BORN UNDER A

Un peu de blues, ça vous dit ? Celui-ci n'est pas n'importe quel album de blues, d'ailleurs : il a récolté une place au Grammy Hall Of Fame, une autre au Blues Foundation Hall Of Fame, le magazine américain Rolling Stone l'a foutu dans sa mythique liste des 500 meilleurs albums de tous les temps (OK, il est 499ème, soit avant-dernier, mais hey, il y est quand même !) ; la réédition 2002, par Stax Records, a même reçu, un an plus tard, un Blues Music Award en tant qu'album de blues historique le plus important de l'année ! Cet album, qui date de 1967, c'est le deuxième album du bluesman Albert King, une légende du genre (mort en décembre 1992). Cet album, il l'a sorti 5 ans après son premier, ce qui est remarquablement long, surtout pour l'époque. L'album s'appelle Born Under A Bad Sign, et il est sorti, sur le label Stax Records, sous une pochette picturale reprenant plusieurs emblèmes de la scoumoune : la tête de mort, l'as de pique, le chat noir, la plus mauvaise double aux dés, le vendredi 13... Contenant la fameuse chanson donnant son titre à l'album, chanson qui sera par la suite reprise notamment par Cream (dès l'année suivante, sur Wheels Of Fire) mais aussi par Blue Cheer ou Hendrix, c'est un album légendaire, pas très long (34 minutes, 11 morceaux), mais parfait dans son genre.

BORN UNDER B

Purement génial, l'album a été produit par Jim Stewart et enregistré avec des musiciens tout simplement tuants, des légendes du genre blues/soul : Booker T. Jones (orgue, piano), Donald 'Duck' Dunn (basse), Wayne Jackson (trompette), Steve Cropper (guitare rythmique), Isaac Hayes (piano), Al Jackson Jr (batterie), Andrew Love (saxophone ténor). Albert King, en plus du chant, tient la guitare principale. Born Under A Bad Sign s'ouvre sur la chanson du même nom, ce Born Under A Bad Sign tétanisant, hymne à la malchance absolue, Bad luck and trouble's my only friends/I've been down since the day I was ten, la chanson de la scoumoune, de la poisse, du chat noir, de l'abonnement aux emmerdes...une grande chanson au riff irrésistible. La chanson est co-signée Booker T. et Steve Cropper. On pourrait croire qu'un album s'ouvrant sur une telle tuerie ne pourrait, ensuite, que s'effondrer lentement, gentiment, mais non, de The Hunter (Led Zeppelin en reprendra une partie pour son How Many More Times) à The Very Thought Of You en passant par Laundromat Blues, Oh, Pretty Woman (rien à voir avec la chanson de Roy Orbison) ou I Almost Lost My Mind, tout est terrible ici, du même niveau, des chansons parfois trop courtes, c'est le seul reproche à faire à l'album.

BORN UNDER C

Bref, amateurs de blues, surtout du bon vieux blues, réjouissez-vous si vous ne connaissez pas encore ce disque, car vous avez entre les mains un des fleurons les plus absolus du genre, une date, un chef d'oeuvre qui, malgré son âge (1967, quand même), n'a pas pris une ride au coin des yeux. Born Under A Bad Sign est un monument, une production parfaite, des chansons géniales, une interprétation éblouissante (aussi bien vocale qu'instrumentale) par des musiciens de folie, et pour couronner le tout, une pochette très sympa et efficace. Totalement recommandé aux fans du genre ! Voire même pour devenir un fan du genre !

FACE A

Born Under A Bad Sign

Crosscut Saw

Kansas City

Oh, Pretty Woman

Down Don't Bother Me

The Hunter

FACE B

I Almost Lost My Mind

Personal Manager

Laundromat Blues

As The Years Go Passing By

The Very Thought Of You