james-taylor-sweet-baby-james

 James Taylor Doit Mourir. Tel était le titre d'un assez long article de Lester Bangs, publié dans le magazine Who Put The Bomp (un petit magazine américain underground) en 1971, et qui parlait, en fait de James Taylor, plutôt d'un groupe de garage-rock américain du nom de Troggs (Wild Thing), mais le cher Lester en profitait pour dire ce qu'il pensait de James Taylor, évidemment. Nul besoin de dire ce que Bangs pensait de James Taylor, ancien artiste de l'écurie Apple Records ayant, par la suite, signé sur Warner une fois le label des Beatles en ralentissement économique. Ce disque, sorti en 1970, produit par Peter Asher, est son deuxième album (le premier, James Taylor en 1968, était sur Apple), et il s'appelle Sweet Baby James. 31 minutes (et 11 titres, dont 10 sont signés Taylor, la seule reprise étant celle de Oh Susannah,qui fut notamment, avant lui, chantée par les Byrds) de folk qui furent classées, en 2003, 103ème meilleur album (sur une liste de 500) par le magazine Rolling Stone, et, la même année, 77ème meilleur album par la chaîne de TV américaine VH1. Et qui est, en 2015, classé 1287349974ème meilleur album de folk music (sur une liste de 100) par ClashDoherty. Non, je ne vais pas être follement gentillet avec ce disque au titre charmant et, surtout, encore plus niais qu'un discours de remerciements aux Césars en 1995 ("Doux Bébé James"). Je ne vais pas le défoncer non plus, et z'avez remarqué, je ne le classe pas dans la catégorie des "ratages" non plus.

SWEETBABYBAC

Verso de pochette

Mais le fait est là : autant j'aime beaucoup le quatrième album de Taylor (One Man Dog, 1972, je l'aborderai ici bientôt), autant ce Sweet Baby James me laisse un peu froid. Pourtant, le disque avait pas mal de choses pour me plaire : de bons musiciens (Carole King, Russ Kunkel, Danny Kotchmar, Randy Meisner des Eagles, Chris Darrow, Taylor lui-même), une production très sympathique et chaleureuse, sobre et élégante, et la volonté, pour Taylor, d'imposer ses chansons plutôt que de faire des reprises de Dylan, Donovan ou d'autres artistes, comme tant de chanteurs folk faisaient alors. La présence, aussi, de deux chansons qui font partie des plus connues du bonhomme (ledit bonhomme, tout en étant connu, n'est cependant pas l'Artiste majeur du XXème siècle, pas même des années 70, concernant le milieu musical, ces chansons sont donc moins réputées, mythiques que, disons, Like A Rolling Stone ou Yesterday) : Fire And Rain et Country Road. Deux hits de l'époque, fièrement affichés sur la pochette photographique de l'album. Oui, ces deux chansons sont belles, et le morceau final, Suite For 20 G (appelé ainsi parce que cette suite de bribes de morceaux fut écrite à la va-vite par Taylor, à qui on avait promis 20 000 dollars (20 G en abréviation) pour l'album, et qu'il lui fallait encore un morceau pour l'achever), est vraiment bien. La reprise de Oh Susannah n'est pas mauvaise, Lo And Behold (rien à voir avec un morceau du même nom qui fut enregistré par Bob Dylan & The Band durant les fameuses sessions des Basement Tapes) est pas mal...

16930990_1_l

Mais c'est à peu près tout. Sweet Baby James est un bon disque de folk, mais pas un chef d'oeuvre. Un peu comme le American Pie de Don McLean (que j'ai abordé récemment en seconde chronique après celle que Buckley92 en avait faite ici auparavant), c'est un disque surestimé, qui vaut surtout pour ses hits, et pour la voix vraiment chaleureuse, belle, de James Taylor (qui chante toujours ; récemment, il était même de passage à paris, accompagnant John Kerry, qui était venu en soutien suite aux tragiques et sinistres attentats du début de janvier). Ce n'est sans doute pas le meilleur album de Taylor, mais je m'en fous, personnellement, je n'ai que deux de ses albums, l'autre est One Man Dog, que je trouve nettement plus abouti (et très original : 18 courts morceaux, pour une quarantaine de minutes !), et qui est, objectivement, plus réussi que Sweet Baby James. Mais concernant ce dernier album, il est vrai que c'est ce que l'on appelle un classique, un album très connu, rien que sa pochette revient souvent sur le Net et dans les livres spécialisés, type meilleurs albums des 70's. A écouter une fois ou deux, ne serait-ce que par curiosité musicale ; et si ça se trouve, vous adorerez, et c'est moi qui me trompe ; mais, personnellement, je ne raffole pas de cet album, malgré mon amour pour la folk-rock.

FACE A

Swet Baby James

Lo And Behold

Sunny Skies

Steamroller Blues

Country Road

Oh Susannah

FACE B

Fire And Rain

Blossom

Anywhere Like Heaven

Oh Baby, Don't You Loose Your Tip On Me

Suite For 20 G