John-Lennon-The-John-Lennon-C-551924

On va reparler un peu de John Lennon ces jours-ci, sur le blog : deux albums (qui n'en sont pas vraiment) jamais abordés ici jusqu'à présent, et sans doute une ou deux réécritures d'anciennes chroniques. Un des deux albums qui n'avaient, jusque là, jamais été abordés ici et qui le sont donc dès à présent (du moins, pour l'un des deux, ici et maintenant, avec cette chronique), est une compilation. Vous allez me dire (et vous aurez raison), quel est l'intérêt de l'aborder, surtout que deux autres compilations lennoniennes (Shaved Fish de 1975, Imagine : John Lennon de 1988) l'ont été en leur temps, et il n'y à pas si longtemps que ça ? L'intérêt ? Aucun, ou quasiment aucun. Cette compilation, qui date de 1982, est la seconde de Lennon (après Shaved Fish) et la première posthume le concernant, c'est même, (si l'on excepte des singles issus de Double Fantasy ou un EP de 1981 proposant trois titres issus d'un concert d'Elton John en 1974, concert auquel participa, le temps de ces trois titres, Lennon, suite à un petit pari perdu entre les deux artistes), c'est même, donc, le premier disque posthume de Lennon. Sorti originellement en vinyle (forcément) de 17 titres, il sera réédité en CD en 1989 avec deux morceaux supplémentaires en fin de parcours (bref, les deux derniers titres, voir tracklisting plus bas) et est sorti sous une iconique pochette, d'une sobriété exemplaire, proposant la dernière photo (enfin, les dernières : recto et verso de pochette sont issus de la même session photo) de Lennon, prise la veille même de son assassinat. La compilation possède aussi un titre d'une sobriété éclatante, qui a tout du recueil : The John Lennon Collection.

368568b

Verso vinyle (CD : identique, avec bandeau noir vertical à droite pour la liste des titres)

Un titre pareil irait plus à un coffret de l'intégrale (qui sera fait pour la première fois en 1990, un coffret qui ne contiendra d'ailleurs pas tout de ses albums, loin s'en faut, mais revenons à nos moutons) qu'à un simple disque (de plus d'une heure, quand même : 71 minutes pour le CD ; le vinyle était plus court, mais quand même simple, deux faces bien remplies, quoi). Le seul intérêt de cette compilation est dans sa version CD, tardive donc, qui propose un morceau jusque là inédit en album, et que l'on ne trouvait qu'en face B du single Stand By Me de 1975 (reprise du regretté Ben E. King) : Move Over Ms. L., une chanson qui fut à la base proposée à Keith Moon pour son album solo (Two Sides Of The Moon, 1975) mais que Lennon chantera lui aussi, normal, après tout, c'est sa chanson à la base. Une chanson de pur rock'n'roll basique, pas de quoi faire sauter la braguette du pantalon de papy, mais c'est sympa. Oubliable, mais sympa. Ne pas l'avoir placée sur la version d'époque (vinyle) de la compilation est une faute, ça aurait rendu The John Lennon Collection plus intéressant dès le départ. L'autre bonus-track de  la version CD est connu, Cold Turkey, déjà présent sur Shaved Fish. Sinon, le reste, 17 titres, est tout sauf inédit. Enfin, à la base, la version entière de Give Peace A Chance n'était disponible qu'en 45-tours d'époque, la chanson se trouvait certes sur Shaved Fish, mais considérablement amputée (seule ses 50 premières secondes avaient été placées sur la compilation). Le reste fait souvent doublon avec Shaved Fish : Power To The People, Instant Karma !, Imagine, Mind Games, Whatever Gets You Thru The Night, #9 Dream, Happy X-Mas (War Is Over) s'y trouvaient déjà. On notera la présence de Stand By Me, issu de l'album de reprises Rock'N'Roll de 1975 ; de Love, issu de John Lennon/Plastic Ono Band de 1970 (hérésie : cette belle chanson, redécouverte tardivement grâce à un single posthume, est la seule de ce remarquable album de 1970 à être ici ; ni Working Class Hero, ni God, ni Mother, ni Remember ne s'y trouvent). On a aussi Jealous Guy, de l'album Imagine (1971). Autre hérésie : aucun titre de Some Time In New York City (1972, un double album à moitié live qui est certes très inégal et contesté, mais quand même, Woman Is The Nigger Of The World et New York City auraient pu se retrouver sur The John Lennon Collection, surtout la première).

