7430990

Il ne reste plus beaucoup d'albums de Gérard Manset à aborder sur le blog : Revivre, La Vallée De La Paix, Obok, Le Langage Oublié... Il restait, aussi, et surtout, à aborder cet album, sorti en 1982, le dernier à avoir subi, de la part de Manset, des coupes par la suite (pour son édition CD : il virera un titre, Maubert). Cet album s'appelle Comme Un Guerrier, même si son titre officiel semble être, en réalité, Comme Un Guerrier/L'Enfant Qui Vole (titres de deux des huit chansons de l'album). Encore une fois, Gérard Manset semble se contrefoutre totalement de l'aspect commercial (pourtant assez important, évident, quand on sort un album) de la musique, car on a, entre nous, connu des visuels d'albums plus réussis que celui de Comme Un Guerrier (ou de Lumières, du Train Du Soir, de L'Atelier Du Crabe, de Prisonnier De L'Inutile, de Matrice...bref, de ses albums). Une vilaine couleur gris souris, recto comme verso, et deux cadres de photo. Celle du recto représente Manset, visage flou, assis en t-shirt et jean (et chaussettes) dans un décor nu et intérieur, et celle du verso le représente, debout, fringué pareil, ouvrant une porte donnant sur un décor paradisiaque et certainement pas européen. On notera aussi, sur le verso, des fautes de frappe assez impardonnables : le claviériste jouant sur le disque, Serge Perathoner, est crédité avec un 'e' en plus à la fin de son nom, et un des titres de chansons, Toujours Ensembles, me semble aussi victime d'une faute de frappe : le 's' à la fin de 'ensembles' semble en trop, non ? Cette seconde faute de frappe est sur mon exemplaire vinyle, pas sur tous, apparemment, à voir le visuel juste ci-dessous.

a66afd04-e0d1-11e3-855c-66767afab00e

Vous me demanderez (ou pas ; faites ce que vous voulez), est-ce que ça change quoi que ce soit au niveau musical de l'album ? et je vous répondrai non, bien entendu. Mais quand même.  D'une durée de 32 minutes environ (pas évident de juger de la durée d'un disque quand on n'a que le vinyle), Comme Un Guerrier, dont seules les paroles de deux des chansons sont proposées sur la sous-pochette (celles des deux chansons formant le titre à rallonge cité plus haut), est un album, comment dirais-je...secondaire, de Manset. Manset semblait être, en 1981/82, en petite perte de forme, Le Train Du Soir (le précédent opus) et cet album étant ses deux moins réussis depuis le début (1968) de sa carrière, rien que ça (et L'Atelier Du Crabe, fait avant Le Train Du Soir, est vraiment bon, mais marquait quand même un petite baisse de forme aussi par rapport aux précédents). Heureusement, deux ans plus tard, avec Lumières, il reviendra à un niveau tout bonnement exceptionnel. Bon, en attendant, ce disque de 1982, mon année de naissance, n'est vraiment pas mon préféré de lui. Il y à des chansons un peu faciles, anodines, je pense notamment à Maubert, qui est très rock (les guitares sont féroces sur ce titre), et qui sera excisé de la seconde version CD (et à l'heure actuelle, la seule commercialisée) de l'album. Pour Un Joueur De Guitare aussi n'est pas terrible par rapport au Manset des grands jours (mais ce n'est pas nul à chier pour autant), et L'Epée De Lumière est un peu anodine. Ces trois chansons sont toutes sur la seconde face de l'album, la plus courte (presque un quart d'heure) et la moins réussie, donc.

Manset-Gerard-Comme-Un-Guerrier-CD-Album-632443_ML

Comme Un CD, version guerrier (euh, c'est pas l'inverse ?)

La A, elle, offre, heureusement, du lourd : Comme Un Guerrier, 6 minutes de tuerie qui assassine la guerre, une chanson mémorable et probablement une des meilleures de Manset (et, évidemment, le sommet de l'album). L'Enfant Qui Vole et La Mer Rouge (malgré des paroles un peu idiotes en jeux de mots avec Henri de Monfreid) assurent aussi totalement, et Toujours Ensemble est une belle chanson (La Route De Terre, sur la face B, aussi, d'ailleurs). L'album n'en demeure pas moins un tantinet inégal, et sa production, très ancrée dans les années 80 (le son des guitares, bien flangerisé, avec pas mal d'écho, a mal vieilli parfois), ne l'améliore pas trop. Comme Un Guerrier est un Manset effectivement un peu secondaire, pas honteux du tout, même plutôt bon, mais je ne le conseille qu'une fois que les grands crus du natif de Saint-Cloud sont découverts et maintes fois écoutés. Heureusement, avec l'album suivant, ce Lumières (1984) ahurissant de maîtrise (et les deux suivants encore, Prisonnier De L'Inutile en 1985, Matrice en 1989), Manset allait revenir à un niveau exceptionnel. Ici, le niveau n'est que très bon. Cet album ferait honneur à n'importe quel chanteur français type Bashung, Souchon, Cabrel ou Higelin, sauf pour Manset, où il fait vraiment mineur, tout ça, pour dire le niveau général de ce chanteur si particulier et vraiment génial (si on veut bien mettre de côté sa manière vraiment dégueulasse de gérer son catalogue, je ne reviendrai pas dessus encore une fois...) !

FACE A

Comme Un Guerrier

La Mer Rouge

L'Enfant Qui Vole

Toujours Ensemble

FACE B

Maubert

La Route De Terre

Pour Un Joueur De Guitare

L'Epée De Lumière