringo The 4th qui, pour une fois, ne reprend pas la formule de Ringo. Ayant enfin compris, après le bide de Rotogravure (qui reprenait la formule gagnante pour la troisième fois, mais à force, ça s'essouffle, déjà qu'en 1974, a commençait à montrer ses limites), que ça ne donnait pas forcément un bon résultat, Ringo, avec son associé et co-auteur Vini Poncia, et le producteur de Rotogravure Arif Mardin, se tourne vers autre chose. Oh, il y aura toujours de bons musiciens bien connus sur l'album (Steve Gadd à la batterie sur certains titres ; Tony Levin, Hugh McDonald, Chuck Rainey à la basse ; Danny Kortchmar, David Spinozza, Lou Van Eaton à la guitare ; les frangins Brecker aux cuivres ; et parmi les choristes, Luther Vandross, Bette Midler), mais plus de stars, plus d'ex-Beatles, plus d'amis musiciens et de fiestas pour entourer Ringo. Et on change aussi le style : fini la pop, bonjour les climats soul et dance. Quasiment disco, Ringo The 4th marque  les débuts d'un nouveau Ringo, qui ne durera pas. Long de 37 minutes, cet album contient trois chansons vraiment correctes : Wings, Drowning In The Sea Of Love (qui, cependant, avec 5 minutes, est nettement trop longue) qui sortiront toutes deux en singles et marcheront à peu près aussi fort qu'un album de Roch Voisine reprenant du Lorie, et Gave It All Up. Et encore, ces chansons ne sont pas vraiment bonnes, c'est juste qu'elles font un peu illusion au milieu de pures et authentiques daubes telles que Tango All Night, Gypsies In Flight, Out In The Streets ou Simple Love Song. Et je ne parle pas de la reprise du Sneaking Sally Through The Alley de Robert Palmer (signée Allen Toussaint)...

012615browimage

Cependant, avec une telle pochette qu'on imagine avoir été prise au cours d'une soirée arrosée (même si ce n'est sûrement pas le cas), difficile à la base de ne pas sentir l'odeur de merde planer autour de soi, comme je l'ai dit en début d'article. Je sais qu'on ne juge pas un disque sur sa pochette, et bien fréquents sont les albums réussis malgré une pochette qui laisse planer le doute (No Other de Gene Clark, Venus And Mars des Wings de McCartney...). Mais pour le coup, Ringo The 4th est cohérent avec lui-même, et malgré une triplette de chansons correctes, et surtout Drowning In The Sea Of Love et Wings, c'est vraiment un album minable, nullissime. Quand je pense que l'ex-Beatles fera encore pire avec Bad Boy (et sa pochette montrant les mains outrageusement baguées de Ringo tenant un verre d'alcool)... Voici donc un album mauvais comme la météo en Bretagne en hiver. Je ne le conseille à personne, sauf si vous êtes fan hardcore de Ringo ou que vous voulez tout posséder des carrières solo des ex-Beatles. Un bon point : il est aujourd'hui très difficile à trouver en CD, surtout à bon prix. Ca tombe bien, personne n'ira dépenser 50 € (véridique ! On le trouve en CD, d'occasion, à ce prix-là sur le Net !) pour ça... Personnellement, je l'ai eu en vinyle à 4 €, c'est déjà cher payé...

FACE A

Drowning In The Sea Of Love

Tango All Night

Wings

Gave It All Up

Out On The Streets

FACE B

Can She Do It Like She Dances

Sneaking Sally Through The Alley

It's No Secret

Gypsies In Flight

Simple Love Song