sans-titre

Lennon en 1974

Enfin, pas moins de 6 des 7 morceaux de Lennon de l'album Double Fantasy (qu'il fit en collaboration totale avec Yoko, qui en chante la moitié des morceaux) sont ici, seul Cleanup Time manque (personnellement, je trouve cette chanson infiniment supérieure à Dear Yoko, mais bon...). OK, ces chansons sont remarquables (Woman, Beautiful Boy (Darling Boy), Watching The Wheels...), mais 6 des 7 de l'album sur la compilation, ça fait pas un peu remplissage éhonté et passage en force ? A la place de Dear Yoko, j'aurais mis Woman Is The Nigger Of The World, et à la place de I'm Losing You (que j'adore pourtant), j'aurais mis, disons, One Day (At A Time) ou Out The Blue, de Mind Games (autre album scandaleusement sous-représenté ici, un seul titre), ou bien un inédit, genre Rock'n'Roll People, que Lennon offrit à Johnny Winter vers 1974 (l'albinos bluesy la chantera sur son John Dawson Winter III, remarquable album), et qui se retrouvera en 1986 sur la compilation d'inédits Menlove Ave., qui est assez dispensable par ailleurs (la compilation, pas la chanson). Bref, The John Lennon Collection est une compilation moyennement concluante. Shaved Fish, la seule sortie du vivant de Lennon, est plus directe (et plus courte, incomplète certes, mais elle atteint la perfection), et par la suite, entre Imagine : John Lennon et Working Class Hero : The Definitive (2005), et surtout cette dernière car elle est double et vraiment complète, sans oublier The John Lennon Legend ou Power To The People : The Hits, on aura d'autres compilations soit aussi complètes, soit plus complètes encore. Et puis, si vous êtes fan, vous avez déjà tout, et vous aurez donc des doublons avec ces best-ofs, qui ne sont conseillés qu'aux néophytes, aux curieux ne voulant pas se risquer à acheter les albums (souvent vendus à prix élevé). A ceux-là (et celles-là !) je ne peux cependant que les encourager à sauter le pas et à prendre John Lennon/Plastic Ono Band, Imagine et Walls & Bridges. et Double Fantasy. La suite viendra sans doute en cas de bonne surprise auditive, et sinon, vous aurez le meilleur de Lennon avec ces albums intemporels ! Pour en finir avec cette compilation, je ne l'ai abordée ici que parce que je viens de me la payer, en CD d'occasion trouvé en brocante à 1 euro, et que, pour le coup, je me suis dit, autant le faire, ça ne sert pas à grand chose mis à part à rajouter un article, mais c'est quand même Lennon, et ces chansons, doublons ou pas avec les albums et compilation obsolète ou pas, sont quand même ce qu'elles sont : intouchables. Enfin, je n'ai jamais vraiment aimé Happy X-Mas (War Is Over), Dear Yoko et Power To The People, ceci dit...

FACE A

Give Peace A Chance

Instant Karma !

Power To The People

Whatever Get You Thru The Night

#9 Dream

Mind Games

Love

Happy X-Mas (War Is Over)

FACE B

Imagine

Jealous Guy

Stand By Me

(Just Like) Starting Over

Woman

I'm Losing You

Beautiful Boy (Darling Boy)

Watching The Wheels

Dear Yoko

Bonus-tracks version CD :

Move Over Ms. L.

Cold Turkey